En direct

Dans la jungle de l'immobilier new-yorkais, tous les coups sont permis

Defawe Philippe |  le 22/06/2005  |  InternationalImmobilierEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Entreprises
Immobilier
Europe
Valider

Des montagnes de dollars, des clauses de surenchère automatique, pas le temps de la réflexion: dans le marché surchauffé de l'immobilier new-yorkais, tous les coups sont permis pour devenir propriétaire.

"Si c'est à Manhattan, même un appartement laid, sans fenêtres ou donnant sur un mur trouvera un acheteur", explique Douglas Wagner, président de l'agence immobilière Benjamin James.
"Les gens ont l'impression qu'en raison des taux d'intérêts très bas qui menacent de remonter, c'est la chance de leur vie, ils doivent acheter maintenant ou jamais" à n'importe quel prix, ajoute-t-il.
Et cet agent immobilier de citer par exemple un studio de 40 mètres carrés pour 400.000 dollars, loin du million de dollars évoqué par la presse américaine pour un studio dans les beaux quartiers de Manhattan.

"Il y a de plus en plus de gens qui spéculent, car ils ont vu d'autres le faire avant eux avec succès", souligne Stephanie Mallios, agent immobilier.
Pour les acheteurs, c'est la guerre des nerfs. "Celui qui hésite voit l'affaire lui passer sous le nez", affirme-t-elle.
"Il faut se décider vite, en 5 à 10 minutes, vous n'avez même pas le temps de vraiment tout inspecter", ajoute Amy Hui, qui vient de revendre son studio pour acheter un 60 m2.
Si vous n'avez pas encore obtenu votre prêt, passez votre chemin. "Beaucoup de vendeurs ne prennent même pas la peine de regarder une offre quand elle n'est pas en cash", explique Stephanie Mallios.

Impensable de négocier le prix. "Tout se vend au moins au prix demandé", affirme Douglas Wagner. La peur de se voir doubler par une offre meilleure est tellement forte que les gens surenchérissent d'eux-mêmes.
Cécile Mirman explique qu'elle s'est retrouvée en concurrence avec 7 acheteurs sur l'appartement qu'elle vient d'acquérir à Brooklyn avec son mari.
"On a dû surenchérir à l'aveugle sans avoir aucune idée de ce que mettaient les autres. On a rajouté 50.000 dollars, c'est vraiment le plus qu'on pouvait. On a peut-être payé trop mais on aimait beaucoup cet appartement, si on ne l'avait pas fait on aurait loupé l'affaire".
"J'ai eu connaissance d'une maison qui tombait en ruines mise à prix pour 1,9 million de dollar. Elle est partie pour 2,35 millions", raconte de son côté Stephanie Mallios.

Dans un tel contexte, les gens sont prêts à tout. "Certaines personnes essaient de faire des clauses de surenchère. Ils veulent inscrire dans la promesse de vente qu'ils rajouteront 10.000 dollars à toute offre qui dépasse la leur", raconte-t-elle.
"D'autres envoient des lettres enflammées au propriétaire: +nous adorons votre maison, nous adorons la peinture que vous avez choisi, nos enfants adorent les chambres à l'étage....", poursuit-elle.

Les propriétaires, enivrés par ce marché dont ils sont les rois, oublient même les règles les plus élémentaires de courtoisie. Hillary Herscher en a fait les frais.
"Le propriétaire avait accepté notre offre, nous avons signé une promesse de vente et il s'en est servi pour faire monter les enchères auprès d'autres acheteur potentiels. On s'est retrouvés forcés de surenchérir contre notre propre offre. Puis on a été forcé d'arrêter quand le prix a atteint 1,8 million de dollars, on ne pouvait plus suivre".
Après encore quelques expériences malheureuses, écoeurés, ils ont décidé d'arrêter les recherches et de louer, en attendant que le marché se calme. Peut-être.

Véronique DUPONT (AFP)

A lire demain sur Le Moniteur-expert : "En Grande-Bretagne, la banque centrale peine à freiner l'immobilier"

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur