En direct

« D’autres cessions de foncier public à l’étude dans l’Ouest »

Propos recueillis par Nicolas Guillon |  le 31/05/2013  |  Collectivités localesCalvadosFrance entière

Basse-Normandie -

En charge du Domaine, le ministre revient sur la cession à la Ville de Caen d’une ancienne caserne de gendarmerie, premier acte du nouveau dispositif mis en place par le gouvernement.

En quoi le cas de la caserne Martin est-il symbolique du nouvel élan que le gouvernement entend donner à la politique immobilière de l’Etat ?

Jusqu’à récemment, l’Etat manquait d’une vision stratégique pour la gestion de son patrimoine immobilier, dont il n’avait d’ailleurs qu’une connaissance parcellaire. Des efforts importants ont d’ores et déjà été réalisés, mais beaucoup reste à faire en termes de mutualisation des moyens et des compétences, de professionnalisation des outils et de la gestion. Je souhaite donner un nouveau souffle à la politique immobilière, transformer cette fonction- support en une véritable politique publique, soumise à évaluation et porteuse de sens pour nos concitoyens. La mobilisation du foncier public en faveur du logement, que Cécile Duflot et moi mettons en œuvre, illustre cette volonté : l’Etat doit se défaire des emprises devenues inutiles à ses missions, et libérer ainsi des terrains qui seront cédés à des conditions financières favorisant la production de logements, notamment sociaux, là où ils font défaut. C’est tout le sens du protocole conclu à Caen par le président de la République.

Quels sont vos objectifs, en particulier en termes de cession de foncier public aux communes ?

L’objectif global a été fixé par le président de la République : construire 500 000 nouveaux logements annuels, dont 150 000 logements sociaux, d’ici à la fin du quinquennat. La cession de foncier public aux collectivités doit y contribuer. J’y vois également une opportunité d’accélérer la rationalisation de nos implantations immobilières : en zone tendue, l’ensemble du parc doit être passé en revue afin d’identifier tous les sites mobilisables pour le logement. Les cessions immobilières pourront ainsi se maintenir aux alentours de 500 millions d’euros par an sur les prochaines années : autant de recettes qui permettent à l’Etat de se désendetter, et de financer la réimplantation de ses services dans des immeubles mieux adaptés et plus performants.

De nouvelles cessions sont-elles programmées en Basse-Normandie et dans le Grand Ouest ?

Une cession réussie exige la coopération d’acteurs multiples : les préfets, les services du Logement et ceux de Bercy, et bien sûr les collectivités et les bailleurs sociaux. Des dossiers sont à l’étude, notamment dans l’Ouest. Je me rendrai en région avec la ministre du Logement dans les prochains mois, pour conclure de nouveaux protocoles.

PHOTO - 727623.BR.jpg
PHOTO - 727623.BR.jpg - © P Bagein /Ministère des Finances

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur