En direct

Croissance à tous les étages pour Vinci en 2019
Portrait de Xavier Huillard, PDG de Vinci, le 14 novembre 2016 - © Franck Beloncle / le Moniteur

Croissance à tous les étages pour Vinci en 2019

Jessica Ibelaïdene |  le 05/02/2020  |  Majors du BTPRésultats annuels BTPRésultats annuels VinciXavier Huillard

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Majors du BTP
Entreprises
Résultats annuels BTP
Résultats annuels
Vinci
Xavier Huillard
Eurovia
Vinci Construction
Vinci Autoroutes
Vinci Immobilier
Vinci Energies
Vinci Airports
France
Valider

Le groupe Vinci et son P-DG Xavier Huillard ont présenté leur bilan de l’année 2019, ce 5 février. Fait « assez rare », tous les métiers et toutes les zones géographiques couvertes par la major ont connu une croissance soutenue. Au total, le chiffre d’affaires se hisse à 48 milliards d’euros, soit 10,4% de plus sur un an, le bénéfice progressant de son côté d’environ 9%, à 3,3 milliards d’euros.

Il n’y avait aucune raison d’en douter : Xavier Huillard, P-DG de Vinci, a confirmé que l’année 2019 a été « très bonne » pour le géant du BTP, lors de la présentation des résultats annuels, le 5 février.

Avec un chiffre d’affaires global de 48 Mds €, en hausse de 10,4% sur un an, et un bénéfice net à près de 3,3 Mds € (+9,3%), le groupe voit dans ces performances une marque de la « solidité de son modèle ». Surtout, note Xavier Huillard, « toutes nos positions géographiques progressent, ce qui est un phénomène assez rare ». La croissance inonde par ailleurs l’ensemble des métiers du groupe.

Une croissance de 6% en France

La France représente toujours près de 55% de l’activité, soit 26,3 Mds € sur 2019. C’est 6% de plus sur un an, portée principalement par de la croissance organique. Des disparités régionales se font cependant toujours sentir.

Profitant de l’effet de cycle pré-électoral d’un côté ou encore de la montée en puissance des chantiers en Ile-de-France, et notamment sur le Grand Paris Express, l’ensemble des filiales a su tirer son épingle du jeu : le chiffre d’affaires des concessions augmente ainsi de 4,7% (6 Mds€), celui de la partie contracting de 6% (19,5 Mds€), avec une mention spéciale pour Eurovia qui progresse de 8,5% (5,5Mds€).

Vinci immobilier se porte également très bien et enregistre une hausse de 19% de son CA (à 1,3 Mds€). Le nombre de logements réservés s’est « légèrement contracté », à 6 215 lots contre 6 333 en 2018. Un niveau qui reste élevé pour le P-DG du groupe, à la faveur « des taux d’intérêts restés bas, voire plus bas que l’année précédente ». Dans l’immobilier de bureaux, les surfaces vendues sont à l’inverse en forte hausse : +64%, pour un total de 102 000m2. Le résultat net de la filiale recule en revanche (-3,7% à 65M€), ce qui peut être expliqué par la hausse à la fois des coûts d’acquisition du foncier, et des travaux eux-mêmes.

Sur le même sujet Vinci Immobilier veut acquérir le promoteur montpelliérain Urbat

L’international gagne du terrain


La part de l’international continue de progresser. Il atteint 45% du chiffre d’affaires global du groupe (soit 21,7Mds€) en 2019, contre 43% un an plus tôt. La dynamique est particulièrement soutenue « en Belgique, au Portugal, en République tchèque, en Suède, aux Etats-Unis, au Canada, en Afrique, en Australie ou encore en Nouvelle-Zélande », énumère Xavier Huillard.

Les Etats-Unis représentent le 3e marché de Vinci à l’étranger, avec un chiffre d’affaires de 2,2 Mds. Devant se trouvent l’Allemagne et le Royaume-Uni, qui génèrent chacun environ 3 Mds€.

En Afrique, des prises de commandes importantes en 2018 laissaient envisager une belle année sur le continent. « Ce qui a clairement été le cas », affirme le P-DG, puisque le chiffre d’affaires a bondi de 19% sur le continent, à 1,6Md€.

Sur le même sujet Les entreprises françaises décrochent 2 milliards d'euros de contrats au Kenya

Bénéfice des croissances externes

L’international a aussi profité à plein régime des effets des opérations de croissance externe. Aux Etats-Unis, c’était la première année pleine après l’acquisition de Lane construction, côté Eurovia, qui a permis au groupe de doubler de taille dans l’est et le sud-est des Etats-Unis. Et de contribuer au CA total à hauteur de 600M€ environ sur 2019.

Sur le même sujet Comment Eurovia va doubler sa taille aux Etats-Unis

La contribution à la suite de l’acquisition de PrimeLine par Vinci Energies, toujours aux Etats-Unis, se fait aussi sentir. Mais ce n’est pas la seule intégration qui profite à cette filiale, puisque 2019 marquait la première année d’intégration de Wah Loon engineering, à Singapour, et que « nous commençons à percevoir les effets des 34 autres acquisitions, petites et moyennes, réalisées en 2019 », souligne Xavier Huillard.

Côté concessions, c’est principalement l’intégration de l’aéroport de Londres Gatwick, en mai 2019, qui a joué. Il a ainsi permis d’apporter 700M€ supplémentaires au chiffre d’affaires l’an passé. Toutes ces acquisitions ont par ailleurs eu un effet sur la dette du groupe. L’endettement financier net s’élève ainsi à 21,7 Mds€, soit 6,1 Mds de plus qu’en 2018. « Un niveau élevé, reconnaît le P-DG, mais gérable et maîtrisé. »

Sur le même sujet Avec Londres Gatwick, Vinci devient le deuxième gestionnaire d’aéroport mondial

Une bonne moisson attendue pour 2020

Au regard du carnet de commandes à fin 2019, Xavier Huillard est confiant pour 2020. Il s'élevait à 36,5 Mds€ au 31 décembre, soit 10% de plus qu’un an plus tôt, représentant 11 mois d’activité. Là encore, l’international gagne du terrain puisque le carnet de commandes atteint 20,9 Mds€ (+16%), soit 57% du total.

En France, Xavier Huillard n’espère pas de miracle : les élections municipales et intercommunales vont, comme d’habitude, ralentir l’activité. Cependant, le niveau du carnet de commandes (15,6 Mds€, +3%) et la bonne santé retrouvée des collectivités locales lui permettent malgré tout de miser sur une stabilité du chiffre d’affaires. Et de conclure : « Nous démarrons l’année dans un bon momentum, avec une bonne moisson qui se prépare. La partie contracting devrait poursuivre sa croissance, mais avec un taux moindre. »

Résultats 2019 Vinci
Résultats 2019 Vinci - © vinci

"HS2 va démarrer"

 

Interrogé sur le Brexit et les potentielles conséquences pour l'activité du groupe au Royaume-Uni, Xavier Huillard en a surtout profité pour exprimer une conviction, concernant le projet de ligne à grande vitesse High speed 2 (HS2), en attente sur le sol britannique.

"Lorsqu'un pays se trouve dans une situation un peu complexe comme c'est le cas actuellement du Royaume-Uni, la tentation d'assurer de l'activité économique par un plan de relance est forte. Je ne pense pas que les Britanniques s'engagent dans cette voie. En revanche, mon pronostic est que HS2 va démarrer, que les décisions viendront dans les prochains mois."

Avec le groupement Balfour Beatty Vinci Systra, la major sera chargée de réaliser la gare d'inteconnexion de Old Oak Common, au nord-ouest de Londres. Un contrat à 1Md£, signé en septembre 2019. "Nous attendons que les décisions soient prises. Mais dès que le départ sera donné, nous serons prêts à partir dès le lendemain", assure le P-DG de Vinci.

Commentaires

Croissance à tous les étages pour Vinci en 2019

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur