Immobilier

Crise : les patrons de la Caisse d’Epargne payent leur « stratégie de croissance »

Les deux principaux dirigeants de la Caisse d’Epargne ont démissionné dimanche. Un geste sans précédent après la perte de 600 millions d’euros essuyée par la banque, pour laquelle la classe politique réclamait des sanctions.

« Cette perte est la conséquence à la fois de l’exceptionnelle volatilité des marchés et de la violation des instructions que le directoire et moi-même avions données », a plaidé le président de la banque Charles Milhaud dans une déclaration écrite à l’issue d’un conseil de surveillance convoqué en urgence dimanche.
« J’en accepte néanmoins l’entière responsabilité. Ayant consacré ma vie entière aux Caisses d’Epargne, je n’ai pas un instant envisagé de me soustraire aux responsabilités qui sont les miennes », a-t-il assuré.
Alors que plusieurs patrons ont défrayé la chronique en partant avec des parachutes dorés, M. Milhaud a pris les devants: « je ne demande aucune indemnité. Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas un homme d’argent ».
A la tête de la Caisse d’Epargne depuis 1999, M. Milhaud, 65 ans, qui est remplacé par Bernard Comolet, patron de la Caisse d’Epargne d’Ile-de-France, aurait toutefois négocié âprement les conditions de son départ.
Il aurait notamment exprimé le souhait, selon une source proche de la direction, de rester dans le groupe encore quelques mois, le temps de mener à bien la fusion avec la Banque Populaire, qui reste d’actualité malgré le changement d’équipe

Le numéro deux du groupe Nicolas Mérindol, qui faisait jusqu’ici figure de dauphin de Charles Milhaud, a également annoncé sa démission, tout en restant « au service du groupe ». Avant cette affaire, il était déjà contesté pour avoir mis en oeuvre une stratégie de croissance coûteuse. Depuis 2006, il était en effet le promoteur d’une stratégie de développement agressive: création de Natixis, accord avec le promoteur Nexity pour créer un pôle immobilier coté, prise de contrôle du courtier Meilleurtaux.
Alain Lemaire, président de la Caisse d’Epargne Provence-Alpes-Corse, va lui succéder.
Autre partant, Julien Carmona, membre du directoire en charge des finances et des risques.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X