En direct

Crédits routiers en hausse en 2014

 Pascale Tessier |  le 10/01/2014  |  Collectivités localesYvelines

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Yvelines
Valider
YVELINES -

Avec une volonté maintenue « d’accompagner les territoires, les habitants et les partenaires », le budget primitif 2014 du conseil général des Yvelines a été voté sans augmentation d’impôt, mais sur fond d’inquiétude exprimée par le président Alain Schmitz, au regard « des tensions qui pèsent sur nos finances et de notre amertume face aux prélèvements injustes qui vont nous être imposés ».

Ce budget s’élève à 1,23 milliard d’euros (- 1,5 % par rapport à 2013) avec une hausse des dépenses de fonctionnement contenue à 2 % pour atteindre 911,8 millions. En recul de 11,4 %, les dépenses d’équipement s’élèvent à 307 millions, dont 133 millions pour les travaux (- 24 %) et 138 millions pour les subventions (- 3,5 %). Dotés de 115,5 millions, les déplacements accusent une baisse de 21,7 % liée principalement à l’achèvement du tramway T 6 Châtillon/Vélizy-Viroflay. Les crédits alloués aux transports en commun passent ainsi de 68,6 à 32,7 millions. En revanche, les crédits routiers augmentent de 9,5 %, à 64,8 millions. Cette année, le département engagera les travaux de mise à 2 × 2 voies de la RD 30 à Plaisir (4,2 millions inscrits sur un coût total de 75,5 millions) et de la déviation de la RD 307 à Saint-Nom-la-Bretèche (5,8 millions sur 26 millions).

Réseau très haut débit

Le déploiement du très haut débit constitue désormais une politique assortie d’une ligne de 10,8 millions, qui matérialise l’entrée en phase opérationnelle dans les zones non denses. Les appels d’offres (travaux et exploitation du réseau) vont être lancés pour des désignations d’entreprises en fin d’année.
Les collèges publics bénéficient de 35 millions, comme en 2013. Effort maintenu également en faveur du logement, avec 18,4 millions : 15,1 millions vont aux contrats de développement de l’offre résidentielle (CDOR) et 2,7 millions aux logements pour publics spécifiques. Enfin, 11,9 millions sont réservés à la politique contractuelle d’aide aux communes.
Cette section d’investissement sera autofinancée à hauteur de 76 millions d’euros (contre 86 millions en 2013). Confronté à « des dépenses qui augmentent plus vite que les recettes, notamment en raison de la péréquation interdépartementale », le conseil général aura recours à un emprunt d’équilibre d’un montant maximal de 165 millions. Au 31 décembre, la dette s’établissait à un peu moins de 200 millions, inférieure à 150 euros par habitant.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur