En direct

Crédits en hausse pour les collèges

 N. M. |  le 17/01/2014  |  Collectivités localesERPEducationHauts-de-SeineBâtiment

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
ERP
Education
Hauts-de-Seine
Bâtiment
Valider
HAUTS-DE-SEINE -

D’un montant de 1,98 milliard d’euros (- 0,7 % par rapport à 2013), le budget primitif 2014 du conseil général des Hauts-de-Seine consacre 1,478 milliard au fonctionnement (+ 2,3 %) et 502 millions à l’investissement, soit un recul de 8,6 % lié pour partie à la fin des travaux des tramways T 1, T 2 et T 6. L’enveloppe allouée aux infrastructures de transport chute ainsi de moitié, passant de 65 à 32,3 millions. D’autres postes de dépense affichent des crédits en forte baisse comme le logement social (- 44 %, à 37 millions y compris opérations Anru) ou l’assainissement (4,19 millions au lieu de 22,7 millions). En revanche, les crédits voirie restent stables à 73 millions, de même que ceux alloués à l’aménagement des berges de Seine (12,58 millions) ou encore au réseau très haut débit (11 millions). Seuls les collèges tirent vraiment leur épingle du jeu avec une dotation de 89 millions, en hausse de 27 %. Sur 2014-2017, le conseil général prévoit d’investir 287 millions dans la construction ou la restructuration lourde de collèges.

Equipements culturels

Dans le domaine des équipements culturels, 3,5 millions vont aux études de maîtrise d’œuvre pour la réhabilitation du musée Albert-Kahn confiée à l’architecte Kengo Kuma, dont les travaux doivent démarrer en 2015. A noter aussi le vote d’une autorisation de programme de 15 millions pour la restructuration du théâtre des Amandiers à Nanterre. Par ailleurs, près de 61 millions en crédits de paiement et 205 millions en autorisation de programme ont été inscrits pour l’acquisition d’un immeuble de bureaux de 33 000 m 2 à Nanterre destiné à regrouper une partie des services départementaux, aujourd’hui répartis sur plusieurs sites. L’exécutif envisage aussi de restructurer l’hôtel du département (700 000 euros sont prévus en crédits de paiement et 3,2 millions en autorisation de programme).
Côté recettes, le président du conseil général, Patrick Devedjian, déplore la baisse des concours financiers de l’Etat, alors que dans le même temps, la contribution du département aux différents fonds de péréquation devrait s’alourdir de 27 millions. Les droits de mutation devraient rapporter 348,4 millions, en stagnation par rapport à 2013. Enfin, le recours à l’emprunt a été fixé à 266 millions, en baisse de 4,7 % par rapport à 2013.
Pour Patrick Devedjian, ce nouveau budget « consacre des politiques ambitieuses sans renoncement à une gestion saine et rigoureuse ».

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur