Immobilier

Crédit Logement prévoit une hausse des taux des crédits immobiliers cet automne

Selon une étude de l’Observatoire Crédit Logement/CSA publiée vendredi 3 octobre, le taux moyen des crédits immobiliers devrait continuer à augmenter et atteindre, voire certainement dépasser, les 5,5% durant l’automne.

En septembre 2008, le taux moyen des crédits immobiliers s’est établi à 5,08% contre 4,98% en août, selon le tableau de bord mensuel de Crédit Logement. Et selon une étude menée avec l’institut CSA et publiée vendredi 3 octobre, il devrait continuer à augmenter et atteindre, voire certainement dépasser, les 5,5% durant l’automne. Les taux des prêts du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) sont donc revenus à leur niveau du début 2002, souligne l’étude. Pour le Crédit Logement « les difficultés de financement et de refinancement des établissements de crédit, la hausse du coût des ressources et la contrainte de reconstitution des fonds propres contribuent » à cette hausse. Sur le mois de septembre, plus de 70% des prêts sont à un taux supérieur à 5%, contre 7% au premier trimestre.

Des prêts moins longs
En revanche, la durée des prêts diminue avec un peu plus de 219 mois en septembre (244 mois pour l’accession dans le neuf et 233 mois pour l’accession dans l’ancien), contre un peu moins de 221 mois en août, ajoute le communiqué de l’Observatoire. Si en 2007 l’allongement des durées avait été au total de l’ordre de 8 mois, le mouvement des durées a commencé à s’inverser dès l’automne 2007 pour amorcer un lent recul. Ce recul s’est accéléré depuis le début de l’année 2008 et il est désormais de près de près de 6 mois sur un an.
Le coût relatif moyen des opérations réalisées est la seule évolution favorable du marché, puisqu’il s’établit à 3,53 années de revenus en septembre 2008, contre 3,69 en août (3,84 en septembre 2007). Il s’agit du niveau le plus bas observé depuis la fin de l’année 2004.
Le marché des crédits immobiliers a baissé de près 11% en France au premier semestre, un recul qui s’explique par une restriction de l’offre de prêts de la part des banques, alors que la capacité d’emprunt des ménages reste intacte, avait expliqué en juillet dernier le Crédit Logement.

Adrien Pouthier avec AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X