En direct

Création d'un syndicat mixte Sophia Alpes-Maritimes

PERRIER François |  le 01/03/2004  |  Alpes-MaritimesPyrénées-OrientalesBouches-du-RhôneCorse-du-SudAude

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Alpes-Maritimes
Pyrénées-Orientales
Bouches-du-Rhône
Corse-du-Sud
Aude
Haute-Corse
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Lozère
Hérault
Var
Vaucluse
Gard
Principauté de Monaco
Aménagement
Architecture
Valider

Le président du conseil général des Alpes-Maritimes a présenté le 1er mars, au terme d'une réunion de travail réunissant 14 partenaires, le nouveau syndicat mixte départemental Sophia Alpes-Maritimes (SAM). Dans la foulée de la création d'une agence d'urbanisme, ce nouvel outil est destiné à fédérer et mettre en cohérence les actions de promotion et de développement économique des Alpes-Maritimes mais aussi à définir une stratégie de labellisation de parcs d'activités nouveaux ou existants dans le département à partir du technopole Sophia Antipolis. " Il s'agit d'une étape décisive pour notre territoire. Trop longtemps, le conseil général est demeuré méfiant vis-à-vis des communautés d'agglomération, a méprisé la Fondation Sophia Antipolis ou a livré une compétition ridicule à la CCI. Aujourd'hui, se concrétise une triple alliance des collectivités locales, de l'université et du monde économique ", a lancé Christian Estrosi, le président du conseil général.
SAM qui naîtra officiellement début mai (avec l'élection de son président et le recrutement d'un directeur) regroupe, autour du département, quatre communautés d'agglomération (Sophia Antipolis, Grasse, Nice, Menton), deux communautés de communes et quatre communes de l'ouest (Cannes, Le Cannet, Mandelieu, Mougins) ainsi que l'université, la chambre de commerce et la Fondation Sophia Antipolis. Le président de celle-ci, Pierre Laffitte, présidera, avec la présidente de l'université, un comité scientifique installé aux côtés de SAM.
Cette création, qui survient après une longue période d'hésitations et de tiraillements dans le pilotage de la célèbre technopole Sophia Antipolis, à la suite notamment de la mise en place de la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis (CASA), est une rationalisation de l'action des acteurs publics et leur rassemblement vis-à-vis du monde économique. En toile de fond aussi l'ambition des pouvoirs publics locaux de renforcer l'influence de Sophia Antipolis dans le développement économique du département.
Concernant l'aménagement de Sophia Antipolis, cette compétence demeure dans un autre syndicat mixte où le conseil général était majoritaire: le Symisa. Les statuts de celui-ci vont être modifiés (principal changement : la CASA remplace les communes de Sophia) ainsi que la répartition de son capital. Son président en sera désormais le maire d'Antibes, Jean Léonetti. " Si le parlement permet à un syndicat mixte d'adhérer à un autre syndicat mixte et si le contentieux opposant la CASA à la commune de Mougins qui n'en fait pas partie trouve une issue, alors SAM pourra entrer dans le capital du Symisa " précise Christian Estrosi. Autre changement : la Sem de Sophia, la SAEM, va désormais exercer des missions sur l'ensemble du département.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Fabriquer la ville durable

Fabriquer la ville durable

Date de parution : 06/2020

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur