Côte d’Azur : les promoteurs immobiliers lancent un cri d’alarme

Defawe Philippe |  le 29/03/2006  |  Alpes-MaritimesCorsePyrénées-OrientalesBouches-du-RhôneAude

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Alpes-Maritimes
Corse
Pyrénées-Orientales
Bouches-du-Rhône
Aude
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Lozère
Hérault
Var
Vaucluse
Gard
Principauté de Monaco
Immobilier
Valider

Face à l’emballement des prix sur la Côte d’Azur (dans le neuf, ils augmentent de 20% par an depuis 6 ans et ont franchi la barre des 5000 euros le m2 en 2005) et le fossé qui s’est creusé entre l’offre de logements neufs et les moyens financiers des populations locales, les professionnels demandent à nouveau de façon pressante aux collectivités d’intervenir sur le foncier.

"La situation atteinte aujourd’hui est moralement inacceptable. Il manque une production annuelle par le privé de 2000 logements par an à moins de 3000 euros le m2 pour compléter l’offre actuelle de logements aidés, 1500 logements programmés par an, et sortir de la crise. Mais pour cela, il faut libérer des terrains constructibles" explique Jean-Marie Ebel, le président de l’Observatoire immobilier de la Côte d’Azur (OICA). En 2005, l’offre de logements neufs à moins de 3000 euros le m2 s’est limitée à moins de 200 unités et actuellement, sur la Côte d’Azur, un budget de 100 000 euros permet d’acquérir une surface d’à peine 21 m2 ! Face à cette spirale infernale, le marché en volume se contracte de plus en plus : les ventes totales sont passées de 5000 unités en 1999 à 3454 en 2005.

Dans l’ancien, la situation est quasi-identique : les ventes s’essoufflent (-6% en 2005), les prix galopent (+93% de hausse en 5 ans) et ont atteint ceux enregistrés dans le neuf il y a 18 mois (3412 euros le m2). Il y a deux ans, sous l’égide de la CCI Nice Côte d’Azur et de l’OICA, une liste de 12 propositions en faveur du logement des actifs a été mise sur pied, suivie d’une évaluation en fin d’année du taux de réalisation de ses propositions. Parmi les moins avancées et, semble-t-il, les plus difficiles à mettre en œuvre : l’identification dans les PLU d’emplacement réservés pour des projets d’habitat mixtes, la mobilisation de terrains détenus par l’Etat et ses établissements ou encore la relance de projets d’aménagement sous forme de ZAC.
Remy Mario

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil