En direct

Evénement

CORSE Le tourisme cible l'intérieur de l'île

le 20/06/1997  |  France Tourisme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Tourisme
Valider

La Corse a longtemps été prisée en tant que destination balnéaire. Cependant, l'intérieur de l'île présente également des potentialités touristiques qui demandent encore à être mises en valeur. Engagée sur la voie du tourisme vert depuis plusieurs années déjà, une petite commune de Haute-Corse, Lama, a fait la démonstration que la lente désertification des villages corses n'était pas une fatalité. Grâce à un tourisme rural où le vacancier est davantage un hôte qu'un client, les habitants de Lama ont à la fois sauvé leur patrimoine bâti et maintenu la vie au village.

Situé dans la micro-région de la Balagne, réputée comme étant le verger de la Corse, Lama fut durant des siècles un village prospère, grâce à l'oléiculture. Le déclin économique et la dépopulation, amorcés avec les deux guerres mondiales, ne firent que s'accentuer au tout début des années 70 lorsqu'un incendie dévasta la quasi-totalité de l'oliveraie.

Réhabilitation du patrimoine médiéval du village de Lama

Du passé florissant resta seulement un patrimoine architectural des plus originaux : un village médiéval tout en venelles et passages voûtés et d'étonnantes demeures dans le goût des palais à l'italienne, datant du XVIIIe siècle, car à cette époque les riches propriétaires terriens de Lama aimaient à afficher leur prospérité. Et c'est à ce patrimoine si particulier que le village doit son second souffle. Réunis autour de leur maire, Simon Baccelli, les derniers habitants ont pris le pari de faire de leurs pierres et de leur passé le moteur d'une économie. « L'initiative a été prise au cours de l'année 1987, explique Simon Baccelli. Le contrat de plan Etat/région prévoyait au volet tourisme des opérations groupées de gîtes ruraux et j'ai pensé que c'était une opportunité à saisir. J'en ai donc parlé aux habitants du village et, après bien des réunions, des discussions, pratiquement toutes les familles ont décidé de se lancer dans l'aventure. »

Construction de gîtes et création d'équipements

La commune a cédé des terrains à ceux qui n'avaient ni terres ni demeures à faire restaurer mais souhaitaient « faire du gîte ». Elle s'est également chargée de trouver un partenaire financier, en l'occurrence la Société Générale, avec laquelle elle a négocié des taux intéressants au nom de ses administrés. Soixante-quatre gîtes ruraux ont ainsi été créés, certains dans de l'ancien réhabilité, d'autres dans du neuf en privilégiant le souci d'employer des matériaux traditionnels et de se conformer à l'existant.

Tous sont gérés par l'office du tourisme du Pays de L'Ostriconi. Puis la commune a réalisé des structures d'équipement : dessertes, voirie, tennis et piscine intégrés au site, réseau câblé pour éviter que des paraboles ne déparent le cadre. Lama s'est aussi doté de serres communales, ce qui, ajouté aux efforts des particuliers, lui a valu le label de village fleuri. Les anciennes écuries de la maréchaussée reconverties en salle d'exposition et de concert, une ferme équestre, des restaurants et une épicerie « multiple rural » désormais ouverte toute l'année complètent les structures d'accueil. En été, le village organise à la belle étoile un festival du film rural intitulé « Chroniques villageoises », où se pressent vacanciers et villageois. « Tout le monde est invité, c'est ça l'esprit des vacances à Lama : partager la vie de ses habitants », dit Simon Bacccelli. Des habitants qui font volontiers visiter leurs maisons, expliquent ce qu'était leur village autrefois. Les beaux jours finis, on prépare la saison suivante : nouveaux travaux de restauration, projets...

« On essaie de créer progressivement une économie rurale : tout ce que nous avons doit être valorisé, parce que cela devient automatiquement un atout économique, qu'il s'agisse d'un vieux moulin à huile ou d'une chapelle romane. » L'essor touristique a ramené vers le village quelques familles qui se sont investies dans la production agricole, et les terrains ont pris de la plus-value. En 1989, Lama a reçu le « Grand Prix national de l'innovation touristique », puis les « Bravos de l'accueil », en 1995. Ses habitants ont réussi leur pari et peut-être ouvert une voie nouvelle au tourisme Corse. PHOTO : La mise en valeur du patrimoine de Lama par ses habitants a permis au village de revivre.

Cet article fait partie du dossier

TOURISME

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil