En direct

Coronavirus : arrêter les chantiers ou pas ?
Chantier à Paris - © Elise Robaglia

Coronavirus : arrêter les chantiers ou pas ?

LeMoniteur.fr |  le 26/03/2020  |  France Coronavirus

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
France
Coronavirus
Valider

Sommaire du dossier

  1. « Nous demandons la suspension des délais d’instruction des procédures d’urbanisme », Olivier Pavy, AMF
  2. Contournement autoroutier de Strasbourg: 800 salariés au repos forcé
  3. Coronavirus: entre chantiers et santé, le CHU de Bordeaux s’organise
  4. Nouvelle-Aquitaine: un plan d’urgence économique de 50 millions d’euros
  5. Chantiers des régions: un traitement au cas par cas
  6. A Toulouse, Tisséo a stoppé les chantiers du métro et du téléphérique
  7. La FFB Grand Paris recommande à nouveau de stopper les chantiers
  8. L’agglomération du Grand Avignon ferme le chantier de restauration de l’opéra
  9. Coronavirus : Blois suspend sa passerelle sur la Loire
  10. Dans l’Ouest, les chantiers devraient rester fermés toute la semaine
  11. Le secteur de la construction demande un arrêt temporaire des chantiers
  12. Contre l’avis du gouvernement les chantiers s’arrêtent dans les Pays de la Loire
  13. Arrêts de chantier : Vinci décide au cas par cas
  14. En Bretagne, la FFB recommande l’arrêt des chantiers
  15. Coronavirus: dans les Hauts-de-France, les entreprises générales ferment leurs chantiers
  16. Dans le Rhône, les chantiers se mettent en pause
  17. Covid-19 : en Paca, les entreprises sont dans l’expectative
  18. Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine: souplesse, attente et incertitudes
  19. Coronavirus: priorité à la sécurité pour les entreprises en Occitanie
  20. Bordeaux Métropole prend des mesures pour les chantiers
  21. Coronavirus: les maîtres d’ouvrage d’Occitanie s’adaptent
  22. La Capeb appelle à l'arrêt des chantiers, sauf exceptions
  23. Chantiers : comment continuer, comment arrêter ?

Les mesures de confinement ont conduit à un arrêt plus ou moins ordonné des chantiers. Le gouvernement et les fédérations professionnelles travaillent à un protocole pour permettre leur redémarrage... Suivez-la situation en direct.

Dans un flash info diffusé mardi 17 mars au matin, la FFB laissait la liberté aux entreprises de poursuivre ou pas le travail : "Si les circonstances le permettent (accord du maître d’ouvrage, accord des salariés…), les entreprises peuvent poursuivre leur activité en respectant strictement les consignes sanitaires données par le gouvernement. Pour autant, chaque entreprise appréciera en fonction de son activité et des circonstances particulières la poursuite ou non de son activité."

Et puis la peur s'est installée et les chantiers ont commencé à s'arrêter. Reprendront-ils ?

sommaire du dossier

Fermé
« Nous demandons la suspension des délais d’instruction des procédures d’urbanisme », Olivier Pavy, AMF

Interview

« Nous demandons la suspension des délais d’instruction des procédures d’urbanisme », Olivier Pavy, AMF

Référent de l’Association des maires de France dans les domaines de l’urbanisme, du logement et du patrimoine, Olivier Pavy exprime la crainte d’une « perte de savoir-faire » dans le tissu...
Fermé
Contournement autoroutier de Strasbourg: 800 salariés au repos forcé

Contournement autoroutier de Strasbourg: 800 salariés au repos forcé

Le plus grand chantier routier de France est en sommeil depuis une semaine. Pour l’heure, le contrat de concession entre Vinci et l’Etat ne change pas, lui qui fixe une échéance de mise en...
Fermé
 Coronavirus: entre chantiers et santé, le CHU de Bordeaux s’organise

Coronavirus: entre chantiers et santé, le CHU de Bordeaux s’organise

Actuellement, tous les chantiers sont à l’arrêt, mais l’établissement est prêt à accueillir les patients du Covid-19. Pierre-Yves Siramy, le directeur des travaux, fait le point pour...
Fermé
Nouvelle-Aquitaine: un plan d’urgence économique de 50 millions d’euros

Nouvelle-Aquitaine: un plan d’urgence économique de 50 millions d’euros

Alain Rousset, président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, a présenté, le 24 mars, les différentes initiatives et solutions proposées par la région pour faire face à la crise,...
Fermé
Chantiers des régions: un traitement au cas par cas

Chantiers des régions: un traitement au cas par cas

Certains chantiers s’arrêtent, d’autres non. Pour ces derniers, les gestes barrière s’imposent. En aucun cas, les régions de France n’imposeront des pénalités de retard aux titulaires des...
Fermé
A Toulouse, Tisséo a stoppé les chantiers du métro et du téléphérique

A Toulouse, Tisséo a stoppé les chantiers du métro et du téléphérique

Non prioritaires pour la nation, la troisième ligne de métro et Téléo, le futur téléphérique toulousain, font les frais du coronavirus. Explications de Francis Grass, président de Tisséo...
Fermé
La FFB Grand Paris recommande à nouveau de stopper les chantiers

La FFB Grand Paris recommande à nouveau de stopper les chantiers

Malgré l’accord intervenu entre l’Etat et les fédérations professionnelles du secteur, le 21 mars, la FFB Grand Paris réaffirme sa recommandation de suspendre totalement l’activité des...
Fermé
L’agglomération du Grand Avignon ferme le chantier de restauration de l’opéra

Diaporama

L’agglomération du Grand Avignon ferme le chantier de restauration de l’opéra

Après une longue restauration de plus de deux ans, l’opéra d’Avignon devait ouvrir ses portes au public pour la saison 2020-2021. La crise sanitaire a obligé l’agglomération du Grand Avignon a...
Fermé
Coronavirus : Blois suspend sa passerelle sur la Loire

Coronavirus : Blois suspend sa passerelle sur la Loire

En gestion de crise depuis le 16 mars, l’agglomération de Blois suspend sa commission d’appel d’offres, dans un contexte local de quasi-arrêt des activités de construction. Une autre suspension...
Dans l’Ouest, les chantiers devraient rester fermés toute la semaine

Dans l’Ouest, les chantiers devraient rester fermés toute la semaine

Malgré l’accord national de continuité de l’activité conclu avec l’Etat, en Bretagne et dans les Pays de la Loire, la consigne est de suspendre les chantiers pour cette semaine encore. Après
Le secteur de la construction demande un arrêt temporaire des chantiers

Le secteur de la construction demande un arrêt temporaire des chantiers

La FFB, la FNTP, la Capeb demandent au gouvernement du temps pour s'organiser. Alors qu'au premier jour du confinement général les annonces d'arrêt de chantier se sont multipliées , les...
Fermé
Contre l’avis du gouvernement les chantiers s’arrêtent dans les Pays de la Loire

Contre l’avis du gouvernement les chantiers s’arrêtent dans les Pays de la Loire

« Près de 80 % des chantiers de travaux publics sont arrêtés malgré la volonté du gouvernement » estime Laurent-Emmanuel Dieu, nouveau président de la FRTP Pays de la Loire. Le message du...
Fermé
Arrêts de chantier : Vinci décide au cas par cas

Arrêts de chantier : Vinci décide au cas par cas

Face au confinement généralisé et en attente de décisions gouvernementales, le n°1 français du BTP décide du sort de ses chantiers au plus près du terrain. Vinci est un groupe décentralisé,...
En Bretagne, la FFB recommande l’arrêt des chantiers

En Bretagne, la FFB recommande l’arrêt des chantiers

Alors que les entreprises de bâtiment ne sont pas contraintes de stopper leurs activités, certaines régions, comme la Bretagne, recommandent l’arrêt et la mise en sécurité des chantiers. A ce...
Coronavirus: dans les Hauts-de-France, les entreprises générales ferment leurs chantiers

Coronavirus: dans les Hauts-de-France, les entreprises générales ferment leurs chantiers

Situées sur un secteur fortement touché par l’infection au Covid-19, la plupart des entreprises générales des Hauts-de-France, souvent aussi présentes dans l’Est et en Ile-de-France, vont...
Dans le Rhône, les chantiers se mettent en pause

Dans le Rhône, les chantiers se mettent en pause

La FFB Rhône et métropole appelle à l’arrêt des chantiers. Les entreprises se préparent en actionnant les mesures de chômage partiel. Comment respecter les mesures de prévention contre le...
Covid-19 : en Paca, les entreprises sont dans l’expectative

Covid-19 : en Paca, les entreprises sont dans l’expectative

Faute de messages clairs, les entreprises du BTP naviguent à vue en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Mais une grande majorité a choisi de fermer ses chantiers. Mardi 16 mars au matin, sur le Prado...
Fermé
Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine: souplesse, attente et incertitudes

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine: souplesse, attente et incertitudes

Réunions de crise qui se multiplient, gestion au cas par cas… Face au confinement en raison de l’épidémie de Coronavirus annoncé lundi par le président de la République, la situation est gérée...
Fermé
Coronavirus: priorité à la sécurité pour les entreprises en Occitanie

Coronavirus: priorité à la sécurité pour les entreprises en Occitanie

Les chantiers se mettent à l’arrêt. Entreprises et fédérations déplorent le flou des directives données aux acteurs du BTP et privilégient la santé de leurs salariés. En Occitanie, le système...
Bordeaux Métropole prend des mesures pour les chantiers

Bordeaux Métropole prend des mesures pour les chantiers

Alertée par les majors présents sur les principaux chantiers de la métropole, la collectivité dirigée par Patrick Bobet, a rendu public le 19 mars son dispositif pour « assurer la continuité du...
Fermé
Coronavirus: les maîtres d’ouvrage d’Occitanie s’adaptent

Coronavirus: les maîtres d’ouvrage d’Occitanie s’adaptent

Arrêts et mise en sécurité des chantiers, prolongation des appels d’offres en cours, maintien des travaux de maintenance et soutien aux petits artisans. En Occitanie, les décisions se prennent...
La Capeb appelle à l'arrêt des chantiers, sauf exceptions

La Capeb appelle à l'arrêt des chantiers, sauf exceptions

Pour l'organisation professionnelle, les artisans doivent se protéger et protéger leurs salariés. "Nous recommandons aux chefs d’entreprise de cesser toutes activités sauf exception...
Chantiers : comment continuer, comment arrêter ?

Chantiers : comment continuer, comment arrêter ?

La FFB apporte des précisions sur les attestations et déclarations pour continuer l'activité, ainsi que sur le dispositif d'activité partielle. Et précise qu'un arrêt total de l'activité, hors...

Commentaires

Coronavirus : arrêter les chantiers ou pas ?

Votre e-mail ne sera pas publié

gb7469

17/03/2020 14h:14

la situation des salariés du bâtiment est compliquée au même titre que celle des employeurs . je parle surtout pour les TPE .les premières mesures prisent par notre président vont dans le bon sens économiquement mais hier soir il aurait du être plus ferme concernant le confinement et ne pas laisser la porte ouverte au discours ''je peux ou je peux pas ''. pour les marchés publics, les arrêts de chantier imposés par les maitres d'ouvrage , arrivent les uns après les autres , coupant court à toute interprétation. solidarité avec toutes les PME.

Votre e-mail ne sera pas publié

PYF

17/03/2020 15h:06

Chaque entreprise appréciera, en fonction de son activité. Comme en septembre 1939, selon que l'on conduisait un char, une auto-mitrailleuse ou et que l'on était officier de cavalerie.

Votre e-mail ne sera pas publié

FRED

17/03/2020 18h:48

Tous le monde est porteur potentiel du virus, je ne comprend pas que l'on puisse continuer les chantier sachant la promiscuité que ça représente !!!!!

Votre e-mail ne sera pas publié

Catcat50

18/03/2020 08h:07

Mon mari est monteur électricien chez Engie et va sur différents chantiers et chez des particuliers. Son patron a fermé l'entreprise, seuls les ouvriers doivent travailler. Pour ceux qui refusent, il leur demande de se mettre en RTT ou prendre des congés. Il refuse le droit de retrait. Les chantiers ne sont pas urgents et ont été sécurisés. Le patron a t'il le droit de les forcer à se mettre en congés. Merci pour votre réponse.

Votre e-mail ne sera pas publié

Katy95

18/03/2020 12h:27

Un enfer de s'organiser... Les assureurs assurent ne pas couvrir les dommages financiers, les loueurs imposent les loyers du matériel endormi, la maîtrise d'ouvrage affirme maintenir les plannings et les fournisseurs ferment.... Mais pas grave on nous accordera un crédit.... Encore faudra t'il tenir jusqu'à pouvoir le rembourser... Tout ça parce qu'aucune instance n'ose prendre la responsabilité des dommages financiers qu'engendre l’arrêt du chantier... Et c'est le constructeur qui se démerde. Bravo la solidarité !

Votre e-mail ne sera pas publié

FRAISSE

18/03/2020 12h:40

c'est le maitre d'ouvrage qui doit prendre ses responsabilités et ne permettre que des travaux en chantier isolé.

1 réponse

jp

18/03/2020 18h:22

Bonjour à tous c'est incohérent , faut stopper pour reprendre au plus vite assurons les vraies urgences , point. nous sommes une petite entreprise , nous avons décider d'arreter 15 jours , on verra ensuite . l'important c'est notre vie c'est la pagaille ,le flou total. Les personnes sérieuses arretent le gouvernement doit prendre des décisions immédiatement bon courage à tous

Votre e-mail ne sera pas publié

Bh

18/03/2020 13h:16

Inpensable aucune logique tout doit s arrêter pour limiter la propagation et les morts. Il n y a aucun moyen de protéger les salariés tout est en rupture. C est une atteinte à la vie. Réagissez !!!

Votre e-mail ne sera pas publié

Franck

19/03/2020 06h:08

il était compliqué de continuer l'activité, pas de masque, pas de gel. Difficile de travailler en binôme à plus d'un mètre. N' avoir qu'un seul compagnon par véhicule. Et en fin les salariés n'étaient pas très volontaire pour travailler. "nous ne sommes pas de la chair à cannons"

Votre e-mail ne sera pas publié

Archimarseille

19/03/2020 06h:46

Que les maitres d ouvrage prennent au moins pour les jours qui viennent leur responsabilite et prononcent des arrets temporaires de chantier ! Plus de MOE presente sur les chantiers . Plus de Csps ...et on ne peut pas croire que les artisans et compagnons puissent respecter les consignes sanitaires ..laissons decider par l etat de ce qui est strategique et inarretable ..

Votre e-mail ne sera pas publié

corinnelebohec

19/03/2020 16h:09

bonjour, tous les marchands de materiaux locaux, Pays d'Aix en Provence, sont fermés! Comment faisons nous? puis à 3 ou 4 dans les camionettes, on casse toute la chaine du confinement! ou est la logique dans tout ça?

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierre

19/03/2020 18h:47

C'est une honte, une attitude inqualifiable de ce gouvernement d'incapables qui restent terrés dans leurs bureaux parisiens et envoient sans vergogne des ouvriers sur les chantiers où les mesures d'isolement sont impossibles, et tout cela pour ne pas avoir à indemniser les entrepreneurs!...

Votre e-mail ne sera pas publié

INVIDIA42

20/03/2020 10h:24

Continuer l'activité ? Alors qu'il est demandé de respecter les distances entre les uns et les autre. Partage des outils, obligation de l'entreprise d'envoyer au moins 2 salariés pour des ouvrages particuliers (en toiture, sur échafaudages..) soit 2 personnes dans le même véhicule ! porter des charges à plusieurs personnes, prise des repas ensemble, manque d’hygiène de proximité sur la proximité des lieux de travail.... Que faites- vous? Madame la Ministre, de la faute inexcusable de l'employeur en cas d'infection des salariés ?

Votre e-mail ne sera pas publié

M&S

24/03/2020 14h:25

SCANDALEUX ! On se retrouve à l'époque de l'esclavagisme. Peu importe le nombre de mort chez "les petites gens" à partir du moment où l'argent continue de rentrer. Le confinement doit être général. Je rappelle que des médecins, des infirmières, des aides-soignantes risques leur vie pour soigner les malades. Apparemment les politiques et les grands groupes n'en n'ont rien n'à faire. Ce n'st pas un petit rhume qui circule on a à faire face à une grande pandémie et ce nest pas l'argent qui nous protégera. Mesdames, Messieurs du gouvernement et de la FFB, arrêter de penser à l'économie et à l'argent, ce sont des milliers de vies qui sont en jeu. Peut-être même la votre. Protégeons nous et ne surchargeons pas de travail les gens qui nous sauve la vie.

Votre e-mail ne sera pas publié

DONAR ASGARD

24/03/2020 19h:12

BonjourConcernant l'expectative que vous relevez dans l'article, permettez-moi de dire qu'elle me semble tout à fait surprenante. En réalité nous vivons un moment clef de l'histoire des institutions du Bâtiment où nous constatons, jour après jour, que les vérités changent non seulement d'une heure à l'autre, mais aussi par rapport au catéchisme préventionniste dont on abreuve es artisans depuis des décennies.Certes, le travail réalisé par les OP en collaboration avec les organismes préventeurs était et reste important pour faire avancer la sécurité sur les chantiers : risque de chute de hauteur, risque chimique, risque amiante.. Simplement, combien de fois n'avons pas été rappelés à l'ordre individuellement ou collectivement en raison de pratiques, contraires à la sécurité ou lacunaires en termes de prévention. Combien de fois a-t-il fallu remettre sur l'ouvrage nos réflexions, travaux et conclusions élaborés avec les organismes préventeurs pour parvenir à des modes opératoires acceptables, par exemple en matière d'intervention de sous-section 4 etc.… Pourtant, nous professionnels, l'avons accepté parce que nous voulions avancer et améliorer la sécurité de nos compagnons que nous formons dès l'apprentissage et qui partagent notre quotidien et vivent ce que nous vivons. . Aujourd'hui, dans cette crise, on nous demande d'envoyer nos compagnons sur des chantiers en appliquant les recommandations de l'OPPBTP (une fois validées par les services du Ministère) fixant des conditions sanitaires satisfaisantes sur les chantiers et poursuivre les activités. En même temps, on atténue la responsabilité civile (devenue subitement ''de moyens') de l'employeur tout cela pour lui enlever les freins moraux qui pourraient le retenir de renvoyer ses compagnons sur chantier.Or, combien de fois les organismes préventeurs ne nous-ont-ils pas répété les principes du code du travail en matière prévention des risques : il faut toujours prioritairement supprimer le risque plutôt que l'atténuer, toutes les fois où cela est possible.Toutes les organisations professionnelles s'accordent à reconnaître qu'hormis les chantiers de dépannage urgents (au sens de l'arrêté de 1990) , il est préférable de reporter les chantiers en cours et supprimer ainsi le risque de contamination auquel nos compagnons seraient exposés.Et là curieusement aucun organisme préventeur n'a fait entendre sa voix pour soutenir l'opinion des professionnels qu'autrement ils tancent si souvent pourtant en raison de leur pratiques préventives insuffisantes. C'est incompréhensible et préfigure une nouvelle manière de concevoir la prévention APRES la crise sanitaire…Alors oui, une telle expectative est surprenante ! A la place , nous aurions dû entendre les organismes préventeurs à l'unisson déclarer simplement que faire travailler les ouvriers sur chantier sans connaître avec précision les modes de propagation ni l'efficacité réelle des moyens matériels que l'on possède n'est pas une option.Mais rien…. on propose les gestes barrières (pour des ouvriers sur chantiers non des particuliers confinés chez eux) comme on dotait nos Poilus de la grande Guerre de la Rosalie, arme totalement inappropriée au combat confiné mais dont la taille et l'efficacité en temps ordinaire était supposée donner confiance au combattant.Les événements qui ont lieu au cours de la semaine passée en disent long sur la manière dont le Bâtiment et ses forces vives sont perçus, tant par la base que par une partie de nos élites et leurs conseillers.Le parallèle avec certaines manières de gérer les combats du premier conflit mondial s'impose d'autant plus que spontanément, des salariés et leurs représentants ont parlé de ''chair à béton''.Comment, nos professionnels, pourrions soutenir le regard des veuves de nos compagnons en sachant que le deuil qui les frappe est la conséquence directe de notre décision de les avoir renvoyés sur chantier en connaissant les risques existants. C'est juste … impossible…Il faudra que certaines chose fassent l'objet d'échanges … APRES… pour que chacun sache exactement où se situer...et en tirer les conséquences utiles… mais APRES...

Votre e-mail ne sera pas publié

jerome

24/03/2020 20h:38

je trouve intolerable que nous ouvriers du batiment on nous impose de prendre le risque de travailler malgrer le confinement impose par l etat. malgre que je travail seul je n ai pas le choix d une maniere ou une autre de risquer le contact au virus et de contaminer ma famille. notament que n etant pas plombier ou electricien mon metier du batiment peut largement etre mis en attente. il ne necessite aucunement du depannage vital et d urgence. pourtant les medecins scientifique homme d etats journalistes disent restez chez vous. merci a mon pays qui prend soins de la santee des ouvriers du batiment qui apparement ne parait pas aussi importante que le reste de la societee

Votre e-mail ne sera pas publié

Guido

25/03/2020 01h:10

Bonsoir, j'exerce la métier de maître d'oeuvre en bâtiment. Et je me pose beaucoup, mais vraiment beaucoup de question. Certes, le BTP est un secteur majeur de l'économie en France, comme ailleurs. Mais le commerce non alimentaire, la restauration, et bien d'autres le sont également. Alors, pourquoi vouloir s'évertuer à mettre en place des dispositions pour laisser travailler les compagnons sur des chantiers ? Pour sauvegarder un pan de l"économie ? Et bien soit, alors faisons en de même, avec les restaurateurs. ils n'ont qu'à réduire le nombre de table servies, en les distanciant d'un mètre. Les serveurs se tiendrons à distance pour prendre la commande. Il serviront les plats sur les tables laissées libres. Les serveurs s’éloigneront, et les clients changerons de table pour s'installer en face de leurs commandes servies... Ou alors, on crée des applications pour commander un café en terrasse en payant via le smartphone. La aussi, les serveurs laisserons la commande à 1.00 m, sur une table libre... Et après tout, les commerces non alimentaires peuvent reprendre leur activité, il suffirait de faire appliquer les mêmes règles de distanciations que celles applicable dans les commerces alimentaires... Franchement, on marche sur la tête ou quoi ? A quel titre les activités du bâtiment seraient plus essentielles que d'autres ? Les règles du confinement étaient pourtant dictées : cessation des activités non essentielles. A part le commerce alimentaire; les services sanitaires (médecins, etc) et certains services indispensables (banques, poste, mais aussi livreurs), a quelle titre l'activité du bâtiment serait elle plus indispensable ? Je connais bien la vie des chantiers, et je vois mal quelle règles pourraient assurer la sécurité des compagnons. Qu'en serait il des toilettes, des locaux de réunion, et les réfectoires ? Qui pourrait assurer l'hygiène de ces lieux ? Des entreprises connexes qui reprendraient également leur activité ? Rouvrir les négociants de matériaux aux seuls professionnels, ok. Mais alors il faut réorganiser la logistique pour approvisionner les négoces ? Tous les négoces , ou au cas par cas ? Bref, je ne comprends pas l'attitude qui est recommandée : Faut-il renforcer oui ou non le confinement, ou alors on reprend les activités qui le permettraient sous certaines conditions ?. A ce moment la, autant rouvrir également les cinémas en limitant le nombre de place par séance, par exemple. Ou reprendre les matchs de foot, en ne remplissant les stades qu'a un quart de leur capacité. Bref, je pense m'être fait comprendre : la reprise de l'activité dans le secteur du BTP serait une aberration totale dans le contexte actuel. Autant mettre fin au confinement pour tout le monde, en indiquant simplement les règles à suivre (distanciation, etc). Bref, une aberration. Et j'ai un peu honte de ceux qui défendent ce schéma. En tous cas; moi j'encourage tous les acteurs du bâtiment à renoncer à se déplacer et à se confiner, comme les autres. Nous ne seront pas des lâches pour autant. Et bien entendu, nous n'oublierons jamais de remercier l'ensemble du corps médical et soignant, et la chaîne de distribution alimentaire. Courage à tous, et faisons preuve de discernement.

Votre e-mail ne sera pas publié

Gef796

25/03/2020 15h:10

On en planque certains, on en envoie d'autres au casse-pipe? C'est la guerre... Peut-être que nos politiques ont décidé qu'une partie de la population devra assurer l'immunité collective : on a choisit les TP!!! Je crains qu'ils ne soient touchés par un taux de mortalité élevé. A-t-on oublié que c'est une tranche de la population fragilisée par un travail pénible, qui profite peu ou pas de ses années de retraites parce que ces gens finissent leur carrière usés. Si beaucoup décèdent, les décideurs ont peut-être déjà la solution : "c'est pas grave : on fera appel (comme après la dernière guerre) à une population immigrée peu qualifiée, pas chère, pour faire repartir l'économie". Je suis écœurée par ces décisions inacceptables et incompréhensibles. C'est ainsi, l'histoire est un éternel recommencement! J'ai honte pour eux

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur