En direct

Coronavirus : comment Spie batignolles fait face à la crise
Jean-Charles Robin, président de Spie batignolles . - © Spie Batignolles

Coronavirus : comment Spie batignolles fait face à la crise

Propos recueillis par Jérémy Bellanger |  le 17/03/2020  |  Spie batignollesFrance CoronavirusConfinement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Spie batignolles
Entreprises
France
Coronavirus
Confinement
Valider

Sommaire du dossier

  1. «Si nous reprenons les chantiers, nous serons moins performants», Laure Carladous, DG de Spada Construction
  2. «Le guide des bonnes pratiques ne réglera pas tout», Pierre Schaeffer, président de la fédération du BTP de Moselle
  3. "Nous paierons nos entreprises dans les meilleurs délais", Nordine Hachemi, Pdg de Kaufman & Broad
  4. «Nous attendons impatiemment les directives», Dominique Soyer, directeur général de Maisons & Cités
  5. "Les clients ne veulent plus nous recevoir!", Bastien Danni, gérant de ViaRéno (Bouloc, 31)
  6. «90 % de nos clients ont suspendu leur activité», Frédéric Bossy de Jouvin Carrelage
  7. "C'est toute une chaîne qui doit reprendre", Arnaud Castillon, président de Castillon TP (Saint-Palais, 64)
  8. "Nous pouvons contribuer à la construction d'hébergements pour les soignants et les malades", Yoann Choin-Joubert, Groupe Réalités
  9. «L’arrêt des chantiers routiers est généralisé en France», Franck Fournols, directeur général de France Rabotage
  10. «Une très grande solidarité au sein des équipes», Damien Patriarche, DG de Patriarche
  11. "Une dizaine de salariés ont accepté d‘être sur des chantiers où ils seront en binôme sans aucun autre corps d’état présent", Edouard Dejoie
  12. Vosgelis prend des nouvelles de ses locataires seniors
  13. « On a reçu un tir double avec le coronavirus et le report des élections municipales », Valentine Guichardaz-Versini, architecte
  14. « Nous travaillons déjà sur les scénarios de reprise d’activité », Alexandre Marchetta, directeur général de Mecalac
  15. « Les paiements des prestations avant crise seront assurés », Clarisse Mazoyer, présidente de l’Oppic
  16. «Des conséquences difficiles à évaluer», Thibaud Babled, architecte
  17. "90 % de nos effectifs seront au chômage partiel à partir du 27 mars", Patrick Vandromme, P-DG d'Hexaom
  18. Sylvain Fornes, artisan, ferme son entreprise et explique pourquoi
  19. «50 % des chantiers sont gelés», Francis Stéphan, directeur général de Domofrance
  20. Coronavirus : comment Spie batignolles fait face à la crise
  21. Coronavirus : la vie en agence
  22. «Un gros creux à craindre au second semestre», Georges Metzger, président de GCM
  23. «C’est ubuesque, on nous prend pour des chiens», Christian Surget, président de la FRTP Nouvelle-Aquitaine
  24. «Veiller à la santé et au bien-être de nos collaborateurs » Vincent Roux, DG de Richez Associés
  25. "A ce jour, aucune opération n’est abandonnée", Viguier Architecture Urbanisme Paysage

Voilà plus d’une semaine que le groupe de construction a pris des mesures de confinement et de télétravail pour ses équipes n’intervenant pas sur le terrain. Pour l’heure, les chantiers peuvent continuer, mais nombre d’entre eux fonctionnent dans un mode fortement dégradé.

« Depuis vendredi 13 mars dernier, nous avons franchi une étape supplémentaire dans les mesures de mise en sécurité de nos collaborateurs. Déjà en place depuis une semaine, le télétravail et le confinement ont été systématisés. Aujourd’hui, notre siège est vide, exception faite d’une équipe de crise qui regroupe l’antenne RH, la comptabilité, la paie et la division prévention, soit une quinzaine de personnes », détaille le président de Spie batignolles Jean-Charles Robin.

60 à 70 % des chantiers fonctionnent en mode dégradé

Pour l’instant les chantiers peuvent continuer. Mais dans le même temps, le groupe constate que «  60 à 70 % fonctionnent difficilement où sont amenés à s’arrêter. C’est parfois la maîtrise d’ouvrage qui le réclame, mais nous faisons aussi face à des impossibilités de fait faute d’approvisionnement ou de sous-traitant », poursuit le dirigeant qui anticipe un arrêt total des chantiers.

« Seules nos activités de maintenance portant sur des infrastructures essentielles telles que les hôpitaux, les transports ou encore l’industrie alimentaire devraient se poursuivre », estime-t-il.

Gérer l’arrêt de l’activité

Alors que le BTP se dirigeait, mardi 17 mars au soir, tout droit vers un gel quasi total d’activité, Spie batignolles entend porter une attention particulière aux conditions contractuelles d’arrêt de chantier pour "préserver ses droits et anticiper la reprise des travaux". Dans le même temps, le groupe se prépare à organiser "un gardiennage des chantiers afin d'assurer leur sécurité et protéger les biens qui s'y trouvent".

Il continuera également de suivre de près la mise en place du chômage partiel. « Il était au départ question d’une indemnisation à 100 % avant que ne soit évoqué 84 % du net au-dessus du SMIC », regrette Jean-Charles Robin.

Le dirigeant loue néanmoins les mesures de fiscalité annoncées et le décalage des charges des entreprises rappelant « l’importance de différer l’impact sur le chiffre d’affaires pour préserver autant que possible la trésorerie. Fin mars sera pour nous un premier choc, mais le mois d’avril pourrait être encore plus dur si la situation se prolonge. D’où la nécessité d’être accompagné par les pouvoirs publics et nos partenaires banquiers ».

Une fois l'urgence sanitaire passée, il faudra encore remobiliser et tranquilliser pour relancer la machine. "Les chantiers en cours reprendront, mais les commandes elles ne suivront pas. Nous anticipons d'ores et déjà un trou d’air à partir de septembre, d'autant que l’attentisme lié aux élections municipales devrait toujours être de mise", analyse le dirigeant.

Commentaires

Coronavirus : comment Spie batignolles fait face à la crise

Votre e-mail ne sera pas publié

Covid-Spie

17/03/2020 19h:59

Il faudrait peut-être passer dans les bureaux de temps en temps pour voir si cela est vrai..... C'est un peu l'inverse qui se passe. La politique anti télé travail de cette entreprise n'a pas bougé d'un poil. Pire, les services informatiques n'ont jamais été aussi actifs afin d'éditer des règles et des restrictions qui empêchent tout aménagement d'un poste de travail à domicile. Problème de confiance ? Incompétence ? Irresponsabilité ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur