Coronavirus : à Londres, le chantier Crossrail s’arrête
Le premier test sur la ligne Elizabeth réalisé en février 2018. - © Crossrail Ltd 2020

Coronavirus : à Londres, le chantier Crossrail s’arrête

Lise Lévèque avec AFP |  le 25/03/2020  |  CoronavirusCrossrail LondresHS2 CrossrailEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Coronavirus
Crossrail Londres
HS2 Crossrail
Europe
Valider

La construction de cette nouvelle ligne de métro dans la capitale est suspendue car la pandémie entraîne surcoût et retard. La ligne de train à grande vitesse HS2 pourrait connaitre le même sort.

Nouveau rebondissement pour le projet Crossrail. La construction de ce RER londonien traversant la capitale d’Ouest en Est, en croisant 11 lignes de métro existantes, était déjà au cœur d’une polémique liée aux retards et aux surcoûts du chantier. Elle est dorénavant suspendue en raison de la pandémie de coronavirus.

L'autorité londonienne en charge des transports (TfL) explique dans un communiqué du 24 mars devoir arrêter temporairement les travaux sur la ligne Elizabeth, censée relier l'aéroport d'Heathrow à la City, en raison du confinement décidé par le gouvernement et de la nécessité de limiter les déplacements des ouvriers.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour maintenir Crossrail sur la bonne voie, mais le Covid-19 va avoir un impact financier et pourrait occasionner de nouveaux retards pour un projet qui a déjà été largement différé », a déclaré Mark Wild, le directeur général.

Crossrail est l'un des plus vastes chantiers en Europe, il mobilise quelque 15 000 personnes.

Sur le même sujet Retards, surcoût... à Londres, le chantier géant de Crossrail dérape

HS2 bientôt arrêté ?

Un autre projet pharaonique pourrait bientôt être mis à l'arrêt : la ligne de train à grande vitesse HS2. « D'ici la semaine prochaine nous examinerons la majorité de nos chantiers sur nos sites » conformément aux recommandations gouvernementales, a indiqué un porte-parole.

Le Premier ministre Boris Johnson avait donné en février son feu vert pour ce chantier colossal qui doit relier plus rapidement Londres au centre et au nord de l'Angleterre, malgré une facture partie pour dépasser 100 Mds£. Eiffage, Vinci et Bouygues sont déjà impliqués pour le premier tronçon vers Birmingham, qui pourrait ne pas voir le jour avant 2031.

Des ouvriers « en colère et exposés » au virus


Le gouvernement britannique n'a pas exigé la fermeture des chantiers dans le pays, malgré un confinement plus sévère décidé pour trois semaines.

« La consigne du gouvernement est que les gens devraient aller au travail s'ils ne peuvent pas travailler de chez eux. Les chantiers de construction restent autorisés. Mais bien sûr il faut que cela soit fait en toute sûreté », a déclaré Rishi Sunak, le ministre des Finances.

La décision du gouvernement de poursuivre les chantiers a été vertement critiquée par nombre d'ouvriers qui se sentent « en colère et exposés » au virus. Le maire de Londres Sadiq Khan milite lui aussi pour un arrêt des travaux.

Commentaires

Coronavirus : à Londres, le chantier Crossrail s’arrête

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur