En direct

Corinne Vezzoni, architecte à Marseille :
- ©

Corinne Vezzoni, architecte à Marseille : "Il faut en finir avec le cabanon et le pastiche provençal"

Defawe Philippe |  le 06/06/2006  |  ArchitectureRéalisationsBouches-du-Rhône

L'architecte marseillaise Corinne Vezzoni a conçu le bâtiment des archives et de la bibliothèque départementales inaugurée jeudi à Marseille au coeur du périmètre Euroméditerranée, vaste opération de restructuration urbaine visant à redessiner les contours de la façade maritime nord de la ville.
L’architecte estime que la ville fait encore preuve d'une "certaine frilosité" en matière architecturale, mais qu'Euroméditerranée est un terrain plus propice à l'audace.

Quel regard portez-vous sur l'architecture à Marseille?
Disons que le constat d'un certain manque d'ambition a été fait, notamment par les pouvoirs publics et que demeure encore une certaine frilosité. La question principale à laquelle doit répondre Marseille est la suivante: comment concilier ce côté ville-village et ce statut de grande métropole ? Personnellement, je pense qu'il faut en finir avec le cabanon et le pastiche provençal!

Plusieurs bâtiments à usage privé du périmètre Euromediterranée, comme ceux abritant des banques, n'offrent pas une grande originalité architecturale. L'audace est-elle l'apanage du public, comme le montre aussi le collège de La Joliette sur cette zone ?
Les bâtiments publics se doivent en effet, à mes yeux, de donner le ton architectural et les concours publics ont souvent fait émerger les talents. Pour les archives et la bibliothèque départementales, nous ne souhaitions pas faire dans le "standard". Je pense aussi qu'Euroméditerranée fait figure de quartier neuf, plus lié au port qu'au tissu villageois traditionnel marseillais, ce qui peut permettre davantage d'audace et d'ambition.

Quelle ligne directrice avez-vous suivi à travers le projet des archives départementales ?
Il y avait d'abord la nécessité de positionner le bâtiment par rapport à la ville: nous souhaitions donner une image simple et forte, avec ce grand rectangle blanc face au port. Il fallait aussi composer avec la lumière naturelle, tout en la contrôlant, puisque les archives doivent être protégées du soleil. Nous avons donc fait un gros travail sur l'épaisseur, la matière et aussi la notion de mystère. A Marseille et dans le sud, tout ne se donne pas à voir. Il y a moins d'espaces entièrement vitrés, comme dans les pays d'Europe du nord par exemple.

Commentaires

Corinne Vezzoni, architecte à Marseille : "Il faut en finir avec le cabanon et le pastiche provençal"

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur