En direct

Contrôler l'étanchéité des géomembranes

ALAIN DOUDIES, XAVIER HAERTELMEYER, LAURENT MIGUET, MARIE-ODILE MIZIER, BERNARD REINTEAU, ALAIN SARTRE |  le 30/10/1998  |  EnvironnementProduits et matérielsSecond œuvreTravailSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Environnement
Produits et matériels
Second œuvre
Travail
Santé
Technique
Valider

Un maillage de capteurs sous les alvéoles de décharges ou les bassins de rétention d'eaux contaminées permet de localiser les fuites dès les premiers instants.

Conçu par un ingénieur slovaque et Philippe Ganier, responsable de Sensor, une entreprise de pose de géomembranes, le Sensor DDS est déjà exploité sous 1,5 million de m2 d'ouvrages. Ce système de détection des fuites sous étanchéité permet, aux exploitants de décharges ou de bassins de rétention, de contrôler la mise en oeuvre des géomembranes, leur intégrité avant toute mise en exploitation, et de localiser une fuite à 50 cm près.

Ce système de détection se compose de capteurs reliés à des boîtiers de regroupements sur lesquels il est possible de connecter un modem ou un micro-ordinateur pour récupérer les informations d'états.

L'emplacement de ces capteurs passifs selon un maillage de 8 à 10 m de côté est déterminé après modélisation du site. Ils sont compatibles avec les membranes plastiques; les nappes en caoutchouc sont à proscrire en raison de leur conductivité.

Alarme visuelle ou sonore

Les capteurs se présentent sous la forme d'un fil de cuivre de 1,5 m de long, enrobé dans une gaine de polyéthylène haute densité chargé de 15 à 20 % de black carbon pour les rendre conducteurs, et roulé en spirale. Posés au sol, ils sont reliés à des borniers d'une capacité de 64 capteurs. La mesure est activée en plongeant dans le bassin une électrode active qui délivre une tension de 50 à 100 V et en traitant, à l'aide du logiciel de récupération de mesures, les tensions de quelques millivolts transmises par les capteurs sous membrane. « Le système mesure la différence de potentiel entre capteurs, explique Philippe Ganier. Il est capable de discerner une fuite de la taille d'un trou d'épingle. »

Les informations sur écran d'ordinateur indiquent graphiquement la position de la dégradation et simplifient ainsi les opérations de recherche. Sur les équipements permanents, les fuites peuvent aussi être signalées par une alarme visuelle ou sonore.

Des capteurs adaptés aux ouvrages

« 25 % des défauts se manifestent dès la mise à l'eau des ouvrages, et 75 % après la mise en oeuvre de la couche de protection », observe Philippe Ganier. Cependant, plusieurs types de câbles et de capteurs sont proposés pour répondre aux besoins de contrôle : électrodes de zinc et câble en PVC d'une durée de vie courte pour un contrôle de réception de chantier, électrode de zinc plaqué Inox avec câble en PVC pour un contrôle pendant trois années, électrode en acier inoxydable et câble à revêtement de polyéthylène pour une garantie de liaison pendant dix ans, et électrode en acier inoxydable avec câble à revêtement en Téflon pour les contrôles de très longue durée.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur