Contrôle de l'éclairage urbain : jusqu'à 50 % d'économies d'énergie
Pour un éclairage urbain intelligent - ©

Contrôle de l'éclairage urbain : jusqu'à 50 % d'économies d'énergie

Céline Boff |  le 27/05/2009  |  Eclairage urbainPerformance énergétiqueEnergieProduits et matérielsRhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Eclairage urbain
Performance énergétique
Energie
Produits et matériels
Rhône
France
Aménagement
Technique
Valider

A travers sa filiale Citylone, le groupe Arcom présente au salon LumiVille, qui se tient du 26 au 28 mai à Eurexpo-Lyon, sa solution de contrôle de l'éclairage urbain. Un système qui promet 50% d'économies d'énergie.

Depuis le 26 mai et jusqu'au 28, les visiteurs de LumiVille, salon dédié à l'éclairage public, l'éclairage extérieur et la mise en lumière des villes, peuvent découvrir des contrôleurs d'éclairage intelligents conçus par Citylone, la nouvelle filiale du groupe Arcom, créée pour l'occasion.
Implantée à Brindas, dans la banlieue lyonnaise, celle-ci a pour vocation de développer et commercialiser des systèmes de régulation pour l'éclairage urbain. Un complément à l'offre du groupe Arcom, jusqu'à présent spécialisé dans la conception et la fabrication d'automatismes indoor (systèmes de régulation multi métiers - éclairage et CVC).

Boîtier à installer dans les mâts

Concrètement, Citylone propose deux gammes de contrôleurs d'éclairage intelligents (nœuds LON®), qui pourraient garantir jusqu'à 50 % d'économies d'énergie. Ces contrôleurs sont des boîtiers à installer directement dans les mâts des lampadaires (ligne SL42) ou en façade, pour les spots notamment (ligne étanche SL65). « Nos contrôleurs utilisent la technologie en courant porteur sur le réseau de communication LonWorks, standardisé au niveau mondial. Ces systèmes ne nécessitent donc aucun câblage supplémentaire », précise Patrick Tabouret, président d'Arcom.

Pilotage à distance

Grâce à un logiciel développé par Streetlight.vision, les contrôleurs Citylone permettent un pilotage à distance et en temps réel de chaque point lumineux. Derrière son ordinateur (poste de télégestion), l'utilisateur peut donc graduer la lumière de chaque spot ou lampadaire. Ces ordres transitent, via une connexion GPRS, ADSL, WiFi ou encore Radio, par un contrôleur de segment (I-LON, conçu par Echelon), à installer dans les armoires électriques. Ces contrôleurs de segment transmettent à leur tour les informations aux nœuds LON®. « L'utilisateur va, depuis son poste de télégestion, classer les points lumineux par zones et définir leur intensité en fonction des heures. Ce programme fonctionne ensuite de manière autonome », détaille Raphaëlle Rechagneux, responsable marketing de Citylone.

Mesures et contrôles

Les contrôleurs ont également été conçus pour collecter les données et les transmettre au poste de télégestion. Ils permettent donc de mesurer les dépenses énergétiques ou encore de détecter les pannes et même d'en identifier la source (lampe, ballast, condensateur, etc.). Une alternative séduisante au contrôle humain, dont l'efficacité est relative : en zone urbaine, une panne est en moyenne identifiée dans les 15 jours.
Les contrôleurs Citylone permettent enfin de piloter des services connexes, comme une caméra de vidéosurveillance, des éclairages festifs ou une seconde lampe et ce, de manière indépendante de la lampe principale.

Adaptables aux ballasts ferromagnétiques et électroniques

Mais la véritable innovation des contrôleurs Citylone, c'est de pouvoir s'adapter aussi bien aux ballasts ferromagnétiques (ancienne génération) qu'aux ballasts électroniques (nouvelle génération). Comme le souligne Patrick Tabouret : « Notre offre est, pour l'heure, la seule capable de grader du ferromagnétique au point lumineux ».
Les performances sont cependant moindres avec le ferromagnétique : les lampes ne peuvent être gradées en dessous de 70 % de leur puissance nominale, contre 50 % pour le système électronique.

88 foyers lumineux à Saint-Priest

Au sud de Lyon, la Ville de Saint-Priest teste actuellement la solution Citylone. Elle a équipé 88 foyers lumineux en nœuds LON®. Montant de l'investissement : 32 000 euros (un contrôleur Citylone est vendu environ 150 euros). « Sur cette zone, l'éclairage fonctionne à 100 % entre le crépuscule et 23h, et entre 5h et l'aube, et à 70 % entre 23h et 5h. Nous estimons le gain énergétique annuel à 22 000 kWh, soit 30 % environ, auquel s'ajoute une économie d'émission de CO2 de 2,2 tonnes », précise Hervé Burian, du service d'éclairage public de la Ville.
A fin juin, Citylone aura livrée 400 contrôleurs, dont 350 sous sa marque. La filiale compte bien monter en puissance pour installer, d'ici à 2014, environ 30 000 contrôleurs par an. Elle s'attaque à un marché en pleine explosion, caractérisé par la présence de grands acteurs - Schneider en tête. Sur les six premiers mois de 2009, 50 000 contrôleurs ont été installés en France, contre seulement 5 000 les six mois précédents.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil