En direct

Contribution spéciale et contribution forfaitaire représentative des frais de réacheminement d’un étranger dans son pays d’origine

le 29/06/2012

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider
Travail illégal -

Décret n° 2012-812 du 16 juin 2012 Ministère de l’intérieur JO du 19 juin 2012 - NOR : INTL1200526D

Publics concernés : employeurs, donneurs d’ordre, administration de l’Etat chargée du recouvrement de la créance, Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII).

Objet : modification des dispositions relatives à la mise en œuvre de la contribution spéciale et forfaitaire représentative des frais de réacheminement de l’étranger dans son pays d’origine et de la contribution au recouvrement de ces contributions.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.

Notice : l’article 78 de la loi n° 2010-1657 du 29 décembre 2010 a modifié le partage des compétences entre l’Etat et l’Office français de l’immigration et de l’intégration pour la mise en œuvre des contributions spéciales et forfaitaires. Désormais, ces deux contributions sont constatées et liquidées par l’OFII et recouvrées par l’Etat. Pour permettre à l’OFII d’exercer pleinement ses compétences, l’article 62 de la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 a prévu qu’une copie des procès-verbaux relevant l’infraction d’emploi d’étrangers sans titre serait systématiquement transmise à l’OFII.

Le décret précise que la contribution forfaitaire, représentative des frais de réacheminement de l’étranger dans son pays d’origine, est due par l’employeur pour chaque employé en situation irrégulière et que la contribution spéciale, dont le montant est défini par référence au taux horaire minimum garanti, est due par l’employeur qui a embauché un travailleur étranger non muni d’une autorisation de travail.

Il définit les modalités selon lesquelles le directeur général de l’OFII constate et liquide les contributions spéciale et forfaitaire.

Il donne compétence, pour trancher les litiges relatifs à ces deux contributions, au tribunal administratif dans le ressort duquel est constatée l’infraction.

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’intérieur,

Vu le code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, notamment son article L. 626-1 ;

Vu le code de justice administrative, notamment son article R. 312-16 ;

Vu le code du travail, notamment son article L. 8253-1 ;

Vu la loi n° 2010-1657 du 29 décembre 2010 de finances pour 2011, notamment son article 78 ;

Vu la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012, notamment son article 62 ;

Vu le décret n° 62-1587 du 29 décembre 1962 modifié portant règlement général sur la comptabilité publique ;

Vu l’avis du comité technique de proximité de l’Office français de l’immigration et de l’intégration en date du 14 novembre 2011 ;

Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,

Décrète :

Section 1 Dispositions relatives à l’ordonnateur

Article 1

Au paragraphe 2 de la sous-section 2 de la section 2 du chapitre III du titre II du livre II de la cinquième partie du code du travail est ajouté un article R. 5223-24 ainsi rédigé :

« Art. R. 5223-24. - Le directeur général est ordonnateur secondaire à vocation nationale pour l’émission des titres de perception relatifs à la contribution spéciale mentionnée à l’article L. 8253-1 et de ceux relatifs à la contribution forfaitaire représentative des frais de réacheminement de l’étranger dans son pays d’origine mentionnée à l’article L. 626-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile. »

Section 2 Dispositions relatives à la contribution spéciale

Article 2

Les sections 1 et 2 du chapitre III du titre V du livre II de la huitième partie du code du travail (partie réglementaire) sont remplacées par les dispositions suivantes :

« Art. R. 8253-1. - La contribution spéciale prévue à l’article L. 8253-1 est due pour chaque étranger employé en méconnaissance des dispositions du premier alinéa de l’article L. 8251-1.

« Cette contribution est à la charge de l’employeur qui a embauché ou employé un travailleur étranger non muni d’une autorisation de travail.

« Art. R. 8253-2. - Le montant de la contribution spéciale prévue à l’article L. 8253-1 est égal à cinq mille fois le taux horaire, à la date de la constatation de l’infraction, du minimum garanti prévu à l’article L. 3231-12.

« Ce montant est porté à vingt-cinq mille fois le taux horaire du minimum garanti lorsqu’une infraction au premier alinéa de l’article L. 8251-1 a donné lieu à l’application de la contribution spéciale à l’encontre de l’employeur au cours de la période de cinq années précédant la constatation de l’infraction.

« Art. R. 8253-3. - Au vu des procès-verbaux qui lui sont transmis en application de l’article L. 8271-17, le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration indique à l’employeur, par lettre recommandée avec avis de réception ou par tout autre moyen permettant de faire la preuve de sa date de réception par le destinataire, que les dispositions de l’article L. 8253-1 sont susceptibles de lui être appliquées et qu’il peut présenter ses observations dans un délai de quinze jours.

« Art. R. 8253-4. - A l’expiration du délai fixé, le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration décide, au vu des observations éventuelles de l’employeur, de l’application de la contribution spéciale prévue à l’article L. 8253-1, la liquide et émet le titre de perception correspondant.

« La créance est recouvrée par le comptable public compétent comme en matière de créances étrangères à l’impôt et au ­domaine. »

Article 3

Au deuxième alinéa de l’article D. 8254-6 du code du travail, la ­référence : « R. 8253-2 » est remplacée par la référence : « L. 8271-17 ».

Section 3 Dispositions relatives à la contribution forfaitaire

Article 4

L’article R. 626-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile est remplacé par les dispositions suivantes :

« Art. R. 626-1. - I. – La contribution forfaitaire représentative des frais de réacheminement de l’étranger dans son pays d’origine prévue à l’article L. 626-1 est due pour chaque employé en situation irrégulière au regard du droit au séjour.

« Cette contribution est à la charge de l’employeur qui, en violation de l’article L. 8251-1 du code du travail, a embauché ou employé un travailleur étranger dépourvu de titre de séjour.

« II. – Le montant de cette contribution forfaitaire est fixé par arrêté du ministre chargé de l’immigration et du ministre chargé du budget, en fonction du coût moyen des opérations d’éloignement vers la zone géographique de réacheminement du salarié, dans la limite prescrite à l’alinéa 2 de l’article L. 626-1. »

Article 5

L’article R. 626-2 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile est remplacé par les dispositions suivantes :

« Art. R. 626-2.-I. – Au vu des procès-verbaux qui lui sont transmis en application de l’article L. 8271-17 du code du travail, le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration indique à l’employeur, par lettre recommandée avec avis de réception ou par tout autre moyen permettant de faire la preuve de sa date de réception par le destinataire, que les dispositions de l’article L. 626-1 sont susceptibles de lui être appliquées et qu’il peut présenter ses observations dans un délai de quinze jours.

« II. – A l’expiration du délai fixé, le directeur général décide, au vu des observations éventuelles de l’employeur, de l’application de la contribution forfaitaire prévue à l’article L. 626-1, la liquide et émet le titre de perception ­correspondant.

« La créance est recouvrée par le comptable public compétent comme en matière de créances étrangères à l’impôt et au ­domaine. »

Article 6

A l’article R. 312-16 du code de justice administrative, après les mots : « du code du travail », sont insérés les mots suivants : « et de la contribution forfaitaire instituée par l’article L. 626-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile ».

Section 4 Dispositions relatives à l’outre-mer et d’entrée en vigueur

Article 7

Les articles 1er, 4 et 5 sont applicables à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin.

Les dispositions du présent décret ne sont pas applicables à ­Mayotte.

Article 8

Le ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur, le ministre de l’intérieur et le ministre délégué auprès du ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur, chargé du budget, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 16 juin 2012.

Commentaire

Ce décret modifie le montant de la contribution spéciale due par les employeurs qui ont embauché ou employé un travailleur étranger sans titre de travail. Cette contribution est fixée à 5 000 fois le montant du Smic horaire, contre 1 000 fois auparavant. En cas de récidive dans un délai de cinq ans, ce montant est porté à 25 000 fois le Smic, contre 5 000 fois auparavant. Par ailleurs, la sanction plus légère qui pouvait être proposée par le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) a été supprimée. Elle prévoyait une contribution fixée à 500 fois le Smic si d’autres infractions n’avaient pas été constatées.

Autre nouveauté : les modes de constatation, de liquidation et d’affectation sont désormais les mêmes pour la contribution spéciale et la contribution forfaitaire représentative des frais de réacheminement d’un étranger dans son pays d’origine. Après réception des PV constatant l’infraction, le directeur général de l’OFII informe l’employeur que ce dernier encourt des sanctions et qu’il peut lui présenter ses observations dans un délai de quinze jours. Cette mission relevait auparavant des directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) pour la contribution spéciale et des préfets pour la contribution forfaitaire.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur