En direct

Contesté par la population, un projet de ZAC est revu à la baisse

jean-jacques talpin |  le 23/02/2001  |  AménagementDroit de l'urbanismeLogementDroit de l'environnementLoiret

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Droit de l'urbanisme
Logement
Droit de l'environnement
Loiret
Loire
Architecture
Urbanisme
Réglementation
Valider

Non loin de la Loire, au sud d'Orléans, le Clos-Rozay est un vaste espace (environ 12 ha), longtemps occupé par des horticulteurs. C'est sur ce site que la ville d'Orléans et le promoteur Bâtir Centre lancent conjointement deux ZAC, l'une publique (avec essentiellement des activités), l'autre privée, consacrée au logement. Cette dernière a pris quelque retard car le promoteur a dû revoir sa copie en profondeur. Durant la phase de concertation préalable à la ZAC, la population s'est en effet prononcée contre le projet qui prévoyait 500 à 600 logements collectifs, un parc urbain (de 4 900 à 7 800 m2 selon les hypothèses) et une voirie importante destinée à désenclaver ce quartier.

Face à ce refus, la ville et Bâtir Centre ont donc décidé de revoir le projet. « Nous avons refait une analyse de ce secteur afin de coller au mieux avec son passé tout en apportant de l'habitat qui fait défaut à Orléans », explique Elisabeth Orsi, ingénieur-urbaniste à la ville d'Orléans. Ce réexamen intègre aussi la réglementation sur les zones inondables (prochainement traduite par un PPR, ou plan de prévention des risques). Le Clos-Rozay étant situé en zone inondable, avec des secteurs répartis en aléas faibles et moyens, son coefficient d'occupation des sols (COS) ne peut plus dépasser 0,5 (aléa moyen) et 0,7 (aléa faible), ce qui pèse naturellement sur la densification. « De plus, insiste Elisabeth Orsi, nous avons voulu conserver le parcellaire en lanières : des bandes étroites et longues qui correspondaient au passé horticole. »

Le nouveau projet comprend une soixantaine de parcelles de 400 m2 où seront construites des maisons de ville en alignement sur rue, avec jardin mais sans parking souterrain pour cause de crues de la Loire. Ces parcelles respectent l'ancien découpage en lanières, de même que les îlots plus importants où seront construits 280 logements en petits collectifs. La voirie est aussi plus modeste, avec une desserte principale et des voies secondaires.

Cet aménagement aura deux conséquences : l'une négative, avec des rentrées moins importantes et une ZAC plus difficile à équilibrer ; l'autre positive en termes de paysage urbain.Le nouveau Clos-Rozay fera en effet la transition en douceur entre la campagne orléanaise et la ville.

PLAN :

ORLEANS. Au Clos-Rozay, la ZAC privée, située en zone inondable, a dû être revue à la baisse : en lieu des 500 à 600 logements initialement prévus, une soixantaine de parcelles avec maisons de ville et jardins seront créées selon le découpage en lanières des anciens terrains horticoles (ci-dessus).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur