En direct

Construction Des prévisions officielles très optimistes pour 1998 et 1999

FRANCOISE VAYSSE, GUILLAUME DELACROIX |  le 13/11/1998  |  Collectivités localesTravailLogementConjonctureSEM

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Travail
Logement
Conjoncture
SEM
Valider

L'activité dans la construction progresserait de 1,4 % en 1998 et évoluerait entre + 2,4 % et + 3,9 % en 1999. Les travaux publics devraient rester stables en 1998, et renoueraient avec la croissance en 1999.

Les prévisions de fin d'année du ministère de l'Equipement sont bonnes pour 1998, et franchement optimistes pour 1999 : si l'on en croit la DAEI (Direction des affaires économiques et internationales), la croissance de l'activité du BTP atteindrait 1,4 % en 1998 et serait comprise entre 2,4 et 3,9 % en 1999 (voir tableau ci-dessous). Si le bâtiment confirme sa bonne tenue et joue un rôle moteur, les travaux publics sortent tout juste du rouge en 1998, mais pourraient renouer avec la croissance en 1999.

Bâtiment : la locomotive de la construction

L'activité dans le bâtiment progresserait de 1,8 % en 1998. L'an prochain, sa croissance oscillerait entre + 3 % et + 4,6 %, selon la DAEI.

a) Logement : boom attendu de la construction. Le logement ferait preuve d'une santé encore meilleure que prévu, avec une croissance de 2,4 % en 1998 qui monterait l'an prochain jusqu'à une fourchette allant de + 4,2 % à + 6 %. Phénomène le plus remarquable : la construction neuve, déjà vigoureuse en 1998 ( + 3,4 %), connaîtrait un vrai boom en 1999 avec peut-être une croissance à deux chiffres. L'élément moteur serait la maison individuelle pour laquelle la DAEI prévoit une croissance dépassant dans tous les cas de figure les 10 %. Malgré les modifications apportées à l'amortissement Périssol et l'atonie du secteur social, la construction de logements collectifs serait meilleure en 1999. L'entretien continuerait sur sa lancée, affichant une progression régulière comme il le fait déjà depuis plusieurs mois.

b) Non résidentiel : la construction privée en vedette. Moins spectaculairement dynamiques que le logement, les bâtiments non résidentiels feraient preuve de solidité en 1998 et 1999 avec une activité en hausse de 1,1 % dans le premier cas et comprise entre 1,5 % et 2,7 % dans le second. La construction privée serait particulièrement ferme l'an prochain, avec une croissance attendue comprise entre 3,7 et 5,6 %. L'entretien, en revanche, évoluerait sur un rythme infiniment plus modéré.

Une année passable pour les travaux publics

Traditionnellement plus optimiste que la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), la DAEI ne prévoit qu'un timide équilibre du secteur en 1998. En 1999 en revanche, les travaux publics pourraient enregistrer une hausse de leur activité comprise entre 0,3 % et 1,7 %.

a) Commande publique : un basculement vers les collectivités locales. L'exercice 1998 est marqué par l'arrivée à mi-mandat des municipalités. Une période habituellement propice à l'accélération des investissements. La DAEI estime que la hausse de la commande émanant des collectivités locales sera cette année de l'ordre de 4,5 %. Un chiffre que les entrepreneurs espèrent, mais n'ont pas encore relevé au niveau de leur activité. La DAEI anticipe même une poursuite de cette hausse en 1999, entre 3 % et 5 %. Mauvais élèves en revanche : les sociétés d'économie mixte autoroutières, qui ont diminué de 16,8 % leurs investissements en 1998, ainsi que l'Etat (-2,8 %) et les entreprises nationales (-2,4 %).

b) La très bonne tenue du secteur privé. En ce qui concerne la maî- trise d'ouvrage privée, les chiffres sont, là, au beau fixe. Selon la DAEI, la hausse de leurs commandes s'établira en 1998 à 3,2 %, sur un chiffre d'affaires qui représentait 24 milliards de francs en 1997. Et pour l'année 1999, la progression pourrait être encore plus forte, se situant entre + 3,5 % et + 6,3 %. Des prévisions qui s'expliquent : le secteur privé est aujourd'hui tiré par la reprise dans le bâtiment, ce qui induit des travaux de génie civil non négligeables.

TABLEAU : Compte prévisionnel de production des entreprises de BTP, évolution en prix constants - Santé retrouvée pour la construction en 1998 et 1999.

L'écart se creuse cette année, entre le bâtiment qui retrouve des couleurs, et les travaux publics, toujours moroses.

Prudence des professionnels

-CAPEB : + 2 % en 1998 et 1999

L'ensemble des marchés du bâtiment connaît une bonne conjoncture, note la Confédération. Depuis un an et demi, les artisans voient leur activité progresser (+ 2 % au troisième trimestre 1998 par rapport à la même période de 1997), les entreprises de 10 à 20 salariés affichant même une croissance de 3 %. La CAPEB prévoit en 1999 une progression de l'activité équivalente à celle de 1998 : + 2 %.

-FFB : environ 1 % cette année

Tranchant avec l'euphorie ambiante, les entrepreneurs du bâtiment s'en tiennent pour l'heure à trois niveaux d'analyse pour les douze derniers mois : +10 % pour les permis de construire; +5 % pour les mises en chantier; +1,5 % pour l'entretien-réhabilitation. Soit au total une production en volume en progrès d'environ 1% en 1998.

-FNTP : autour de 0 % en 1998, inconnue en 1999

La Fédération annonce des chiffres 1998 dans la fourchette de début d'année : entre -1 % et + 1 %. Les entreprises ont accumulé depuis janvier une baisse de l'activité de 1 % en cumulé. Les facteurs positifs enregistrés par la FNTP : la reprise des collectivités locales, et la dynamique du privé, notamment lié au redémarrage du bâtiment et des installations industrielles. En négatif : la baisse de l'Etat, des SEM autoroutières, et surtout d'EDF. Pour 1999, les professionnels s'attendent à naviguer « dans les mêmes eaux ».

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil