En direct

Constructibilité : le Conseil d’État annule le critère d’exemplarité énergétique pour les bureaux
Le Conseil d’État, dans une décision parue le 2 août 2018 au JO, annule le critère d’exemplarité énergétique pour les bureaux. - © Phovoir

Constructibilité : le Conseil d’État annule le critère d’exemplarité énergétique pour les bureaux

Anne Farthouat, AEF Habitat et urbanisme |  le 02/08/2018  |  RéglementationDroit de la constructionTertiaireBureauxImmobilier tertiaire

Les immeubles de bureaux n’ont pas à justifier d’efforts deux fois supérieurs aux autres types de bâtiments, en termes de consommation d’énergie, pour faire valoir leur "exemplarité énergétique", et prétendre à l’obtention d’un bonus de constructibilité. C’est le sens d'une décision du Conseil d’État, publiée au Journal officiel du 2 août 2018.

Le Conseil d’État a annulé, par sa décision n° 409460, 409461 du 26 juillet 2018, le critère d’exemplarité énergétique inscrit spécifiquement pour les immeubles de bureaux au I de l’article 1er de l’arrêté du 12 octobre 2016 relatif aux conditions à remplir pour bénéficier du dépassement des règles de constructibilité.

Cet arrêté définit en effet la notion d’exemplarité "énergétique", l’une des trois qualités dont doit faire preuve une construction pour bénéficier d’un bonus de constructibilité. Ainsi, selon l’arrêté, une construction fait preuve d’exemplarité énergétique lorsque sa consommation conventionnelle d’énergie (pour le chauffage, le refroidissement, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les auxiliaires de chauffage, de refroidissement, d’eau chaude sanitaire et de ventilation) est inférieure ou égale à la consommation conventionnelle d’énergie maximale prise en compte dans la RT 2012 de 40 % s’agissant des bâtiments à usage de bureaux, et de 20 % s’agissant des autres types de bâtiments.

 

Un gain énergétique de 20% pour tous les types de bâtiments 

 

Le Conseil d’État annule donc cette définition, en ce qu’elle prévoit un distinguo entre les immeubles de bureaux et les autres types de bâtiment.

Pour mémoire, un décret pris en application de l’article 8 de la loi de transition énergétique fin juin 2016, a défini les grandes lignes du mécanisme, qui permet aux autorités compétentes en matière d’urbanisme d’accorder des dépassements de constructibilité de 30 % pour les bâtiments faisant preuve d’exemplarité énergétique ou environnementale, et les bâtiments à énergie positive. L’arrêté du 12 octobre 2016 a ensuite été publié par Emmanuelle Cosse et Ségolène Royal, à l’époque ministre du Logement et de l’habitat durable, et ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, pour préciser les modalités d’application de l’article R. 111-21 du code de la construction et de l’habitation. Ce texte prévoit bien pour sa part qu’une construction "fait preuve d’exemplarité énergétique si sa consommation conventionnelle d’énergie est inférieure au moins de 20 % à la consommation conventionnelle d’énergie".

 

Commentaires

Constructibilité : le Conseil d’État annule le critère d’exemplarité énergétique pour les bureaux

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX