En direct

CONJONCTURE Le marché du béton ralentit

THIERRY DEVIGE-STEWART |  le 25/04/2003  |  ConjonctureParisSeine-MaritimeFrance entièreProduits et matériels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
Paris
Seine-Maritime
France entière
Produits et matériels
Béton
Travail
Valider

Sommaire du dossier

  1. Des murs isolés et revêtus exécutés en une fois
  2. Sommaire dossier BETON
  3. Prévoir la résistance et stabiliser les teintes : un modèle
  4. Bétons haute performance : les avancées du programme BHP 2000
  5. Des fibres métalliques pour renforcer les ouvrages
  6. Les bétons ductiles au centre des recherches
  7. La texture du béton révélée par la lasure
  8. Le polissage, haut de gamme des traitements de surface
  9. Préserver la qualité de parement grâce à l'hydrofugation
  10. Les contraintes mécaniques et esthétiques du TGV Méditerranée
  11. Les composites ciment-verre en grandes dimensions
  12. 5 500 t d'adjuvants, un pompage sur 700 m
  13. Des blocs de maçonnerie à double lame d'air
  14. Des murs coulés en béton architectonique avec engravures
  15. Rigueur et suivi sur le chantier pour des parements de qualité
  16. Eclaircir des bétons courants grâce à un additif
  17. Béton autoplaçant pour des voiles complexes
  18. Une structure par points porteurs
  19. Assurer le remplissage de moules inclinés
  20. Le béton prêt à l'emploi (BPE)
  21. Plus de produits soutenus par plus de services
  22. La vogue du béton imprimé
  23. L'Equipement poursuit les recherches sur le béton routier
  24. Projet BAP : deux années et demie d'études et 3,5 millions d'euros
  25. L'activité du BPE et de la préfabrication en hausse
  26. Aménagements agricoles : à la recherche de solutions optimales
  27. Béton UHP : réduire les délais et valider les calculs
  28. Chantiers de beaux bétons
  29. Couler un « beau » béton sur chantier
  30. A la recherche de granulats de substitution
  31. Un outil de prédimensionnement pour la conception des ponts-rails
  32. Des indicateurs pour mesurer la durabilité du béton
  33. Une protection longue durée des armatures
  34. Mortier colle prêt à gâcher
  35. Bicomposant reboucheur de fissure
  36. Ciment pour utilisation agricole
  37. Adjuvants pour BPE et préfabrication
  38. Les glenium en version plus souple
  39. Adjuvants pour bétons autoplaçants et désactivés
  40. Des colorants adaptés aux outils de mélange
  41. Béton pour les ouvrages agricoles
  42. Un entraîneur d'air prêt à malaxer
  43. Mortier spécial
  44. Des superplastifiants adaptés aux usages
  45. Ciment à haute résistance chimique
  46. Coffrage pour les corniches de pont
  47. Pompes à mortier et à béton
  48. Les PRM plus ergonomiques
  49. Suivre les banches de chantier en chantier
  50. Pompes à béton de 42 m de portée
  51. Mobilier urbain en béton
  52. La filiere beton retrouve le sourire
  53. Le béton partenaire de l'environnement
  54. Faciliter la construction des bâtiments
  55. Intégrer les murs antibruit dans le paysage
  56. Retenir les eaux pluviales dans les chaussées
  57. Réguler l'échange thermique des bâtiments
  58. Lutter contre la pollution des exploitations agricoles
  59. Les pavés dépollueurs
  60. Du béton d'environnement en sites ruraux
  61. Bétons de comblement : moins de gêne pour le voisinage
  62. Le béton respectueux de l'environnement
  63. Intégrer les centrales foraines
  64. Trier pour récupérer du granulat
  65. Récupérer le ciment
  66. Un réseau «Matériaux recyclés»
  67. Les projets nationaux présentent leurs résultats
  68. Sols Revêtement de sol antidérapant
  69. Isolation Enduit intumescent coupe-feu pour chemins de câbles
  70. Matériels de chantier Réhabilitation des réseaux par éclatement
  71. Structures, fondations Système antigraffiti pour béton brut
  72. Assainissement Fosse en béton pour assainissement non collectif
  73. Matériaux Colorant pour béton compact
  74. Aménagements urbains Margelles et dalles pour piscines
  75. Outillage Perceuse-visseuse de 18 V
  76. Assainissement Séparateurs d'hydrocarbures allégés
  77. Structures, fondations Mortier de réhabilitation pour réseaux sollicités
  78. Matériaux Superplastifiants pour bap et préfabrication
  79. Outillage Scies double lame à mouvements inversés
  80. Façades, bardages Corniche industrialisée concave
  81. Protection de travail Bottes légères imperméables à 100 %
  82. Les cimentiers investissent le Net
  83. Beton Pleins feux sur la mise en oeuvre
  84. Béton Esthétique
  85. Béton esthétique - Préfabrication Un double éventail de mégastructures réglées au millimètre
  86. Béton esthétique - Voirie Association de matériaux autour d'une place publique
  87. Béton esthétique - Béton banché Double injection pour des parements nets
  88. Béton esthétique - Bâtiment CGE de Toulouse : 3700 m2 de béton blond
  89. Béton esthétique - Réhabilitation Le Havre : respecter l'authenticité des façades
  90. Le lexique du béton esthétique
  91. Structures - 127 m de voile de 14 m de haut coulés en 13 fois
  92. Structures - BUHP et post-contrainte pour conforter un silo
  93. Sécurité - Des banches soumises à des conditions extrêmes
  94. Un nouveau béton ultraperformant
  95. Le Ductal à l'essai
  96. Pate de nettoyage du béton
  97. Deux portails dédiés au calcul de structures
  98. Enduit coupe-feu
  99. Ciments en sacs de 35 kg
  100. Adjuvant pour la préfabrication
  101. Sous-enduit monocouche d'imperméabilisation
  102. Abrasif à projeter pour le nettoyage des surfaces
  103. Hydrofuge en phase aqueuse
  104. Lasure béton
  105. Agent de viscosité
  106. Logiciel de calcul
  107. Dalle en béton précontraint
  108. Systèmes décoratifs pour revêtements de sols extérieurs
  109. Superplastifiant
  110. Connecteur pour plancher mixte acier-béton
  111. Mortier de réparation pour tunnel
  112. Désactivant de surface sans solvants
  113. Sites Internet
  114. Bétons innovants Le temps de l'audace
  115. Béton Ductal Maison-galerie au Muy (Var)
  116. Béton autoplaçant Centre d'art et de culture a Meudon (Hauts-de-Seine)
  117. Béton composite en façade 125 logements à Paris
  118. Coques en béton autoplaçant Couverture des quais de la gare d'Austerlitz, avenue de France, Paris
  119. Voiles gris et blancs 30 logements en accession sociale pour l'OPAC de Paris
  120. Voûte en 3 coques Jetée du terminal 2E à Roissy
  121. Des matériaux autonettoyants et dépollueurs
  122. Une peau métallique appliquée par projection thermique
  123. Construire avec les bétons architectoniques
  124. CONJONCTURE Le marché du béton ralentit
  125. Les TP et les grands chantiers tirent l'activité du béton
  126. Edition 2004 du guide Calcia
  127. Concours d'architecture CIMBETON 2004
  128. Un site internet pour « Adimer » le béton

La baisse d'activité des travaux publics a été partiellement compensée par la bonne tenue du bâtiment. Les industriels du secteur tablent sur une baisse d'activité pour 2003 d'environ 2 à 3 %.

Après la pluie... la pluie ! Les industriels du béton ne sont pas optimistes pour 2003 après une année 2002 qui s'est soldée par des ventes en recul, pénalisées par une activité des travaux publics en net repli. A titre d'exemple, les produits en béton ont enregistré sur ce segment de marché une chute de 8,8 %. Cette baisse n'a pu être compensée par la relative bonne tenue de la partie bâtiment, qui toutes activités confondues, a fini l'année dans le vert.

Le bloc (ou parpaing) continue à se vendre très bien, 80 % des maisons individuelles françaises utilisant cet élément comme base constructive. D'ailleurs, depuis trois ans, le bloc a toujours progressé quelle que soit la conjoncture et ce malgré les efforts du principal matériau concurrent, la brique à isolation répartie.

Côté béton prêt à l'emploi (BPE), l'activité 2002 s'est soldée par une légère régression que le Syndicat national du BPE estime entre 0 et -1 %.

Bonne tenue du ciment

Si l'on examine de plus près la conjoncture des principaux produits composant le béton, on se rend compte que la consommation de ciment a très légèrement progressé en 2002, se maintenant autour de 20,7 millions de tonnes. Sur ce volume, 46,8 % étaient destinés à la production de BPE (47,4 % en 2001), 32 % à l'élaboration de bétons et mortiers sur chantiers (34 % en 2001), 18,6 % à la conception de produits en béton (18,5 % en 2001). « Les prévisions d'activités initiales pour 2002 étaient plutôt pessimistes, rappellent les responsables de l'industrie cimentière française. Nous prévoyions un recul de 2 %. Finalement, les quatre premiers mois, en partie favorisés par les conditions climatiques, ont été en progrès par rapport à 2001 avec + 4 %. La conjoncture a été ensuite moins favorable, érodant progressivement l'avance prise : à fin septembre, la consommation affichait encore + 1 %. A la fin de l'année, la progression n'était plus que de 0,3 % ».

Si ces responsables constatent une bonne tenue de la construction neuve de logements, essentiellement de maisons individuelles, ils reconnaissent un « retournement à la baisse du bâtiment neuf non-résidentiel et surtout des travaux publics ». « Le contraste entre les situations régionales a également été de nouveau marqué en 2002 », soulignent-ils. Ainsi, les régions de la moitié nord ont plus souffert que celles du sud. L'Alsace (-7 %), le Centre (-3,5 %) et la Basse-Normandie (-7 %) ont été particulièrement touchées, l'Ile-de-France reculant moins sévèrement.

En revanche, la consommation des régions Midi-Pyrénées (+ 9,5 %), Rhône-Alpes (+ 1,5 %), Languedoc-Roussillon (+ 1,4 %) et Corse (+ 3,5 %) et, dans une moindre mesure, Paca (+ 0,8 %) ont permis d'équilibrer positivement le marché.

Pour les granulats, le marché aurait diminué entre 1 et 3 %. Compte tenu de la bonne résistance du ciment, on peut donc en déduire là aussi que ce sont les travaux publics et principalement les travaux routiers qui ont pénalisé le marché. Notons néanmoins que le prix des granulats a augmenté de 3 à 4 % en 2002 (voir encadré).

Des industriels prudents

Dans ce contexte économique, les industriels, pragmatiques, se sont adaptés à l'instar de RMC France qui a terminé 2002 avec un chiffre d'affaires stable, aux alentours de 650 millions d'euros. « Face à des volumes de ventes en baisse, nous n'avons pas voulu lâcher sur les prix », explique Bertrand de Watrigant, le directeur de la communication. « Nous avons profité de cette situation pour renforcer notre offre de services, comme par exemple le camion-pompe pour les petits chantiers. En fait, le marché du bâtiment se portant mieux que celui des TP, nous avons choisi de développer nos relations avec les artisans en constatant que ceux-ci étaient demandeurs de livraisons directes sur les chantiers. Ce n'est pour l'instant qu'une tendance, mais nous misons sur cette clientèle qui pourrait peu à peu abandonner la bétonnière traditionnelle ». Concernant l'activité en 2003, Bertrand de Watrigant table sur un repli de -2 %, après un début d'année perturbé par le gel et la pluie.

Chez Ciments Français, 2002 s'est révélée finalement meilleure que prévue avec une hausse de 4,7 % du chiffre d'affaires à 2,93 milliards d'euros. « 2003 s'annonce en revanche moins favorable avec des résultats qui pourraient être inférieurs aux prévisions », a récemment indiqué Yves René Nanot, le P-DG de Ciments Français. « En septembre-octobre 2002, nous avions prévu une légère augmentation de résultat pour 2003 mais si l'incertitude générale se prolonge, cet objectif sera plus difficile à atteindre et notre ambition se limite désormais à un résultat identique en 2003 à celui de 2002 ».

Leader hexagonal du BPE, Lafarge Bétons a enregistré en 2002 une hausse de son chiffre d'affaires (+ 6,8 % à 534 millions d'euros) mais une baisse de sa production (-2 % à 6,465 millions de m3). « Les niveaux de prix augmentent, principalement en raison des produits à valeur ajoutée dont nous faisons la promotion, comme les bétons haute performance ou les autocompactants », explique Georges Magaud, le directeur marketing de la branche. Concernant 2003, ce dernier prévoit que la tendance attentiste, observée dans les travaux publics et dans une moindre mesure dans le bâtiment, devrait perdurer.

Enfin, Holcim Bétons France, présent uniquement sur un grand tiers nord-est, a vécu une année de stabilité malgré le ralentissement de l'activité constatée dès le second semestre et « qui semble se prolonger depuis le début de 2003 », observe Dominique Pron, le directeur délégué. « Néanmoins, dans un marché français qui devrait connaître une baisse de 3 %, nous espérons maintenir nos positions et notre chiffre d'affaires (235 millions d'euros en 2002) grâce au chantier de la ligne à grande vitesse du TGV Est ».

Evolution de la consommation des produits destinés au bâtiment en 2002

Blocs : + 1,4%

Ensemble poutrelles hourdis : + 3,1%

Pré dalles BP : +2,7%

Pré dalles BA : +0,7%

Evolution de la consommation des produits destinés aux TP en 2002

Bordures : -10,5%

Tuyaux armés : -12,3%

Tuyaux non armés : -10,7%

Pavés : -3,1%

Dalles de voirie : -4,7%

Clôtures : -11,5%

« Les contraintes sur les carrières vont entraîner un surcoût des granulats » Jean-Pierre Dupaquet, directeur général adjoint de Morillon Corvol (RMC France).

La pression urbaine et environnementale, ainsi que l'épuisement progressif des gisements de proximité, conduisent les producteurs de granulats à transférer une partie de leur activité vers des sites d'exploitation de plus en plus éloignés des pôles de consommation.

L'ensemble des éléments nouveaux à prendre en compte, contraintes réglementaires, risque archéologique, allongement des distances de transport, changement de mode de transport, plates-formes multimodales de stockage intermédiaire et de redistribution, vont entraîner à court terme pour les marchés concernés un surcoût de la matière première nécessaire à l'aménagement du territoire.

Le phénomène est déjà particulièrement sensible en région bordelaise et devrait affecter prochainement la région Ile-de-France dont l'autosuffisance en granulats locaux est, depuis déjà de nombreuses années, limitée à environ 55 % de ses besoins.

Il convient de rappeler que la Haute-Normandie, région dont les gisements alluvionnaires contribuent fortement à l'approvisionnement du marché francilien, arrivera au terme de ses ressources principales avant dix ans. Sauf à trouver rapidement des nouvelles ressources locales, les granulats marins par exemple, cette situation entraînera une importante baisse du trafic fluvial entre Rouen et Paris, un accroissement du prix de la matière première pour la construction locale, une augmentation du trafic routier en Haute-Normandie et un problème logistique non négligeable pour la région Ile-de-France.

La question à laquelle les autorités compétentes et les professionnels doivent apporter rapidement une réponse n'est pas « Quel sera le prix des granulats rendus sur les chantiers ? » mais «Aurons-nous les moyens (gisements autorisés, logistique adaptée) de répondre à temps aux besoins du marché ? »

Il nous paraît grand temps de s'en préoccuper.

S'il faut en moyenne de cinq à sept ans pour obtenir les autorisations administratives nécessaires à l'ouverture d'une carrière, combien en faut-il pour aménager des infrastructures et mettre en oeuvre les moyens susceptibles de prendre en charge les tonnes qui ne pourront plus emprunter la voie d'eau ?

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur