En direct

Conjoncture La crise de l’immobilier fait ralentir le bâtiment
GRAPHIQUE - MON5469 Eve Grafs.ai - ©

Conjoncture La crise de l’immobilier fait ralentir le bâtiment

Françoise Vaysse avec Julien Beideler |  le 18/09/2008  |  EnergieConjonctureImmobilier

Après onze ans de croissance ininterrompue, le bâtiment est frappé par la crise de l’immobilier, résidentiel ou non. Les défaillances d’entreprises montent à pic et l’intérim fait les frais du ralentissement.

Le bâtiment rentre dans le rang. C’en est fini de caracoler sur des croissances à deux chiffres et de créer 15 000 emplois par trimestre, comme il le faisait depuis 2005. Pour l’année 2008, l’activité ne devrait augmenter que de 0,7 % à 0,9 %. Mais, sur les marchés, les ventes de logements neufs et anciens s’effondrent et le non-résidentiel se montre hésitant.

Ce qui frappe dans cette crise, c’est sa brutalité. Le recul de 34 % des ventes de logements neufs au deuxième trimestre (après - 28 % au T1) a fait l’effet d’une douche glaciale, en plein mois d’août. Les professionnels n’ont pu se consoler avec l’ancien : selon les notaires, les ventes ont chuté de 25 % au premier semestre. Or, chaque transaction génère des travaux dans le nouveau logement.

Dans le non-résidentiel privé, les bureaux franciliens sont au diapason avec le climat économique : la demande placée (locations et ventes à utilisateurs) a baissé de 19 % au premier semestre et les investisseurs ont mis deux fois moins d’argent sur l’immobilier d’entreprise que l’an passé (4,7 milliards contre 11). Quant aux locaux administratifs, ils subissent le contrecoup du cycle électoral et de la fin du plan hôpital. Seule l’hôtellerie s’en tire et promet de devenir le nouvel eldorado des investisseurs.

Inquiétude

Cerise sur le gâteau : les perturbations dans la remontée des informations statistiques depuis un an faussent les chiffres des mises en chantier et empêchent de mesurer exactement l’ampleur du ralentissement. « Si je me trompe de 10 % dans mes prévisions, 40 000 logements sont en jeu », se plaint un prévisionniste.

« L’avenir nous inquiète », reconnaît Didier Ridoret, qui vient de prendre la présidence de la FFB. De fait, les défaillances d’entreprises ont bondi de 34 % entre les premiers semestres 2007 et 2008 et 4 400 emplois seulement ont été créés au deuxième trimestre contre 12 000 au premier trimestre.

Certes, compte tenu de l’inertie du secteur, les carnets de commandes représentaient encore 6,5 mois d’activité en juillet (contre 7 à l’été 2007). Mais la prise de commandes est plus difficile. Tournées vers l’entretien-réhabilitation, les petites entreprises s’en tirent. Les très grands groupes sont protégés par leur internationalisation. Mais « les entreprises moyennes risquent de souffrir le plus fin 2008, début 2009 », analyse le patron de la FFB.

Les maçons touchés

La Capeb est sur la même longueur d’onde : pour elle, les moins de 10 salariés encaissent mieux le coup que les 10/20 salariés. Mais, elle pense être dans le bas de sa fourchette de prévision pour 2008 (entre 1,5 % et 2 %) et ne voit pas de redémarrage avant fin 2010/début 2011, le temps de sentir les effets du Grenelle de l’environnement. Compte tenu de leur implication dans la maison individuelle (les ventes en diffus ont chuté de 13 % au premier semestre, selon Caron Marketing), les maçons sont les premiers à sentir la crise. Les charpentiers aussi.

Dans le second œuvre, les plombiers chauffagistes commencent à être concernés : le baromètre de l’Union climatique de France confirme un ralentissement de la croissance au deuxième quadrimestre 2008. Les énergies renouvelables sont les plus dynamiques, la climatisation se porte bien ( 1,6 %) mais le chauffage souffre plus, notamment dans le neuf ( 0,6 %). Or, il représente 41 % des activités du génie climatique. Dans la plomberie-sanitaire, l’ambiance est moyenne.

Les fabricants de parquet font part d’un ralentissement très fort (entre - 10 et - 20 %) dans les secteurs liés à la grande diffusion comme le contrecollé. Les entreprises de l’Union des professionnels de la peinture et des finitions continuent de qualifier de « favorable » la conjoncture, car elles travaillent à 80 % dans la rénovation. Certes, elles notent un léger flottement dans le programme de rénovation des équipements publics après les élections. Mais elles placent tous leurs espoirs dans l’isolation par l’extérieur. « Dès qu’il y aura des mesures d’incitations financières post-Grenelle, le marché va décoller. Et alors, il doublera tous les ans », parient-elles. Finalement, le Grenelle de l’environnement apparaît bien comme une planche de salut pour le secteur.

GRAPHIQUE - EVE Conjoncture graf courbes.ai
GRAPHIQUE - EVE Conjoncture graf courbes.ai

Commentaires

Conjoncture La crise de l’immobilier fait ralentir le bâtiment

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur