En direct

CONJONCTURE Débats sur le scénario du futur

FRANCOISE VAYSSE |  le 18/06/1999  |  ConjonctureImmobilierLogements

1999 promet d'atteindre des niveaux historiques pour la construction. Les logements sociaux restent le seul point noir .

Une fois n'est pas coutume, les professionnels de la construction étaient à peu près unanimes à saluer la vigueur de la conjoncture dans le logement en 1999, lors de la dernière rencontre « Construction, aménagement du territoire » à l'Assemblée nationale. L'année promet en effet d'être très bonne, avec des mises en chantier qui devraient dépasser les 310 000 unités. Seule ombre au tableau, la construction sociale : le rythme des mises en chantier de prêts locatifs aidés (PLA) neufs tend à devenir inférieur à 40 000 unités. Quant aux consommations d'agrément (neuf et acquisition-amélioration), elles sont de l'ordre de 30 000 sur les PLA ordinaires et de 12 000 à 15 000 pour les PLA à loyer modéré, soit un niveau final de 45 000 à 50 000.

Atterrissage en douceur?

Conscients qu'une croissance à deux chiffres ne durera pas éternellement, les professionnels se sont interrogés sur la forme que prendra l'atterrissage inévitable - assistera-t-on ou non à un atterrissage en douceur -, sur sa date et le niveau du palier sur lequel la conjoncture se stabilisera. Ces réponses seront conditionnées par la façon dont trois grands dossiers seront réglés, a résumé Paul Schwach, directeur adjoint DGUHC (1) :

le prêt à taux zéro (PTZ) : suite aux accords de l'été dernier avec le 1 % logement, il faudra le rebudgétiser ;

le relais entre le Périssol et le Besson : les « chicaya » vont bon train entre spécialistes pour chiffrer l'impact de cette disposition.

Le PLA. « C'est la question la plus difficile », a reconnu Paul Schwach avant d'expliquer en substance que, même en cas de baisse de 0,75 % du taux du livret A, il restera un différentiel d'au moins 2,3 % entre le coût de la ressource et l'inflation. La question d'un retour à une forme de subvention budgétaire est donc posée pour un PLA unique. Il a évoqué la possibilité d'une séparation de l'amortissement foncier de celui de la construction, sur une durée plus longue. Parmi les « réflexions », il a cité une adaptation aux marchés locaux de l'habitat des loyers et plafonds de ressources et une relance de la loi d'orientation pour la ville (LOV).

De son côté, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Alain Sionneau, a plaidé pour la création d'un groupe de travail pour « remettre à plat » le système de financement des HLM. Avant lui, Alain Cacheux, rapporteur pour le logement à l'Assemblée nationale, a demandé qu'« on se saisisse du dossier du logement social », estimant que, « si les crédits budgétaires n'étaient pas consommés, c'est qu'ils ne sont pas consommables ».

(1) Directeur de l'urbanisme, de l'habitat et de la construction au ministère de l'Equipement.

Commentaires

CONJONCTURE Débats sur le scénario du futur

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur