En direct

Confort thermique et qualité de l'air, les atouts de l'isolation répartie

Maya Pic |  le 08/09/2017  |  SantéImmobilierEntrepreneursArtisansTechnique

Une paroi à isolation répartie assure à elle seule la fonction isolante. Peu favorisé par la réglementation thermique, ce principe ne manque pourtant pas de qualités.

Par opposition à l'isolation rapportée, l'isolation répartie est distribuée dans l'épaisseur du mur. Elle existe dans deux types de systèmes constructifs : la structure porteuse lourde, qui combine la double fonction porteuse et isolante (brique monomur, bloc de béton cellulaire ou de pierre ponce, pisé, bauge… ), et la structure porteuse légère (ossature bois) remplie d'un seul matériau (béton de chanvre, bottes de paille, terre-paille, etc. ).

L'intérêt de l'isolation répartie réside dans ses propriétés d'inertie et d'hygrorégulation. D'une part (inertie), l'air emprisonné dans la paroi stocke la chaleur et la restitue lentement, favorisant une variation lente des températures et un confort thermique, surtout en été.

D'autre part (hygrorégulation), la perspirance et la régulation naturelle de l'humidité à travers la paroi contribuent à assainir l'air intérieur. Cette dernière propriété disparaît si un isolant additionnel est ajouté au mur, auquel cas les échanges d'humidité, bloqués, engendrent condensation et moisissures.

Autre avantage, l'isolation répartie supprime l'étape fastidieuse d'une isolation rapportée et facilite l'obtention d'une bonne étanchéité à l'air.

La brique monomur

La brique monomur est apparue il y a une quarantaine d'années. À la fois porteuse et isolante, elle représentait une innovation majeure. Elle n'a pas cessé d'évoluer : augmentation de l'épaisseur, multiplication des alvéoles, perfectionnement des jonctions (emboîtement mâle-femelle, pose collée à joint mince). Toutefois, elle demande une parfaite maîtrise technique pour éviter les ponts thermiques. Ses qualités : résistance mécanique élevée, résistance au feu et à l'humidité. Sans isolant rapporté, elle régule l'hygrométrie et procure un air intérieur sain. Réglementation thermique oblige, l'épaisseur standard de 37 cm (toujours conforme en zone H3, sud de la France) est passée à 42 cm, voire 50 cm aujourd'hui.

Principaux fabricants : Bellenberg, Bouyer [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur Artisans, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur