En direct

Confort et sécurité pour les ouvriers d’un chantier de lotissement
PHOTO - 567402.BR.jpg - © VINCENT KESSLER/LE MONITEUR

Confort et sécurité pour les ouvriers d’un chantier de lotissement

Laurent miguet |  le 01/07/2011  |  Politique socialeBas-Rhin

Conditions de travail -

Depuis l’été 2010, à l’entrée du chantier de la seconde tranche du lotissement de Kilstett, au nord de Strasbourg, les ouvriers chargés des vingt et une maisons déjeunent à table et à l’abri de la pluie. Un confort inhabituel qu’ils doivent à une initiative de la Caisse régionale d’assurance-maladie (Cram) d’Alsace-Moselle et de l’Observatoire régional de la santé au travail. Dans cette base vie expérimentale installée par l’entreprise Eurovia, titulaire du marché de voirie et réseaux divers, outre les WC des bâtiments modulaires, des toilettes à litière biomaîtrisée desservent l’autre extrémité du chantier. « Je craignais qu’on les brûle. Au contraire, elles restent propres et bien entretenues », se réjouit Jacques Balzer, ingénieur-conseil à la Cram d’Alsace-Moselle. L’association Aquaterre renouvelle la sciure et recueille les déchets dans des sacs biodégradables, tandis que la mairie de Kilstett ouvre les portes de la base vie chaque matin et les referme chaque soir. Pour que chacun puisse se laver les mains à tout moment, les chantiers de maison commencent par le branchement de l’eau. Des aménagements spécifiques sont également mis en place pour la sécurité des ouvriers et, ici, échafaudages et protections collectives tranchent avec le paysage qu’offrent habituellement les chantiers de lotissement.

Le pari de la reproductibilité

Financeur de ces installations à hauteur de 50 000 euros, la Cram parie sur leur reproductibilité : « 2 000 euros par maison, les acquéreurs l’acceptent dès lors qu’on leur explique », confirme Bruno Spetler, responsable du programme chez le lotisseur Amiral, qui a soumis le cahier des charges de l’expérimentation à la signature des propriétaires.
« Quand nous lui avons présenté l’opération, le Syndicat national des aménageurs lotisseurs nous a répondu : “ Montrez-nous que ça marche, et nous serons prêts à dupliquer le système ” », témoigne Jacques Balzer. La démonstration s’appuie sur une expérimentation inaboutie menée par la Cram du Nord-Est à Cosne-et-Romain (Meurthe-et-Moselle) où, faute d’un cahier des charges formel signé dès le départ par l’ensemble des parties prenantes, l’application des prescriptions n’avait pas toujours été suivie.

Commentaires

Confort et sécurité pour les ouvriers d’un chantier de lotissement

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX