En direct

Concevoir : le pilier environnemental Cherche tour vertueuse

le 21/11/2008  |  EnergieArchitectureParisPrincipauté de MonacoInternational

Déjà baptisées des doux noms de Phare, Ava, Triangle ou Majunga, les tours en gestation seront-elles écolo-compatibles ?

Expression mégalomaniaque de la volonté de puissance pour certains, les tours apparaissent dans l’architecture du XIXe siècle (à Chicago et New-York) comme le fruit de la rencontre entre techniques constructives (noyau de béton, ossature métallique), invention de l’ascenseur et banalisation du téléphone. Symboles d’un dynamisme économique décomplexé, elles continuent de faire rêver et la course à la hauteur ne faiblit pas. Ces mastodontes se parent aujourd’hui des plumes du développement durable et revendiquent leur excellence : optimisation des ressources, performance énergétique, faible empreinte écologique… Les tours seraient-elles l’avenir de la construction responsable ? « Ce n’est que du Green Washing ! » objecte l’architecte Françoise-Hélène Jourda – comprendre : du bluff ! – qui pointe leur voracité énergétique, pour leur construction comme leur fonctionnement. Acier, béton et verre incorporent en effet une grande quantité d’énergie pour leur fabrication, sans même parler de la climatisation, de l’éclairage, des pompes d’acheminement de l’eau ou des ascenseurs.

Une réponse aux problèmes de déplacements

« Raisonner sur la seule consommation au mètre carré construit et comparer une tour de bureaux dernière génération à Paris-La Défense (100 kWh/m2.an) avec un bâtiment basse consommation implanté en deuxième couronne, pour conclure que ces tours sont à proscrire est une grossière erreur, proteste Bertrand Julien-Laferrière, directeur exécutif développement chez Unibail-Rodamco. Il faut intégrer la dimension foncière, les ratios d’occupation, l’usage des bâtiments et la problématique des transports ! » A l’heure où la moitié de la population mondiale vit en ville, les tours proposent une réponse aux problèmes de densité et de déplacements. En économisant le foncier – « l’espace n’a pas de prix ! » souligne l’architecte Manuelle Gautrand – elles permettraient de faire face à la pénurie de terrains constructibles, de densifier la ville et d’offrir une meilleure qualité de vie en économisant sur les temps de transport. Opinion partagée par Bertrand Julien-Laferrière pour qui « le développement de tours de bureaux est légitime dans une démarche de réduction des gaz à effet de serre, dès que leur implantation tient compte des transports en commun : c’est la solution la plus efficace ». Loin de tout dogmatisme, des tours en contexte urbain dense, desservies par les transports collectifs, apparaîtraient vertueuses. Et plus encore si on y mêle bureaux, logements, commerces, voire université, médiathèque… pour réaliser cette mixité fonctionnelle que tous appellent de leurs vœux. On le voit, les architectes ont plus d’un(e) tour dans leur sac ! Et après une longue désaffection, la construction de bâtiments de grande hauteur est à nouveau d’actualité. Les projets en cours en attestent.

Paris - La Défense - Tour AVA Enveloppe métallique et HQE

Destiné à remplacer l’actuel immeuble Berkeley, cet édifice tertiaire de 64 000 m2 HON sera accessible depuis le boulevard circulaire et la rue Serpentine. Il comprendra deux entités enveloppées par une même résille métallique : la tour (142 m) et le bâtiment Club. Cette opération, dont le chantier devrait démarrer en 2010, vise la certification « NF bâtiment tertiaire - démarche HQE », avec quatre cibles de niveau « très performant » à atteindre : chantier à faibles nuisances, gestion de l’énergie, gestion des déchets d’activité et entretien - maintenance.

Maîtrise d’ouvrage : Générale Continentale Investissement et Benson Elliot.

Maîtrise d’œuvre : Manuelle Gautrand Architecture (Thomas Huchet, chef de projet).

Consultants : Arcora (façades), Terrell (structure), Jacobs (fluides).

Rome (italie) - Tour verte Cap sur l’architecture bioclimatique

Sur la route qui mène de l’aéroport de Fiumicino à la Cité éternelle, cet édifice résidentiel de 130 m livrable en 2010 met le cap sur l’architecture biocli­matique. Il utilisera les ressources naturelles du site pour éviter les techniques énergivores. Sa forme est ainsi liée à l’ensoleillement. En été, la grande façade exposée au sud sera protégée des rayons solaires par de profonds balcons formant casquette. En hiver, ces mêmes rayons pénétreront plus bas dans les logements. Climatisation et chauffage seront donc utilisés avec parcimonie.

Maîtrise d’ouvrage : Parsitalia Real Estate.

Maîtrise d’œuvre : Jean-Marc Schivo & associati, architectes ; RFR-Paris, ingénierie structure ; RFR éléments-Paris, ingénierie bioclimatique.

Paris (xve) - Tour triangle Une première dans Paris intra-muros depuis 30 ans

Avec ses 180 à 200 m de hauteur, ce bâtiment d’environ 70 000 à 80 000 m2 dépassera le fameux plafond des 37 m imposé à tout édifice parisien depuis plus de trente ans. Sa silhouette triangulaire (200 m à la base) s’élèvera perpendiculairement aux boulevards des Maréchaux, le long de la rue Ernest-Renan, pour ne pas créer d’ombre portée sur les habitations riveraines. La construction, qui accueillera probablement bureaux, salles de conférences et hôtel, dominera l’entrée principale du Parc des expositions d’ici à 2012.

Maîtrise d’ouvrage : Unibail-Rodamco.

Maîtrise d’œuvre : Jacques Herzog et Pierre de Meuron, architectes.

Issy-les-Moulineaux (92) - Cœur de ville Au centre d’un futur écoquartier

D’une hauteur de 120 à 150 m, ce bâtiment tertiaire de 60 000 m2 dominera dans les années à venir un écoquartier de 30 000 m2 qui ambitionne la certification HQE. Suivant l’exposition au soleil, la structure extérieure en béton sera plus ouverte ou plus refermée. Un dispositif simple visant à économiser 30 % de l’énergie nécessaire au refroidissement de la tour. Parallèlement, des cellules photovoltaïques assujetties à cette même structure extérieure produiront de l’électricité.

Maîtrise d’ouvrage : Sarivh.

Maîtrise d’œuvre : Jacques Ferrier Architectures (JFA), architecte de la tour ; Philippe Chiambaretta (PCA), urbaniste et architecte du centre commercial, de la salle de spectacles et du parking.

BET : Setec, structure ; Agence Franck Boutté consultants, HQE ; Barbanel, fluides ; Arcora, façades du centre commercial.

Paysagistes : Agence Ter.

Dubaï (Emirats arabes unis) - Tour rotative Bâtie en modules préfabriqués

Premier immeuble de grande hauteur tournant au monde, cet édifice de 420 m sera entièrement bâti à partir de modules préfabriqués. Un procédé qui réduira le temps de construction de 30 %, ainsi que l’impact du chantier sur le site. En 2010, ces modules abriteront de bas en haut : bureaux, chambres d’hôtel et appartements de luxe (124 à 1 200 m2). Chacun d’eux pourra pivoter indépendamment des autres autour d’un axe vertical, suivant le cadrage voulu. La tour générera sa propre électricité grâce à 79 éoliennes horizontales installées entre chaque étage.

Maîtrise d’ouvrage : Rotating Tower Dubai Development Limited of Dynamic Group.

Maîtrise d’œuvre : David Fisher, architecte.

Principauté de Monaco - tour Simona Une emprise limitée à 400 m2 pour une double structure

Située à proximité du jardin exotique, cette double structure de 90 m équipée de passerelles de liaison hébergera, d’ici à 2011, une vingtaine d’appartements locatifs de très grand luxe en duplex. Son impact dans le site sera minimisé. Avec une emprise totale au sol limitée à 400 m2 d’une part et d’autre part, avec des façades dont l’aspect s’adaptera selon l’orientation : végétalisation, résille en béton à la trame irrégulière. Pour augmenter sa tenue dans le temps, cette dernière sera revêtue d’un enduit à la chaux.

Maîtrise d’ouvrage : Groupe Pastor.

Maîtrise d’œuvre : Jean-Pierre Lott, architecte à Paris, avec Suzanne Belaieff, architecte à Monaco.

Commentaires

Concevoir : le pilier environnemental Cherche tour vertueuse

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX