En direct

CONCEPTION Lyon Renaissance du Hangar du premier film des frères Lumière

PIERRE DELOHEN |  le 16/10/1998  |  RhôneFrance Collectivités localesArchitectureProfessionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Rhône
France
Collectivités locales
Architecture
Professionnels
Valider

« D'ici, la vue sur le siècle du cinéma est imprenable », affirme le cinéaste Bertrand Tavernier, président de l'institut Lumière. Encore fallait-il restaurer le Hangar du premier film (1) et construire une grande salle de cinéma ?

Le projet, inauguré le 8 octobre par Catherine Trautmann, ministre de la Culture et de la Communication, consiste à trouver l'échelle qui mette en valeur la présence ténue du hangar historique face au château Lumière et à la ville grandissante, et à créer l'ambiance pour accueillir les cinéphiles. « Bref de créer un lieu de transition entre réel et imaginaire », explique Pierre Colboc, l'architecte. Le Hangar, traité en objet archéologique simplement restauré, s'inscrit dans les bâtiments disparus qui l'encadraient, par la restitution partielle de leurs volumes par un jeu de voiles de béton.

Calquée sur les plans anciens, cadrée d'espaces verts traversants, une placette espace intermédiaire entre la rue et le Hangar, enclos d'un vitrage, se veut vestibule public qui donne sur la salle de cinéma de 260 fauteuils. Seul le volume du Hangar capte la lumière zénithale par trois faces vitrées qui sortent du toit nouveau.

Une projection du premier film du cinématographe permettra seule de capter les signes historiques légers (grand portail de sortie des ouvrières et des ouvriers, petite porte avec un landau, etc.) repris avec discrétion dans ce nouvel environnement.

Au-delà de la limite rectangulaire du bâtiment, un jardin et un parking complètent l'ensemble.

(1) En mars 1895, il sert de plateau au tournage du premier film cinématographique de Louis Lumière : « La Sortie des usines Lumière ». Il est classé Monument historique en 1995, année du centenaire du cinéma.

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d'ouvrage : ville de Lyon, institut Lumière, ABF.

Maîtrise d'oeuvre : Pierre Colboc/Alain Thibault (architecte mandataire), Ducks (Michel Cova, scénographe), Didier Reppelin (Monuments historiques), Groupe Cimaise (architecte mission OPC), Cyprium (économiste), Seralp (BET ingénierie), Deville (BET structure), Atelier Jéol (mise en lumière).

Entreprises : Dioguardi France (terrassement, maçonnerie, BA), Comte (maçonnerie, échafaudage MH).

Surface (hangar, nouvelle salle, parking) : 2 900 m2.

Durée des travaux : 20 mois.

Coût : 18,4 millions de francs.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur