Energie

Compteur Linky : L’UFC-Que Choisir lance une pétition pour refuser de payer au profit d’Enedis

L’association de défense des consommateurs demande aux autorités publiques de revoir les conditions de financement du compteur, et notamment les conditions de rémunérations d’Enedis. Une pétition lancée le 8 mars dernier a déjà recueilli plus de 145 000 signatures.

L’UFC-Que Choisir repart à l’attaque contre Enedis. Suite au dernier rapport de la Cour des comptes qui constatait le peu de gains apportés par le petit boitier jaune aux consommateurs, l’association de défense des consommateurs a lancé une pétition pour refuser que ces « chers » compteurs (130 euros en France contre 80 euros en Italie) soient financés par les seuls consommateurs. « Vous allez payer 15 euros pendant 10 ans pour permettre à Enedis d’installer un compteur communicant pour lequel vous n’avez aucune contrepartie alors que le gouvernement avait toujours promis que le déploiement du compteur Linky serait gratuit pour les ménages », s’offusque l’association. Au moment de la rédaction de cet article (lundi 12 mars à 9h56), 137 989 personnes avaient signé la pétition.

Dans sa pétition, l’UFC-Que Choisir reprend certaines conclusions des sages de la rue Cambon : « les informations disponibles via les compteurs sont très maigres et peu accessibles ». Et préconise comme la Cour des comptes le recours à l’affichage déporté qui pour l’instant est seulement réservé aux ménages en situation de précarité. La plateforme d’Enedis qui permet d’accéder à ses données de consommation en kwh et en euros ne connait pas un franc succès : seulement 1,5% des clients disposant d’un Linky ont ouvert un compte.

 

Des conditions de financement à réviser

 

Par ailleurs, l’UFC-Que Choisir somme les autorités publiques de revoir les conditions de financement du compteur, et notamment les conditions de rémunérations d’Enedis. La Cour des comptes avait pointé un surcoût de 506 millions d’euros pour les usagers lié à la mise en place du mécanisme de différé tarifaire. Un dispositif qui permet au gestionnaire du réseau de bénéficier d’une avance (prêt), avant d’être remboursé par les consommateurs à partir de 2021.

La CRE n’a pas tardé à réagir pour prendre la défense de Linky. L’autorité chargée de la régulation du marché de l’énergie soutient dans une tribune publiée le 9 mars que le déploiement des compteurs communicants Linky rend possible « la réduction de la consommation d’énergie, le développement de nouveaux services énergétiques, l’émergence de nouveaux acteurs et l’optimisation des coûts des réseaux et de leur performance ». Sur le coût du déploiement, le président de la CRE rappelle que le financement sera totalement neutre pour les clients grâce aux « nombreux gains » que ces compteurs apporteront, notamment pour maîtriser la demande d’énergie.

Depuis le lancement du dispositif en 2015, plus de 8 millions de compteurs « intelligents » ont été installés sur le réseau français, avant la généralisation de 35 millions d’appareils d’ici à 2021.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X