Vie de l'entreprise

Complémentaire santé des salariés : l’UPA dépose un recours devant la CEDH

Mots clés : Citoyenneté et droits de l'homme - Protection sociale - Risque sanitaire

L’UPA reproche au Conseil Constitutionnel français sa « méconnaissance du droit européen » pour avoir remis en cause dans sa décision du 19 décembre 2013 les clauses de recommandation, par accords professionnels ou interprofessionnels, d’un ou plusieurs organismes assureurs.

L’argumentation du recours engagé par l’UPA s’appuie sur le fait que la solidarité et le droit à la santé sont des droits fondamentaux des citoyens européens qui, rappelle l’Union professionnelle artisanale, « sans nier les principes de la liberté d’entreprendre et de la liberté contractuelle mis en avant par le Conseil constitutionnel, doivent primer sur les intérêts économiques immédiats des organismes d’assurance ou de prévoyance ».

L’UPA rappelle que les deux décisions du Conseil Constitutionnel du 13 juin et du 19 décembre 2013 interdisant les clauses de désignation, puis les clauses de recommandation assorties d’un avantage fiscal incitatif, « remettent en cause trente ans de politique conventionnelle et détruisent les dispositifs de prévoyance collective de onze millions de salariés ».

Si les accords existants, conclus pour 5 ans, ne sont pas immédiatement rendus caduques, à terme la décision du Conseil constitutionnel va provoquer des différences de traitement considérables entre les salariés », estime l’UPA. 

En effet, les deux décisions tendent à supprimer la capacité de négociation des tarifs par les branches professionnelles et peuvent provoquer des écarts de prix au minimum de 20% entre la couverture complémentaire santé d’un salarié d’une grande entreprise et celle d’un salarié de petite entreprise.

Les risques dénoncés par l’UPA sont d’ores et déjà confirmés par le défenseur des droits qui a signalé les difficultés rencontrées par des entreprises de moins de 10 salariés avec leurs assureurs en prévoyance lorsqu’elles ont embauché un salarié présentant un risque de santé aggravé.

« En outre, ces décisions vont mettre à mal les actions de prévention engagées par les branches professionnelles en vue de réduire les risques sur la santé, en contradiction totale avec l’esprit de la loi de sécurisation de l’emploi », estime l’UPA.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X