En direct

Comment une PME veut gagner 20% de productivité
Construit par Natekko avec l’agence d’architecture franco-brésilienne Triptyque associée à Bidard-Raissi, le nouveau siège de l’INPI, à Courbevoie, contribue au basculement de l’image du bois dans le tertiaire, selon Mathis - © Copyright: Alain Benard

Comment une PME veut gagner 20% de productivité

Laurent Miguet |  le 19/06/2012  |  PME du BTPBoisChantiersCherImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
PME du BTP
Bois
Chantiers
Cher
Immobilier
Technique
Hygiène
Valider

Numéro un français de la construction bois pour les équipements publics et les locaux d’activités, l’alsacien Mathis  se réorganise pour être plus performant en 2013.

Une halle de 3000 m2 sur deux niveaux s’ajoutera l’an prochain aux 17 000 m2 – dont 1600 m2 de bureaux - exploités par Mathis à Muttersholtz, dans la plaine d’Alsace. Installée dans ce village depuis 1875, l’entreprise familiale espère un gain de productivité d’environ 20 %, grâce à la séparation des flux de grandes et de petites pièces. La nouvelle unité d’encollage facilitera une gestion acrobatique : les ateliers de Muttersholtz produisent l’équivalent d’un équipement sportif par jour. 10 opérations simultanées s’inscrivent dans des cycles de production de 12 jours. Pour autant, la PME de 42 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 240 salariés ne prétend pas rivaliser avec la productivité atteinte pas les géants européens du secteur. Sa spécificité réside plutôt dans la capacité à concevoir et mettre en œuvre des structures complexes et de grande dimension.

Rejoint sur ce créneau par les majors français du BTP, le P-DG Franck Mathis exprime un point de vue positif sur cette concurrence nouvelle : « Vinci agglomère des PME, Eiffage et Bouygues constituent des cellules… Certes, il y a une part d’affichage pour embellir les rapports d’activité, mais les grands groupes font progresser l’ensemble de la profession. Ils amènent de la méthode et contribuent au choix du bois dans des projets qui n’auraient pas mobilisé ce matériau autrefois », commente le représentant de la cinquième génération à la tête de Mathis.

Basculement tertiaire

Après les équipements sportifs, commerciaux et logistiques, le nouveau terrain de jeu concerne les locaux tertiaires. Conçu par l’agence franco-brésilienne Triptyque et réalisée par le promoteur Natekko, le nouveau siège de l’Inpi, à Courbevoie, illustre le « basculement » observé par Franck Mathis dans l’image du bois et sa capacité à produire des bâtiments à énergie positive. Dans les équipements sportifs qui restent l’un de ses principaux marchés, l’entreprise s’enorgueillit des deux récentes reconstructions de vélodromes remportés face au leader mondial de la spécialité, à Bourges et Tourcoing.

Depuis une quinzaine d’années, le renforcement des ressources affectées aux chantiers a rendu possible le quadruplement des effectifs et la constante progression du chiffre d’affaires. Les 7 agences qui quadrillent l’Hexagone ont intégré la compétence du montage. Des ingénieurs chargés d’affaires suivent les opérations depuis la rédaction des devis jusqu’à la conduite des travaux. Des réflexions en cours portent sur la spécialisation de cette dernière compétence. Le renforcement des équipes de chantiers a coïncidé avec l’entrée de Mathis dans l’ossature : complémentaire de la charpente, cette compétence facilite l’accès aux marchés d’entreprise générale, cheval de bataille majeur. 25 000 m2 de murs s’ajoutent aujourd’hui à la production annuelle de 15 000 m3 de charpentes.

La force de frappe du constructeur bois s’est également accrue en 2010 avec l’internalisation des ferrures, suite au rachat du métallier Metzger, en cessation d’activités dans le village de Hilsenheim, proche de Muttersholtz. Après avoir repris la dizaine de salariés et rapatrié l’atelier dans ses murs, Mathis a acquis une machine laser qui garantit la traçabilité des pièces, y compris après galvanisation : un atout précieux pour réduire les aléas de chantiers commandés dans des délais de plus en plus courts.

Avec la reconstruction du stade de Furiani (Corse) conçu par Ferret et Lucchini, Mathis a donné une ses premières références au bois dans le football français.
Avec la reconstruction du stade de Furiani (Corse) conçu par Ferret et Lucchini, Mathis a donné une ses premières références au bois dans le football français. - © © Mathis

Commentaires

Comment une PME veut gagner 20% de productivité

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur