Comment rester actif sur le marché de la maison individuelle : Thierry Chabance témoigne
Thierry Chabance, gérant de Viebois

Comment rester actif sur le marché de la maison individuelle : Thierry Chabance témoigne

Laurent Duguet |  le 12/11/2019  |  CCMIMaison individuelleMaison boisOssature bois100 % gros œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
CCMI
Maison individuelle
Maison bois
Ossature bois
100 % gros œuvre
Loire
Moi, artisan
Valider

Les exigences du contrat de construction de maison individuelle (CCMI) dissuadent de nombreux artisans de proposer des projets de maison à des clients particuliers. Thierry Chabance, gérant d'une entreprise de construction à ossature bois, nous explique comment la coopérative artisanale lui a permis de rétablir son activité. 

« Formé en Suisse et en Haute-Savoie, j'ai fondé en 1995 l'entreprise de construction de maisons ossature bois Viebois, à Champdieu dans la Loire. Quand les banques ont imposé la loi de 1990, qui a institué le CCMI*, j'ai répondu en créant la société de maîtrise d'œuvre AVBois pour le suivi de chantier. En 2016, mon CA subissant l'impact de cette contrainte, j'ai proposé aux artisans Qualibat avec lesquels je travaillais de créer une coopérative artisanale, Artibois Constructeur. C'est l'une des 54 coopératives artisanales de l'Ufcac**.

Nous sommes 11 coopérateurs de petite taille, avec un effectif moyen de 12 salariés chacun. Cela permet de travailler dans le cadre de la loi de 1990, qui prévoit la souscription d'une dommage-ouvrages et protège mieux nos clients. En trois ans, nous avons réalisé dix maisons. Hors coopérative, je n'aurais pu en faire qu'une seule.

Notre objectif est de huit maisons par an. Nous ne sous-traitons aucun lot, contrairement aux CMIstes qui dégagent ainsi de fortes marges. Actuellement, nous essayons de convaincre des architectes de se rapprocher. Ils gagneraient en temps de suivi. Le neuf représente 100 % de notre activité, nous allons nous diversifier vers le marché de la rénovation. »

*À retenir sur le CCMI :

- Obligation : un contrat écrit est obligatoire pour toute construction d'un immeuble à usage d'habitation ne comportant pas plus de 2 logements.
- Garanties : le constructeur doit être titulaire d'une garantie de livraison obtenue via un établissement de crédit ou d'assurances, et d'une garantie de remboursement si paiement avant la date d'ouverture du chantier.
- Assurance : le constructeur doit souscrire des assurances RC et décennale, et livrer la construction dans les délais et à prix convenus.
- Obtention : le constructeur doit prouver son expérience, détailler le procédé constructif et le type de maisons qu'il souhaite réaliser. Le montant de l'investissement, l'importance du projet et le capital social sont visés par l'établissement de crédit ou l'assureur. Le constructeur doit apporter des garanties (cautions personnelles et solidaires, garanties bancaires à première demande ou nantissement de compte).

**Ufcac : Union française des coopératives artisanales de construction

Commentaires

Comment rester actif sur le marché de la maison individuelle : Thierry Chabance témoigne

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur