En direct

Comment NGE a bâti la digue Arles-Tarascon
La digue Arles-Tarascon. - © Symadrem

Comment NGE a bâti la digue Arles-Tarascon

LeMoniteur.fr |  le 12/11/2021  |  Ouvrage d'artTerrassementBouches-du-RhôneCardinal Edifice

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ouvrage d'art
Terrassement
Bouches-du-Rhône
Chantiers
Cardinal Edifice
Valider

Inauguré le 10 novembre, cet ouvrage construit par un groupement d'entreprises mené par Guintoli (NGE) protège désormais 55 000 personnes des inondations

C'est un ouvrage monumental qui a été inauguré le 10 novembre : un "ouvrage de protection hydraulique longitudinal de 10 km"  bâti dans le cadre du programme de sécurisation des digues du Rhône depuis le barrage de Vallabrègues jusqu’à la mer, porté par le Symadrem depuis 2007.

La digue Arles-Tarascon, digue de premier rang, est composée de deux sections, une résistante à la surverse et une millénale. Dit « bi-zone », l’ouvrage est constitué d’une double protection, étanche en amont et poids en aval. L’ensemble est sécurisé par un filtre drain (200 000 m3) sur la totalité du linéaire.

Menés entre juillet 2018 et le printemps 2021, les travaux conduits par Guintoli (NGE), mandataire du groupement d'entreprises, ont mobilisé jusqu’à 100 machines de terrassement en pic d’activité.

300 000t d'enrochements bétonnés ont été posés et 1,6 million de mètres cubes de déblais ont été générés avec l’objectif de réutiliser les terres excavées.

 

Malaxeurs et enfouisseuses

 

Un chantier dont l'aspect le plus contraignant a été la teneur en eau des matériaux, notamment le limon extrait directement dans le Rhône. Il a fallu soit les humidifier soit les assécher pour atteindre la capacité maximale de résistance et garantir l'étanchéité. « S'ils sont trop humides, les matériaux sont aérés par des malaxeurs. Trop secs, ils sont humidifiés à l'aide d'enfouisseuses », racontait Grégoire Becker au Moniteur, en 2020.

Sur le même sujet Terrassements : le Rhône prend du recul

« Pour cela, nous avons mobilisé chez nous des équipes expertes permettant ainsi de réaliser ce chantier très technique dont nous sommes fiers pour la région d’Arles, berceau historique de l’activité terrassement avec Guintoli », s'est félicité Grégoire Becker.

La digue Arles-Tarascon est conçue de manière à contenir une crue équivalente à celle de 2003 et permettre, sur 5 km, un déversement sans brèche pour les crues supérieures, réduisant par 20 les volumes de déversement pour la crue de référence de 1856. Avec cet ouvrage, « c’est la protection de 55 000 personnes qui est améliorée », promet le Symadrem.

Maîtrise d'ouvrage : Symadrem.

Maîtrise d'œuvre : Egis Eau, Safege et Naturalia Environnement. Entreprises : Guintoli (mandataire), Valérian, Buesa, Crozel TP, Masoni, SLTP, Berthouly.

Matériaux : déblai/remblai de matériaux argileux (1 600 000 m3), matériaux drainants (200 000 m3), enrochements (350 000 t), béton (28 000 m3).

Coût : 65 millions d'euros HT.

Commentaires

Comment NGE a bâti la digue Arles-Tarascon

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil