Comment mettre en œuvre un système de contrôle d’accès ?

L’installation d’un contrôle d’accès dans le respect des normes nécessite une évaluation précise des besoins du client. Un logement individuel, un local tertiaire ou un bâtiment sensible tel qu’une administration, une banque ou un hôpital présentent des risques et des exigences très différentes. Trois artisans nous font part de leur expérience.

Partager
Comment mettre en œuvre un système de contrôle d’accès ?

Juliano Goncalves, gérant de Génélec, à Montigny-les-Cormeilles (Val-d'Oise) :

« Un ensemble de risques importants à évaluer »

« Le contrôle d'accès comporte un ensemble de risques importants à évaluer. Il faut déterminer la sensibilité des clients. Il peut s'agir de se protéger contre l'intrusion, le vol de matériel, mais également contre l'intrusion informatique et l'attaque de réseau. Un système protège et prévient des intrusions uniquement si la porte le permet aussi, pas seulement la serrure, et, dans le cas d'un système de gestion, l'informatique ne doit pas être vulnérable. Car tout est possible en termes de contrôle d'accès, même en petit tertiaire : badges, clés, claviers, smartphones, gestion des accès par personne, par horaire, etc. Nous pouvons tout installer, mais si le système n'est pas ou mal utilisé, il présente des failles. Dans le tertiaire, les clients sont de plus en plus demandeurs, car ils sont conscients des risques, même avec un badge qui est copiable. Ils passent souvent avec des produits certifiés ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information). En fonction de leur sensibilité au risque, ils utilisent davantage le chiffrement. »

Laurent Ledemay, gérant d'I2MS, à Arsac (Gironde) :

« Une pose dans les règles de l'art pour la fiabilité »

« Nous sommes une petite entreprise de cinq personnes et travaillons pour la SNCF, la police nationale, l'armée, le milieu carcéral, Vinci, etc. , en partenariat avec Assa Abloy depuis dix-sept ans. Souvent, les systèmes de contrôle d'accès sont installés par nos clients eux-mêmes, comme Vinci, et nous réalisons l'intégration des serrures électriques et électroniques. Une pose dans les règles de l'art est essentielle pour la fiabilité et le bon fonctionnement du système, notamment au niveau des contacts. Nous faisons aussi de la porte blindée, car il faut penser à l'ensemble, jusqu'à la cloison autour, le plafond, les plénums, etc. Nous réalisons tout ce qui est CR4. Nous remplaçons les gâches électriques par des serrures électriques pour accroître la sécurité, comme dans les hôpitaux pour protéger certains accès, en fond de couloir. Quand le système de gestion est trop ancien, nous le refaisons aussi. »

Pierre Jullia, ancien gérant d'Aralec, à Lyon (Rhône) :

« Les normes, arrivées il y a dix ans, ont changé l'activité »

« De nombreux produits sont apparus sur Internet à 50 €, ce qui a beaucoup modifié le marché du contrôle d'accès. Mais les normes, arrivées il y a dix ans, ont changé l'activité. Nos clients sont principalement des banques, des administrations, etc., avec des risques lourds. Disposant des certifications, Aralec peut répondre à leurs demandes. Par exemple, les groupes bancaires ont leurs propres certifications internes. Ils mettent en laboratoire des ouvrages et définissent les certifications de process de fabrication des produits. De là, naissent des bibles pour chaque type de portes, serrures… Aralec réalise des installations, de la topographie jusqu'à la fonction base de données. L'entreprise œuvre aussi sur quelques petits commerces, des pépinières d'entreprises et des portes d'immeuble. Car le contrôle d'accès sur une porte de magasin rassure les propriétaires et simplifie leur gestion des entrées-sorties. »

 

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil