En direct

Comment le gouvernement veut promouvoir l'utilisation de matériaux de construction alternatifs
Stockage des briques de terre crue - © © Lydie Didier-AsTerre

Comment le gouvernement veut promouvoir l'utilisation de matériaux de construction alternatifs

I.D.A |  le 30/01/2018  |  ImmobilierRéglementationProduits et matériels

Interrogé par un député de la France insoumise, qui s'émeut du faible recours aux matériaux n'émettant pas de CO2 pour leur fabrication, le ministère de la Transition écologique et solidaire fait le point sur les mesures entreprises pour y remédier.

Le bâtiment reste le deuxième secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre après l'agriculture. C'est ce qui ressort de la première publication des 184 indicateurs de suivi de la Stratégie nationale bas-carbone présentée par le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, le lundi 22 janvier. Or, une importante part des rejets de CO2 de ce secteur provient de la fabrication de matériaux cuits (ciment, chaux, isolants de synthèse...), relève le député (France insoumise - Gironde) Loïc Prud'homme, dans une question écrite au ministère. Pourtant, certains matériaux de construction peuvent réduire l'empreinte carbone et donc lutter contre le réchauffement climatique. Par exemple, "la terre crue, couplée au bois et à la paille, permet des systèmes constructifs qui n'émettent pas de CO2 durant leur fabrication". Par ailleurs, les bâtiments ainsi réalisés, bien isolés, nécessitent moins de chauffage, contribuant ainsi à réduire les émissions de CO2.
Les matériaux de construction alternatifs ont donc des débouchés économiques prometteurs, souligne le député. Qui rappelle qu'une quinzaine d'associations ont mis en place une certification européenne sur la terre crue, et qu'une première formation diplômante en la matière a démarré le 21 août 2017 en région Paca. Pour autant, déplore le parlementaire, l'utilisation de ces matériaux, notamment par le secteur public, n'est encore que marginale. Il demande au gouvernement quelles mesures sont envisagées pour avancer sur le sujet.

Une filière soutenue par le gouvernement

Le ministre de la Transition écologique rappelle que son ministère et celui de la Cohésion des territoires soutiennent, depuis plusieurs années, les matériaux biosourcés "pour en encourager l'utilisation dans la construction et lever les obstacles à leur développement (freins de nature technique, réglementaire, assurantielle, voire culturelle)". Depuis 2011, deux plans d'action, à hauteur de 100 à 150 k€ par an, ont été financés en ce sens. Ils ont "notamment contribué à la structuration des filières et permis de financer des études d'impact économiques et techniques utiles à la démonstration des avantages offerts par les solutions biosourcées".


Des objectifs européens

Le ministère souligne également l'importance du développement de l'usage des matériaux géo-sourcés pour atteindre les objectifs européens et nationaux en termes d'économie circulaire. Ainsi "le programme d'action pour la qualité de la construction et la transition énergétique (Pacte), lancé en 2015, soutient des formations professionnelles et l'intégration de ces matériaux dans des outils dédiés aux prescripteurs et aux décideurs".
Un travail, en cours de finalisation (2018), sur la production de guides de bonnes pratiques de la terre crue permettra la mise en place de formations spécifiques sur les six techniques concernées. L'objectif de ces guides est de "donner un cadre permettant de qualifier et de donner une crédibilité à ces techniques notamment dans une optique de garantie assurantielle". Les deux ministères ont également "financé une étude sur la sinistralité des ouvrages en terre crue pour documenter, identifier et traiter des pathologies afin de compléter le travail en cours".

Enfin, le ministère de la Transition écologique "porte actuellement un projet national terre qui est en cours d'élaboration afin de développer toutes les thématiques centrées autour de la terre crue avec les porteurs de projet potentiels (filières, institutionnels, professionnels de la construction, financeurs...). La thématique de la formation sera naturellement un des volets de cette action", conclut le ministère.

QE n°1001, réponse à Loïc Prud'homme (La France insoumise - Gironde), JOAN du 19 décembre 2017

Commentaires

Comment le gouvernement veut promouvoir l'utilisation de matériaux de construction alternatifs

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX