En direct

L'Etat peut-il sauver le réseau routier national non concédé ?
2 040 kilomètres de chaussés, sur les routes nationales non concédées, sont gravement endommagés. - © Google maps

L'Etat peut-il sauver le réseau routier national non concédé ?

Maxime Hanssen |  le 23/07/2018  |  RéglementationTravaux publicsAutoroutesConcessionsRoutes de France

Un rapport commandé par le ministère des Transports dévoile l'état catastrophique du réseau routier national non concédé, qui s'étend sur 12 000 kilomètres. Après plusieurs années de sous-investissement, l'Etat semble vouloir reprendre la main pour sauver ce patrimoine. Reste à définir les outils de financement, objets de négociations dans le cadre de la Loi d'orientation des mobilités. Au regard des premiers éléments, certains acteurs estiment que le système de concession pourrait être une réponse. 

« Forte dégradation », « effondrement », « risques inacceptables pour les citoyens ». Le réseau routier national non concédé est dans un état critique. C’est en tout cas le bilan qui ressort d’un audit externe réalisé pour le compte du ministère des Transports et dont une synthèse a été rendue publique le 10 juillet.

Ces infrastructures – chaussées et ouvrages d’art qui s’étendent sur environ 12 000 kilomètres - cumulent 18 % du trafic routier français. Plusieurs de ces axes de circulation sont jugés stratégiques, à l’instar de l’autoroute A15 (Hauts-de-Seine - Val d'Oise).  « Nous sommes en train de dilapider notre patrimoine national par une vision à court terme. Nous n'avons pas, et nous n’aurons certainement pas les moyens financiers publics de renverser cette tendance », s’alarme Pierre Calvin, président de Routes de France.

Un sous-investissement chronique

Les chiffres sont éloquents : 2 040 kilomètres de chaussés sont gravement endommagés, soit 17 % des routes qui nécessitent des réparations structurelles immédiates. Un tiers des 12 000 ponts exigent des rénovations. Pire, selon le document, 7 % de ces ouvrages d’art présentent des « risques d’effondrements sérieux ». Les équipements routiers (marquages, panneaux de signalisation), sont, pour leur part, « menacés de vétustés ».

La cause de ces maux ? Si le vieillissement de la chaussée est un phénomène naturel, la stratégie d’investissement de l’Etat est pointée du doigt. Celle-ci, dans un contexte de finances publiques exsangue, s’est davantage focalisée sur « le curatif plutôt que le préventif ». Comprendre : les travaux sont engagés une [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

L'Etat peut-il sauver le réseau routier national non concédé ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur