Immobilier

Comment Jean-Louis Borloo et les grandes villes veulent donner un nouvel élan à la politique de la ville

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement - Politique de la ville - Urbanisme - aménagement urbain

L’ancien ministre délégué à la Ville Jean-Louis Borloo milite pour que l’Agence nationale de la rénovation urbaine soit transformée en fondation qui accueillerait les financeurs de la politique de la ville et du logement. Détails.

Devant les maires des grandes villes de l’association France urbaine, le 6 avril à Dijon, Jean-Louis Borloo a présenté les grandes lignes du rapport sur la politique de la ville qu’il a rédigé à la demande du Président de la république et qu’il chiffre à 48 milliards d’euros. Lui qui, ministre délégué à la ville du gouvernement Raffarin, avait créé l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) en 2004 pour mettre en œuvre un vaste plan de rénovation des banlieues par la loi qui porte son nom, propose de la transformer en « une sorte de fondation ».

La nouvelle Anru accueillerait l’ensemble des financeurs actuels de la politique de la ville auxquels s’ajouteraient « des actifs puissants de la collecte et du logement ». Cette ressource garantie pourrait être levée à tout instant par les porteurs de projets, via des procédures d’instruction et de validation simplifiées. Notamment moins d’études urbaines préliminaires, ce qui permettrait de lancer plus rapidement les chantiers.  « La centralisation rampante ralentit les procédures de traitement des projets entre l’État et les collectivités locales », a commenté Yvon Robert, maire de Rouen dans le débat qui a suivi la présentation du document de synthèse.

 

Big-bang institutionnel

 

Le projet est ambitieux par les chiffres : 48 milliards d’euros d’investissement, mais aussi par son esprit : Jean-Louis Borloo promet un « big-bang institutionnel » en inversant les rôles. Plutôt qu’un cadre défini par l’État que doivent épouser les projets locaux, les intercommunalités et les municipalités plaident pour une politique en provenance du terrain avec des « responsabilités, exclusives et partagées, des collectivités locales et de l’État ».

Ils l’ont formalisé dans le “Pacte de Dijon” de Cohésion urbaine et sociale, cosigné le 6 avril par Jean-Luc Moudenc, président de France urbaine et Jean-Luc Rigaut, président de l’AdCF (Assemblée des communautés de France). Les élus se disent prêts à engager leur responsabilité pour améliorer la qualité de vie des résidents des quartiers populaires en relançant « d’urgence » des programmes de renouvellement et d’aménagement urbain et en créant les conditions d’accès au marché du travail des habitants des quartiers populaires (animation économique, solutions de mobilités… ).

En retour, les élus des grandes villes demandent à l’Etat « le même niveau d’engagement, notamment sur les services publics fondamentaux que sont l’Éducation, la sécurité et la justice, la santé ». L’impulsion du terrain aurait aussi, selon les élus, le mérite de mieux cerner les besoins d’une population d’un bassin de vie qui, aujourd’hui, s’est appauvrie non seulement dans les grands ensembles, mais aussi dans les centres anciens et les anciennes cités industrielles.

Démolitions et rénovations de logements, mise à niveau d’équipements publics : le manifeste porté par Jean-Louis Borloo ne se résume pas à la rénovation du cadre de vie. Il comporte une forte dimension sociale. L’ancien ministre propose d’agir également sur les conditions d’emploi des résidents des quartiers défavorisés en facilitant l’accès de ses habitants à la formation, notamment par l’apprentissage, en résorbant la fracture numérique, en luttant contre l’illettrisme et en facilitant les mobilités quotidiennes.  Le document scellé par le “Pacte de Dijon” sera remis au président de la République d’ici la fin du mois d’avril.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X