Comment Ippolita Romeo aborde la sécurité du bâti ancien

Comment Ippolita Romeo aborde la sécurité du bâti ancien

Laurent Duguet |  le 23/05/2019  |  100 % second œuvre100 % gros œuvre Moi, artisan Monument historiqueArtisan patrimoine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % second œuvre
100 % gros œuvre
Moi, artisan
Monument historique
Artisan patrimoine
Patrimoine
Chantiers
Rénovation
Incendie Notre-Dame
Valider

Experte en restauration et conservation de monuments historiques et œuvres d’art, Ippolita Romeo dirige une entreprise de trois salariés à paris. Elle raconte au Moniteur des Artisans comment elle aborde les chantiers délicats sur du bâti ancien.

« Les restaurateurs sont souvent considérés comme les secouristes ou les chirurgiens du monument, qu’il s’agisse d’églises, de cathédrales ou de collections. Nous sommes engagés par des entreprises qui travaillent pour la remise en l’état du patrimoine et par des clients privés, en tant qu’assistants à l’exécution d’opérations délicates. Notre formation de base et notre savoir-faire nous confèrent une connaissance spécifique des ouvrages et des oeuvres d’art. Nous sommes formés à l’approche de la protection sur les chantiers, par exemple sur le plomb, sur les structures légères d’échafaudages, sur l’élaboration de nouvelles techniques et de nouveaux produits de restauration.

Par ailleurs, nous disposons d’une connaissance de la sécurité financière des projets qui n’est pas assez sollicitée. Nous pouvons ainsi respecter les délais ou expliquer pourquoi ils ne peuvent pas l’être, par exemple en fonction de calculs erronés des surfaces à restaurer qui nous auraient été transmis ou de la typologie d’altération mal identifiée de la nature d’un support (bois, fresque, métal, pierre, terre cuite…).

La sécurité est une notion globale de ces chantiers complexes qui comprend la mise en place de protocoles, le diagnostic, les phases de procédure de restauration, la consolidation structurelle, la patine d’harmonisation et de protection des ouvrages. Hélas, en France, il n’existe pas d’ordre national des restaurateurs, et la parole n’est pas assez donnée en amont aux professionnels de la restauration, aux techniciens des biens culturels dont la plupart souhaitent un entretien plus régulier des monuments et des ouvrages. »

Commentaires

Comment Ippolita Romeo aborde la sécurité du bâti ancien

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur