En direct

Comment définir son cahier des charges ?

le 16/12/2011  |  Matériel de chantierInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Matériel de chantier
International
Valider

Les petites chargeuses sont le plus souvent louées, ce qui n’empêche pas de bien réfléchir à ses besoins et de considérer ce matériel comme une machine de production.

La chargeuse urbaine est une machine de servitude (par opposition aux machines de production) polyvalente, « bonne à tout faire », présente quand on en a besoin… et même quand on n’en a pas besoin. « Les grosses chargeuses qui travaillent en carrière sont au cœur de la productivité. Leur rendement est calculé avec soin par les directeurs de matériels. Pas celui des petites. C’est une erreur », regrette David Forget, directeur marketing chez Volvo Construction Equipment, qui milite pour une approche plus rationnelle lors de l’achat ou de la location.

Sur mesure

Taux d’utilisation horaire, coût des pièces d’usure, consommation de carburant : ces questions doivent aussi être posées pour une petite chargeuse de 35 ch. L’offre est suffisamment large pour choisir entre plusieurs modèles aux caractéristiques très différentes. Grâce à un vaste catalogue d’options et d’accessoires, il est possible de configurer sa machine avec soin et de l’adapter sur mesure à son besoin. Les entreprises de location préféreront les machines simples, solides, dont la prise en main est intuitive.

Le chantier en a-t-il vraiment besoin ?

Louées pour la plupart, les petites chargeuses articulées font partie de l’équipement de base du chantier urbain, présentes dans un coin du début jusqu’à la fin. Or la crise économique a poussé les services matériels à rationaliser leurs dépenses. Ils se sont aperçus que, dans bien des cas, la machine restait immobile des journées entières, ou bien servait à transporter des charges qu’une brouette aurait très bien pu porter. Louer un matériel qui ne sert à rien, voilà un gaspillage que l’on peut réduire avec un peu d’organisation. Une ou deux journées de travail intensif seront plus rentables que deux semaines d’utilisation intermittente.

Notre conseil Le calcul à effectuer prend en compte le tarif dégressif que les loueurs pratiquent selon la durée de location et le coût fixe de la livraison sur le chantier.

Quelle cinématique ?

Deux formes de bras sont disponibles. La cinématique en P, appelée également cinématique parallèle, est bien appropriée pour la manutention à l’aide de fourches, pour le transport de palettes par exemple. Elle garde la charge toujours horizontale, ce qui l’empêche de basculer vers l’arrière pendant le levage. La cinématique en Z, elle, est faite pour le cavage au godet. Exclusive sur les grosses chargeuses de carrière, elle est également disponible sur certains modèles plus petits. Des constructeurs, Komatsu par exemple, ont dessiné une cinématique intermédiaire dite « PZ », qui cumule les avantages des deux configurations. Mais elle est plus coûteuse et rajoute du poids mort sur le bras.

Notre conseil La cinématique en P est polyvalente, d’où sa présence majoritaire sur les chargeuses urbaines. Pour travailler uniquement au godet, préférer le Z.

Volume du godet ou puissance du moteur ?

Les loueurs classent les chargeuses (et leur attribuent un tarif de location) selon le volume du godet qu’elles peuvent porter, et parlent d’une « chargeuse de 500 l » ou d’une « chargeuse de 800 l ». Les constructeurs, eux, les classent (et leur attribuent un prix de vente) selon la puissance de leur moteur, et parlent, par exemple, d’une « chargeuse de 60 ch ». Ce classement est plus pertinent car il donne une idée des possibilités de la machine quand elle travaille avec un autre accessoire que le godet, et donne immédiatement une indication sur la consommation de carburant.

Notre conseil Les petites chargeuses sont souvent surdimensionnées par rapport au travail à effectuer. Toujours se demander si le modèle inférieur ne ferait pas l’affaire.

L’hydraulique a-t-elle une importance ?

« L’hydraulique d’une chargeuse est beaucoup plus simple que celle d’une pelle. C’est pour cette raison que les Chinois savent fabriquer la première et pas la seconde », s’amuse un ingénieur japonais de chez Hitachi. Ce n’est effectivement pas une machine de précision, ni qui effectue plusieurs mouvements simultanés. Une pompe à engrenages suffit pour soulever une charge, actionner la direction et assurer la translation. Sauf si la machine doit porter un accessoire hydraulique, une balayeuse par exemple, qui va exiger une pompe à débit variable voire un circuit Load Sensing.

Notre conseil C’est la fonction porte-outil qui réclame une hydraulique complexe. L’installation d’une nouvelle pompe peut s’avérer nécessaire selon l’accessoire monté.

Quel est le coût des pièces de rechange ?

Comme toutes les machines essentiellement louées, les petites chargeuses passent entre toutes les mains, même les moins expertes. Travaillant dans un environnement urbain, elles frôlent les murs et les barrières. Il y a de la casse… Les capots moulés en fibres de carbone et les vitres bombées sont très esthétiques mais coûtent cher à remplacer. « 6 000 euros pour un capot arrière et 1 800 euros pour une portière », s’étrangle encore le directeur matériel d’un grand loueur, qui cite là des prix extrêmes, mais bien réels.

Notre conseil Ne pas comparer seulement le prix d’achat de la machine mais regarder également celui des pièces régulièrement cassées, les rétroviseurs par exemple.

Cet article fait partie du dossier

La chargeuse urbaine

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur