En direct

Evénement

Comment définir son cahier des charges ?

le 18/10/2013

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider

La banche est un matériel stratégique. Des options choisies vont découler des modes de construction, mais aussi d’organisation des chantiers... et de confort pour les compagnons qui y ont recours.

Le choix d’un coffrage ne dépend pas que du seul service matériel. Il intéresse également le bureau de méthodes qui, à partir du matériel retenu, va définir tout le processus de construction. Hauteur des voiles coulés, types de bétons utilisés, capacité de levage du chantier, tout cela a une influence sur le coffrage utilisé, et vice versa. Dans le cas des banches métalliques, le choix est d’autant plus important que ce matériel est fait pour durer, contrairement aux coffrages en bois qui se changent plus rapidement. La banche est tellement intégrée au cœur de la production que certaines entreprises développent leur propre matériel dont les caractéristiques techniques sont censées leur apporter un avantage concurrentiel. Cela a toujours été le cas chez Bouygues ; ça l’est depuis peu chez Vinci. À l’inverse, d’autres entreprises préfèrent avoir recours à la location pour ne pas avoir à supporter les coûts d’un atelier d’entretien. Mais, même dans ce cas, elles exigeront à chaque fois le même modèle auquel les hommes du chantier et les ingénieurs des méthodes sont habitués.

L’ergonomie

Le compagnon bancheur est guetté par deux risques : la chute de hauteur et les troubles musculo-squelettiques. Or les combattre est parfois contradictoire. Par exemple, un marchepied procure une position de travail confortable, mais on risque d’en tomber. D’où l’importance de placer les points de serrage à hauteur d’homme, de telle manière qu’ils soient faciles d’accès tout en conservant les deux pieds sur terre. Mais l’opération de serrage des tiges d’entretoise, même si elle ne se fait que d’un seul côté, reste une source de pénibilité. C’est pourquoi il existe des boîtiers de décompression qui absorbent les efforts subis par les écrous des tiges d’entretoise, les rendant plus faciles à desserrer. Autant de coups de marteau en moins !

Notre conseil L’utilisation de clés dynamométriques évite de trop serrer les écrous, un avantage précieux quand une clé unique convient à tous les points de serrage.

La peau en Inox

Pas si coûteux au final  compter un surcoût d’environ 50 euros par mètre carré, soit 350 euros supplémentaires par banche , le choix d’une peau coffrante en acier inoxydable améliore grandement la qualité du matériel. Fini les traînées de rouille sur le béton ! L’Inox, qui ne se corrode pas, réduit le fastidieux travail de ponçage en atelier et, surtout, évite d’avoir à badigeonner d’huile les banches empilées sur leur parc de stockage. Or cette huile de stockage, différente des huiles de décoffrage, risque de polluer les sols et doit être nettoyée avant le premier coulage.

Notre conseil La rouille n’apparaît pas que sur le parc. Un chantier qui s’arrête quelques semaines pour une raison ou une autre retrouvera ses peaux corrodées.

Le colisage

Le colisage désigne la capacité qu’ont les banches à être repliées sur elles-mêmes puis empilées les unes au-dessus des autres pour être transportées ou stockées. Mieux les banches se replient, plus on en empile. En découlent une optimisation du nombre de mètres carrés transportables par un seul camion et - surtout - la sécurisation de l’arrimage. Il s’agit d’éviter de voir tomber ces empilements au premier rond-point ! Le voyage aller, du parc de stockage vers le chantier, s’effectue généralement dans de bonnes conditions car le camion est chargé par les spécialistes du service matériel. Mais le voyage retour, du chantier vers le parc, est plus problématique. C’est là que le matériel lui-même doit apporter une solution aux hommes du chantier.

Notre conseil Pensez au palonnier pour gruter les lots de banches repliées. Cela facilite la tâche du compagnon qui doit les charger sur un camion.

La variété des formats additionnels

Le manque de souplesse dans les formes réalisées est souvent présenté comme le point négatif du coffrage à l’aide de banches, contrairement aux petits panneaux modulaires des Allemands. C’est pourquoi la banche classique de 2,80 m de haut pour 2,40 m de large est accompagnée de sous-hausses (à placer en pied), de rehausses (à placer en tête) et de banchettes (à placer sur les côtés). La variété de ces formats additionnels permettra de coffrer facilement des formes complexes sans faire appel à du sur-mesure. La compatibilité avec d’autres matériels, comme les coffrages courbes, apporte également de la souplesse.

Notre conseil Préoccupez-vous du transport et du colisage de ces petits formats. Eux aussi doivent se ranger facilement et en toute sécurité sur le plateau du camion.

L’intégration de tous les accessoires

Par définition, la banche intègre sa passerelle de sécurité. C’est ce qui fait sa force. Mais on doit également y installer une échelle, un portillon au bout des garde-corps, des béquilles et un stabilisateur. Tous ces éléments doivent être solidaires de la banche, et non des accessoires séparés qui, immanquablement, seront perdus ou traîneront dangereusement sur le chantier. Ils doivent pouvoir être facilement repliés ou déployés. La tendance actuelle consiste à rendre tous ces éléments imperdables : ils sont retenus par des chaînettes ou bloqués dans des boîtes pour éviter qu’ils ne tombent, ce qui pourrait être dangereux.

Notre conseil Gare aux goupilles ! Ces petites pièces utilisées pour bloquer des articulations peuvent se perdre. Privilégiez les systèmes mécaniques qui s’en passent.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur