En direct

Evénement

Comment ça marche ?

le 25/04/2014  |  Matériel de chantier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Matériel de chantier
Valider

La pelle à câble est un porteur auquel sont suspendus des godets, des bennes ou des grappins. Contrairement à une grue, elle travaille sans discontinuer. Du coup, sa vitesse est importante et il faut contrôler la surchauffe de ses circuits.

La grue à flèche treillis est un matériel de levage qui peut se déplacer avec sa charge. Lente mais puissante et précise, elle peut atteindre des capacités de levage stupéfiantes : jusqu’à 3 000 t pour les plus grosses.

PHOTO - 784631.BR.jpg
PHOTO - 784631.BR.jpg - ©

1 - Les treuils de levage

Le levage est assuré par deux, parfois trois treuils. Ceux d’une pelle à câble peuvent passer en mode « chute libre » où la descente utilise la gravitation, ce qui permet d’accélérer la cadence. Ceux d’une grue sur chenilles restent en mode « descente contrôlée », plus lente mais plus précise.

PHOTO - 784634.BR.jpg
PHOTO - 784634.BR.jpg - ©
2 - La couronne de rotation

La tourelle de la grue pivote sur elle-même grâce à des moteurs hydrauliques qui entraînent une couronne de rotation. Cette roue dentée est une pièce difficile à usiner : malgré son grand diamètre, les tolérances sont très faibles et elle a tendance à se voiler. D’autant que la couronne reprend elle-même une partie des efforts du levage, surtout quand la flèche est basse.

PHOTO - 784632.BR.jpg
PHOTO - 784632.BR.jpg - ©
3 - Le treuil de levage de flèche

La flèche s’abaisse ou se relève sous l’action d’un treuil dédié. Celui-ci est relié par câbles à une pièce métallique  le chevalet , lui-même relié à la flèche par des haubans. Un câble unique n’aurait pas la force de tirer sur le chevalet, il romprait sous l’effort. Pour solidifier la liaison, on enroule le câble en plusieurs boucles autour de poulies : une opération appelée « mouflage ».

PHOTO - 784635.BR.jpg
PHOTO - 784635.BR.jpg - ©
4 - La volée variable

La volée variable est une flèche additionnelle qui prolonge la flèche principale. Elle effectue ses propres mouvements grâce à un treuil qui lui est dédié. Cette articulation supplémentaire permet de gagner en déport horizontal et de surplomber des obstacles. Mais elle réduit la capacité de charge.

PHOTO - 784636.BR.jpg
PHOTO - 784636.BR.jpg - ©
5 - Le derrick

Les grues mobiles de forte capacité se voient doter d’un derrick. Il s’agit d’une seconde flèche, reliée à la flèche principale et qui porte un contrepoids additionnel suspendu. Le derrick se déporte vers l’arrière quand la flèche principale se déporte vers l’avant. Du coup, le contrepoids additionnel s’écarte et rétablit l’équilibre.

PHOTO - 784633.BR.jpg
PHOTO - 784633.BR.jpg - ©

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur