En direct

Comment ça marche : la ventilation des bâtiments
Ventilation permanente naturelle - © © Editions du Moniteur

Comment ça marche : la ventilation des bâtiments

le 21/05/2013  |  VentilationEquipementTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Ventilation
Equipement
Technique
Valider

La ventilation d’un bâtiment contribue au confort et à la qualité de l’air en évacuant les polluants (odeurs, humidité, produits de combustion des appareils de chauffage, microbes, etc.). Elle participe également à préserver le bâti en évitant les désordres dus à une aération insuffisante : condensation et développement de moisissures. Sont distinguées la ventilation naturelle ou mécanique ainsi que d’autres systèmes permettant également le refroidissement de l’air : free cooling, surventilation nocturne d’été, etc.

Ventilation naturelle

La ventilation naturelle peut être assurée par deux ouvertures, l’une basse par laquelle entre l’air frais extérieur et l’autre haute par laquelle s’échappe l’air intérieur vicié (a). L’arrivée d’air frais en partie basse peut être placée sous un corps de chauffe pour éviter les sensations d’air froid.
L’installation des prises d’air est réalisée généralement en façade des pièces principales et celle des bouches d’évacuation dans les pièces de service (b).
Le balayage de l’air vicié s’effectue vers les pièces d’eau ou de cuisine pour limiter la propagation des odeurs vers les autres pièces de l’habitation.

a) Principe de la ventilation naturelle

Principe de la ventilation naturelle
Principe de la ventilation naturelle - © © Editions du Moniteur


b) Ventilation permanente naturelle

b)	Ventilation permanente naturelle
b) Ventilation permanente naturelle - © © Editions du Moniteur

Ventilation mécanique

Pour maîtriser l’extraction de l’air vicié, des systèmes aérauliques avec ventilateurs de « ventilation mécanique contrôlée » (VMC) sont utilisés. Les systèmes à simple flux permettent l’extraction de l’air vicié par un ventilateur placé en toiture sur une gaine collective. Des gaines de distribution relient la gaine collective aux bouches d’extraction situées dans les pièces d’eau et la cuisine.

Dans les systèmes à double flux, l’air frais est introduit par soufflage dans les pièces au moyen de gaines et d’un ventilateur. Les calories de l’air extrait sont récupérées par l’intermédiaire d’échangeurs statiques (le plus souvent des échangeurs à plaques).

La VMC double flux permet également d’éviter les entrées directes de bruits extérieurs.

 

VMC double flux thermodynamique
VMC double flux thermodynamique - © © Editions du Moniteur

Free cooling

Le free cooling ou refroidissement gratuit utilise directement l’air extérieur pour ventiler et refroidir un local. Il permet, sans climatisation, de rafraîchir la température d’une pièce tant que la  température extérieure est inférieure à la température intérieure souhaitée. Il peut suppléer ou remplacer la puissance calorifique distribuée par des compresseurs au moyen de vannes trois-voies lorsque la température de l’air extérieur le permet. Il consomme beaucoup moins d’énergie qu’une production de froid équivalente par compression mécanique (climatisation).

Free cooling à circulation d’eau

Free cooling à circulation d’eau
Free cooling à circulation d’eau - © © Editions du Moniteur

Free cooling à circulation d’air

Free cooling à circulation d’air
Free cooling à circulation d’air - © © Editions du Moniteur

Surventilation nocturne d’été

La surventilation nocturne d’été utilise le même principe que le système free cooling, tout en étant plus simple et mieux adaptée aux bâtiments à moins fortes charges internes (bureaux, bâtiments résidentiels, etc.).

Deux modes de fonctionnement sont possibles :
- automatique de 22 h à 9 h si la température intérieure est inférieure à 23 °C ;
- forcé, utile lorsque la température diminue en journée, en cas d’orage par exemple. L’entrée de l’air s’effectue par un volet de compensation qui s’ouvre automatiquement avec la dépression créée en continu par le fonctionnement du système d’extraction.

Surventilation nocturne d’été
Surventilation nocturne d’été - © © Editions du Moniteur



Cette technique est extraite de l’ouvrage La Construction : comment ça marche ? de U. Bouteveille, édité aux Éditions du Moniteur. Vous pouvez vous le procurez en cliquant  ici.

Commentaires

Comment ça marche : la ventilation des bâtiments

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur