Comment Benoît Dulion soigne la sécurité du bâti ancien
- © Dulion Charpente

Comment Benoît Dulion soigne la sécurité du bâti ancien

Laurent Duguet |  le 20/05/2019  |  100 % gros œuvre Artisan patrimoinePatrimoineChantiers

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % gros œuvre
Artisan patrimoine
Patrimoine
Chantiers
Valider

Benoît Dulion, membre du Groupement des entreprises monuments historiques de la FFB, dirige (3e génération) de Dulion Charpente, une entreprise de 18 salariés installée à Ancy-le-Franc, dans l’Yonne. Il raconte au Moniteur des Artisans quelles précautions il met en oeuvre sur ses chantiers de bâti ancien.

«La grande majorité de notre activité repose sur des monuments historiques ou du patrimoine ancien, du renforcement d'une poutre d'un château à des travaux de charpente ou de réfection de chapelles. Nous sommes comparables à un chirurgien spécialisé, à tel point que nous n'avons pas l'automatisme pour réaliser une charpente de pavillon en sapin !

Méthodes et protocoles

Nous avons mis au point, au fil du temps, des méthodes, protocoles et techniques en matière de restauration que nous sommes capables de dupliquer. Nous avons ainsi réfléchi et trouvé une méthode qui nous est propre pour couper un entrait de 13 m de long sans retirer la charpente au dessus. Nous observons le fonctionnement de la charpente, en cherchons les pathologies et leurs causes, avant d'apporter des méthodes de restauration. Ici, le temps ne se pense pas comme ailleurs et nous ne pouvons pas engager plus de 3 ou 4 charpentiers simultanément : la superposition des tâches ne le permet pas. Tout le monde est formé au montage en sécurité des échafaudages et au port du harnais.

Sur le même sujet Comment Eric Le Dévéhat travaille la sécurité du bâti ancien

Risque zéro

Nous visons le risque zéro sur une charpente ancienne et nous pouvons, en cours de phase de montage d'une charpente, par exemple où nous devons monter sur une voûte, fermer partiellement ou totalement une église. Bien évidemment, un édifice peut être classé avec une charpente du XIXe qui n'a pas grand intérêt. La méthode de restauration est toujours adaptée au type de charpente, et celles du XIIe et XIIIe sont remarquables. »

Sur le même sujet Notre-Dame: et si tous les charpentiers «monuments historiques» se donnaient la main ?

Commentaires

Comment Benoît Dulion soigne la sécurité du bâti ancien

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur