En direct

COLOMBES Les projets se multiplient dans le quartier du Petit-Colombes

PAUL PHILIPPART |  le 09/06/2000  |  Collectivités localesCultureAménagementSEMTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Culture
Aménagement
SEM
Transports mécaniques
Val-de-Marne
Hauts-de-Seine
Profession
Architecture
Etat
Valider

Le musée des Transports urbains jette l'ancre sur les terrains de la Marine

Le projet d'aménagement des terrains de la Marine (4 ha) à Colombes a fait l'objet d'un protocole d'accord entre l'Etat, la ville et la RATP, signé le 10 mai. Il prévoit, pour 25 millions de francs (3,8 millions d'euros), la cession du site par le ministère de la Défense à la ville. Celle-ci le rétrocédera ensuite à la Codevam (société d'économie mixte de la ville de Colombes), l'aménageur de la ZAC qui devrait être créée cet automne. Les parties dévolues au musée des Transports urbains et l'atelier garage de tramways seront revendus à la RATP.

L'objectif du projet est double : la mise en valeur d'un patrimoine industriel de grande qualité architecturale (les bâtiments, qui, à l'origine, abritaient une usine d'aviation, peuvent aller jusqu'à 120 m de long, avec des hauteurs sous poutraison de 4 m à 8 m et sous sheds de 14 m), et l'ouverture du site sur le quartier du Petit-Colombes.

Une voie nouvelle

Sur la base des études réalisées par le cabinet d'architectes Reichen et Robert et la paysagiste Jacqueline Osty, une voie nouvelle sera créée entre les rues des Côtes-d'Auty et Pierre-Expert, un jardin public (6 600 m2) et un mail planté (9 350 m2) vont être aménagés à la place de locaux annexes qui seront démolis. Ces travaux, estimés à environ 30 millions de francs (4,5 millions d'euros), seront financés par la région à hauteur de 20 millions de francs (3 millions d'euros) dans le cadre du contrat de Plan.

La grande halle avec ses deux nefs accueillera le musée des Transports urbains (11 570 m2 d'emprise au sol). Géré par l'Association des musées des transports urbains, interurbains et ruraux, il est aujourd'hui implanté à Saint-Mandé (Val-de-Marne) où son départ, en juillet, libérera une parcelle de 8 000 m2 (voir ci-dessous). Un bâtiment en verre devrait être bâti le long du boulevard Charles-de-Gaulle, servant ainsi de vitrine au musée.

Une étude préalable de programmation a déjà été réalisée par l'architecte Jacques Lichnerowicz (cabinet BL Associés), mais reste à déterminer qui sera le maître d'ouvrage de cette opération dont le montant pourrait s'élever à 100 ou 120 millions de francs (de 15,2 à 18,3 millions d'euros). Le calendrier sera arrêté lorsque la maîtrise d'ouvra-ge aura été désignée. Une réflexion est en cours sur cette question, menée par Alain Villaret, ancien délégué de la Mission pour la réalisation des actifs de la Défense, et par un comité de parraina- ge placé sous la houlette de Claude Quin, ancien P-DG de la RATP.

Des locaux d'activités à proximité

Les bâtiments situés en fond de parcelle, du côté de l'hôpital de Nanterre, accueilleront des activités économiques sur 2 750 m2 ainsi que l'atelier de la RATP, qui, par ailleurs, sur des terrains adjacents au site, aménagera des voies de garage pour les rames de tramway. C'est en effet à cet endroit que se croiseront les lignes T1 (Saint-Denis/Gennevilliers/Nanterre) et T2 (La Défense/Sartrouville). Les installations de la RATP occupe- ront environ 15 000 m2. Les travaux, estimés à 120 millions de francs, pourraient démarrer courant 2002.

« Ce projet s'inscrit dans l'aménagement d'un quartier en zone de redynamisation urbaine, en face du futur centre commercial Leclerc, qui ouvrira à l'automne, et d'un programme de bureaux de 45 000 m2 réalisé par HRO, qui devrait démarrer cet été », indique Jacques Grossard, adjoint au maire chargé de l'urbanisme et président de la Codevam.

DESSIN : Le site, sur 4 hectares, accueillera, outre le musée des Transports urbains, un jardin public, les ateliers de la RATP, et des activités économiques sur une surface de 2 750 m2.

Saint-Mandé aménage les terrains libérés par le musée

Jusqu'en juillet, le musée des Transports urbains occupe un ancien dépôt d'autobus, situé 60, avenue Sainte-Marie, à Saint-Mandé, à proximité du périphérique. Son départ va libérer plus de 8 000 m2. Une véritable aubaine pour la plus petite commune d'Ile-de-France (92 ha). Le Syndicat des transports parisiens, propriétaire du terrain, vient de le vendre à la société Fougerolle pour 64 millions de francs (9,75 millions d'euros). Il sera aménagé dans le cadre de la ZAC Sainte-Marie, qui englobera aussi une parcelle de 1 100 m2 appartenant à EDF.

Le programme comprend la construction de logements en location et en accession (entre 10 900 m2 et 14 700 m2) et sociaux (800 m2). En rez-de-chaussée des immeubles, sont prévus 500 m2 de commerces et de services. Une maison d'accueil pour personnes âgées dépendantes (3 800 m2) et un groupe scolaire compléteront l'opération. Au total, l'emprise au sol des constructions ne devrait excéder pas 50 % des surfaces, 35 % étant occupées par des espaces verts. Pour l'instant, aucun calendrier n'a été fixé.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil