En direct

Collège des Bernardins : renaissance d'un joyau cistercien (+vidéo et portfolio)
Le Collège des Bernardins sera ouvert au public les 5, 6 et 7 septembre à l'occasion de journées portes ouvertes. - ©

Collège des Bernardins : renaissance d'un joyau cistercien (+vidéo et portfolio)

Defawe Philippe |  le 05/09/2008  |  Seine-et-MarneVal-d'OiseYvelinesParisSeine-Saint-Denis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-et-Marne
Val-d'Oise
Yvelines
Paris
Seine-Saint-Denis
Val-de-Marne
Essonne
Hauts-de-Seine
Réalisations
Education
Architecture
Valider

Après une restauration de grande ampleur, le Collège des Bernardins a été inauguré le 4 septembre 2008 par le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, en présence notamment de Christine Albanel, Bertrand Delanoë et Jean-Paul Huchon. Retour sur ce chantier singulier d'un point de vue technique.

Rue de Poissy, à Paris Ve, cet édifice cistercien bâti au XIIIe siècle a abrité pendant plus d'un siècle une caserne de pompiers, après avoir servi de prison et d'entrepôt. Enfin, il a été racheté 1,9 million d'euros par l'archevêché à la ville de Paris pour en faire un lieu dédié à l'art, aux débats, à la formation et à la recherche. 10 ans de projet et un budget total de 50 millions d'euros auront été nécessaires pour mettre en œuvre les moyens exceptionnels qui ont permis de sauver l'édifice de la ruine.

Pour parvenir à cette réussite, il a fallu du travail (Voir le chantier en portfolio)
D’abord pour sauver un édifice menacé. Remède, une reprise en sous-œuvre : 322 micropieux ont stabilisé un bâtiment (71 m x 14 m) construit sur un sol alluvionnaire. Le toit à la bourguignonne, couvert de 110.000 tuiles de cinq nuances, a été restitué. Au total, 5.000 m2 sur quatre niveaux : un cellier déblayé pour la première fois depuis l’époque médiévale, cloisonné en salles de cours ; une grande salle gothique longue de 69 mètres pour l’accueil et les expositions ; un auditorium de 250 places logé dans le grand comble. A l’extérieur, un jardin et, enterrées, une salle polyvalente (120 places) et une bibliothèque (7.000 volumes).
Deux ans d’études, trois ans de chantier ont été nécessaires. "Les difficultés n’ont pas manqué. Mais la plus grande fut de faire fonctionner un bâtiment médiéval au XXIe siècle avec son cortège technique tout en respectant son caractère historique", souligne l’architecte Emmanuel Brelot, responsable du projet chez Jean-Michel Wilmotte.

I D-G et H G




Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur