En direct

Collectivités locales : les dépenses BTP repartent (enfin) à la hausse
Les dépenses des collectivités locales dédiées au BTP ont progressé de 4,9% en 2017, après trois années de baisse. - © © SER

Collectivités locales : les dépenses BTP repartent (enfin) à la hausse

Jessica Ibelaïdene |  le 08/08/2018  |  Commande publiqueBâtimentRéglementation des marchés publicsTravaux publicscerc

Après trois années de baisse, les dépenses BTP des collectivités locales retrouvent des couleurs en 2017. C’est ce que confirme une étude du GIE Réseau des Cerc, publiée début août.

Comme chaque année, le GIE Réseau des Cellules économiques régionales de la construction (Cerc) a scruté les dépenses BTP des collectivités locales. Et le bilan 2017, publié ces derniers jours, est plutôt positif.

La commande publique locale dans le BTP est en effet repartie à la hausse l’année dernière. Atteignant 37,7 Mds €, elle progresse de 4,9% par rapport à 2016 (hors Grand Paris, lire ci-dessous). Une bonne nouvelle après trois années de chute continue. Toutefois, le niveau de ces dépenses reste encore très faible comparé à 2013, qui avait été une année exceptionnelle avec 46 Mds€ au compteur.

Tirée par le bloc communal, la croissance s’installe dans toutes les régions…

Avec un peu de retard par rapport à un cycle électoral habituel, le bloc communal a nettement revu à la hausse ses dépenses BTP l’an dernier. Les communes, qui représentent 46,7% de la commande publique locale (contre 45,6% en 2016), ont augmenté leurs enveloppes de 6,8%. Ce sont elles qui tirent la croissance globale, au côté des intercommunalités (+5,4% de dépenses, représentant 19% de la commande publique BTP).

La bonne dynamique concerne toutes les régions, même si les niveaux sont encore très faibles. Seule exception : Auvergne Rhône-Alpes qui « s’inscrit dans une relative stabilité (-0,4%), celle-ci s’apparentant cependant plus à une pause » qu’à un mouvement défavorable, souligne le GIE.

… mais à des rythmes différents

Toutes les régions ne suivent cependant pas le même rythme. Ainsi, la croissance est particulièrement marquée en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+12,6%), dans les Hauts-de-France (+10,3%) et dans le Grand Est (+9,8%). Elle est plus modérée en Corse (+1,2%), en Centre-Val de Loire (+2,3%) ou encore en Normandie (+2,9%).

La relative progression de l’Ile-de-France (+1,5%) est à relativiser, tempère le GIE. En effet, il s’entend hors dépenses de travaux et d’intervention engagées par la Société du Grand Paris (SGP). Or, celles-ci ont doublé entre 2016 et 2017, passant de 500 millions à 1 Md€. La SGP prévoit encore d’accélérer la cadence, puisque 2,92 Mds€ de crédits de paiements sont inscrits dans son budget pour 2018 (1).

Le bâtiment en profite plus

Le rebond des dépenses locales de BTP concerne aussi bien les travaux publics que le bâtiment. Mais ce dernier progresse plus vite (+1,1 Md€ vs 2016, à 17,8 Mds€, contre +0,6Md€ pour les TP, à 19,9 Mds€) « en raison de la bonne orientation du bloc communal », explique le GIE Réseau des Cerc. Les seules communes contribuent à 55% des dépenses en bâtiment, alors qu’elles participent à la commande de travaux publics à hauteur de 39%.

La tendance devrait être similaire en 2018, au regard des prévisions budgétaires des collectivités locales. Les anticipations pour le bâtiment progressent de 7,8% (à 32,8 Mds€), de 3,7% pour les travaux publics (à 34,4 Mds€). Au total, les collectivités locales ont prévu de dépenser 67,2 Mds€ en 2018, soit 5,7% de plus que dans les budgets 2017. Mais comme à chaque fois, tout dépendra du taux de réalisation final. L’an dernier, il s’était stabilisé mais restait légèrement en dessous des 60%.

S’il est trop tôt pour avoir des certitudes pour 2018, les résultats de la commande publique au premier semestre, publiés par l’Association des communautés de France (ADCF) et la Caisse des dépôts, incitent à la prudence. En effet, si au global la commande publique a continué à progresser sur les six premiers mois de l’année (+7,7%), les marchés de travaux sont, eux, repartis à la baisse (-3%). Les chantiers de renouvellement et de rénovation n’ont pas permis de relever le niveau, puisqu’ils stagnent depuis le début de l’année.

(1) Deuxième budget rectificatif pour 2018 adopté le 22 mars. Le premier budget rectificatif, voté le 13 février, avait déjà permis d’augmenter l’enveloppe de crédits de paiements de 500M€, et atteignait 2,7 Mds€ au total.

Commentaires

Collectivités locales : les dépenses BTP repartent (enfin) à la hausse

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire de la fonction publique d'Etat et territoriale

Dictionnaire de la fonction publique d'Etat et territoriale

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

Les constructeurs et le risque du sol

Les constructeurs et le risque du sol

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur