En direct

Colas mise sur les plans de relance pour passer 2009

le 25/02/2009  | 

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Valider

Comme prévu, la courbe de croissance de Colas (groupe Bouygues) s’est infléchie en 2008. Le numéro un mondial de la construction routière voit son chiffre d’affaires progresser de 9,6% à 12,8 milliards d’euros. Le résultat net (part du groupe) est moins dynamique avec une progression de 3,4% à 490 millions d’euros.

«Nous avons souffert des variations des prix de matières premières et de l’énergie, explique Hervé Le Bouc, p-dg du groupe. Par exemple, le prix de la tonne de bitume a varié du simple au double». Cette fluctuation du prix du bitume n’est pas nouvelle et la stratégie de Colas pour y faire face est bien rôdée : augmenter les capacités de stockage et faire jouer, le cas échéant, les formules de révision des marchés. «Notre marge nette est proche de 4%, ce qui reste très satisfaisant dans notre secteur d’activité», fait valoir Hervé Le Bouc.

L’année 2008 s’est scindée en deux semestres bien différents. Le premier, dans la continuité de 2007, a connu une forte croissance (+14%) profitant d’un carnet de commande fourni et de conditions climatiques favorables. Mais à partir du mois d’août, l’activité a ralenti et le second semestre n’a crû que de 6%. En France, si le ralentissement était attendu du fait des élections municipales et cantonales de 2008, la reprise n’a pas eu lieu. A l’international et dans les territoires d’outre-mer, le chiffre d’affaires progresse de 16,3% grâce notamment au dynamisme de l’Europe centrale.

Effet quasi-immédiat en Amérique du Nord


Pour 2009, Colas prévoit un chiffre d’affaires de 12,3 milliards, en recul de 3,8%. Seul l’achèvement de grands chantiers non récurrents est prévisible. Pour le reste, «les incertitudes restent nombreuses», constate Hervé Le Bouc. Jusqu’où se propagera l’onde de choc de la crise financière ? Dans quelles proportions les difficultés du système bancaire mondial vont-elles compliquer le montage des grandes opérations en PPP ?
Parmi les points favorables pointés par le p-dg de Colas pour 2009 : les plans de relance annoncés partout dans le monde. En France, bien entendu, mais aussi aux Etats-Unis et au Canada. Rappelons que l’Amérique du Nord pèse 17% du chiffre d’affaires du groupe, à 2,1 milliards d’euros en 2008. Le plan de relance aux Etats-Unis, baptisé «stimulus package», prévoit 30 milliards de dollars d’investissements pour les routes et les ponts et 3 milliards pour les aéroports. «Ces investissements s’ajoutent à 42 milliards de dollars déjà prévus», détaille Louis Gabanna, directeur général Amérique du Nord de Colas. Le top départ est fixé au 10 mars prochain et l’argent devra être engagé dans les 120 jours. Ce qui signifie que l’effet sur l’activité sera quasi-immédiat. «Plusieurs états avaient lancé des appels d’offres conditionnés à l’obtention des crédits du plan de relance, complète Louis Gabanna. De sorte que les travaux peuvent démarrer immédiatement». Ainsi, le groupe va démarrer la réfection d’une autoroute dans le Missouri. Le plan de relance canadien n’est pas en reste avec 6 milliards de dollars canadiens directement consacrés à la route sur deux ans qui s’ajoute à un budget annuel de 4 milliards.

Poursuite de la croissance externe

En France, Hervé Le Bouc voit d’un bon œil la possibilité de remboursement anticipé de TVA pour les collectivités locales. Il parie également sur une nouvelle vague de projets de transports en commun en site propre.
Malgré la crise, il se dit attentif aux opportunités de croissance externe dans les matériaux et le bitume. Toutefois pas au niveau des deux derniers exercices (environ 1 milliard en 2007 et 700 millions en 2008). Mais comme beaucoup de grands cimentiers _qui achetaient à prix d’or les carrières ces dernières années_ sont aujourd’hui malades de leurs dettes, les prix d’acquisition devraient se détendre. Certains d’entre eux pourraient même être contraints de vendre des actifs… Côté bitume, Colas espère conclure le rachat de la Société de Raffinerie de Dunkerque avant la fin de l’année.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur