Immobilier

Co-working : Bureaux A Partager montre les muscles

Le spécialiste du co-working temporaire Bureau à partager (BAP) lance une nouvelle marque pour structurer son réseau et cherche à se développer sur des sites de manière plus durable en Ile-de-France en région.

« Big is beautiful ». La devise s’applique aussi aux acteurs du co-working, surtout depuis l’arrivée de WeWork à Paris. Pour preuve, Bureaux à partager, spécialiste français de l’occupation temporaire d’espaces de travail, a lancé mercredi 21 juin « Morning co-working ».

Cette marque vise à mettre en réseau l’ensemble des sites occupés par BAP (12 actuellement, soit environ 30 000 m² en Ile-de-France). Et d’ici la fin de l’année, chaque utilisateur pourra réserver une salle de réunion ou un poste de travail dans n’importe quel espace occupé par BAP. Objectifs : « Voir plus grand en fédérant notre communauté et conforter notre image auprès de nos deux cibles, les foncières (qui mettent à disposition les espaces occupés par BAP, ndlr) et les utilisateurs », décrypte Clément Alteresco, CEO de la société.

 

Mise en réseau des utilisateurs et modèle affiné

 

Cette mise en réseau permettra à BAP de proposer les expertises de ses co-workers à la communauté. « Nous identifierons des thématiques (marketing digital, professeurs de yoga, coach détox, etc.) et nous sélectionnerons deux professionnels joignables par tout le monde appelés pour le moment ‘Morning experts’ », explique Clément Alteresco. Une alternative aux services proposés par d’autres, comme Wework, qui a récemment conclu un partenariat avec un réseau d’expertise-comptable et d’avocats, pour proposer leurs services à tarifs préférentiels à ses utilisateurs. « Si nos utilisateurs ont besoin d’expertises que nous n’avons pas en interne, nous jouerons également les entremetteurs », assure le CEO.

D’ici 2020, BAP souhaite se développer sur une cinquantaine de sites partout en France. « Nous recherchons un modèle pour nous implanter en région », dévoile Clément Alteresco, qui table sur une première implantation en 2018. La société souhaite également diversifier ses implantations. Sur les 12 sites occupés, 10 le sont de façon temporaire (en attendant que le propriétaire de l’espace puisse lancer des travaux). « L’enjeu consiste à avoir des espaces durables dans le temps pour asseoir la marque Morning co-working. Sur la cinquantaine de sites à développer d’ici 2020, nous aimerions en avoir 50% de manière fixe. »

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X