En direct

Cloisons de bureaux Clestra change d’actionnaire et passe à l’offensive
PHOTO - focus 5469 clestra.eps - © BRUNO LEVY/LE MONITEUR

Cloisons de bureaux Clestra change d’actionnaire et passe à l’offensive

Laurent Miguet |  le 18/09/2008  |  ConjonctureSecond œuvreIndustrieProduits et matérielsVerre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Conjoncture
Second œuvre
Industrie
Produits et matériels
Verre
Bas-Rhin
Paris
International
Valider

La société d’investissement française Windhurst Participations a pris le contrôle, fin juillet, de Clestra, leader mondial de la cloison de bureaux amovible. Avec comme priorités de moderniser l’outil de production et développer l’international.

«Actionnaire actif, nous accompagnerons l’entreprise dans un projet à long terme », assure François-Denis Poitrinal, président-créateur de Windhurst Participations et nouveau président du conseil de surveillance de Clestra. L’entreprise strasbourgeoise, sortie en 2000 du groupe Strafor Facom, dans le cadre d’une procédure de LBO, va passer à l’offensive. Thierry Résibois, directeur général de Windhurst Participations, devient président du directoire de Clestra. Le nouvel actionnaire veut ouvrir une usine et mise sur l’exportation comme axe de développement stratégique (voir interview ci-contre).

Quelques semaines plus tôt, le 5 juin dans le showroom du 21e étage de la tour T1 à La Défense, les architectes avaient découvert la métamorphose des années 2000 : les gammes pleinAir, Loft, Thema et Boà déclinent la transparence sous de multiples formes, en verre et aluminium, parfois associés à l’acier, aux stratifiés ou aux mélamines. Chargée de mettre en scène ce showroom de 1 600 m2, l’équipe d’architectes-designers suisses Richter & Dahlrocha montrait l’évolution esthétique des produits, mais aussi les valeurs de solidité et de pérennité attachées à l’image de Clestra.

Bonds de productivité

La transformation a également affecté des aspects moins visibles, mais plus profonds : la mise en cohérence des gammes s’est opérée sur une épaisseur de 83 mm, considérée comme la meilleure synthèse entre les exigences acoustiques, esthétiques et techniques. Ce choix a facilité le regroupement des forces commerciales et des équipes travaux et de pose. Sur le front de la productivité industrielle, l’année 2008 devait maintenir une progression proche de 7 %, déjà observée en 2007.

Malgré les effets prévisibles de la crise de l’immobilier, l’industriel de Strasbourg se sent armé pour maintenir son positionnement atypique : « Seul fabricant exclusivement spécialisé dans la cloison de bureau amovible, nous présentons une diversité et une modernité de gamme sans équivalent », estime Jean-Luc Bikard, P-DG jusqu’en août et toujours membre du directoire. La spécificité réside également dans l’intégration verticale : les services travaux commandent les produits aux usines. Avec ses 12 km de cloisons posés en trois mois, le siège de Dassault Système, en chantier à Paris sous la maîtrise d’œuvre d’Arte Charpentier, offre une des illustrations frappantes de la force de frappe du groupe strasbourgeois. Avec 40 % du chiffre d’affaires, la maintenance facilite le lissage de la charge.

GRAPHIQUE - MN5470-CA-SPERIAN.eps
GRAPHIQUE - MN5470-CA-SPERIAN.eps - ©
GRAPHIQUE - MN5470-REPARTITION-METIERS.eps
GRAPHIQUE - MN5470-REPARTITION-METIERS.eps - ©
Thierry Résibois, président du directoire de Clestra« Un nouvel outil industriel » Les cadres dirigeants de Clestra qui avaient été acteurs du LBO conserveront-ils une part du contrôle de l’entreprise ?

Windhurst Participations acquiert 100 % du capital au moment du closing, mais nous avons pris l’engagement d’associer les cadres dans un second temps. L’étude de différentes formules possibles aboutira à des décisions, d’ici au 30 juin prochain.

Quel est votre projet industriel pour Clestra ?

Compte tenu de la vétusté de l’usine de Strasbourg, nous réimplanterons une nouvelle unité industrielle sur le même site ou dans son environnement. La finalisation du montage et du budget interviendra d’ici au 31 décembre. Outre le coût du déménagement, ce projet distinguera l’immobilier, pour lequel nous négocions avec plusieurs fournisseurs possibles, dont Proudreed, actuel propriétaire du site, et la modernisation de l’outil, que nous voulons mettre au top-niveau.

Quelles cibles identifiez-vous sur le marché international ?

Le Moyen-Orient renoue avec une forte progression. Tiré par les projets universitaires et scolaires d’Arabie Saoudite, en particulier les collèges de filles, ce secteur représente 12 % du volume produit à Strasbourg. Aux Etats-Unis, où nous nous sommes réimplantés depuis quatre ans, notre chiffre d’affaires atteindra 10 millions d’euros cette année. Nous avons une forte légitimité dans la zone dollar, compte tenu de l’histoire de Clestra Hauserman, dont le nom rappelle les sites de Cleveland et Strasbourg. En Inde, l’usine ouverte à Pune en 2007 accompagnera le développement de l’industrie pharmaceutique, très demandeuse de salles blanches. Par un joint-venture, nous avons également implanté une unité d’assemblage à Shanghai.

400

Le siège de Strasbourg emploie 400 salariés sur 1 100 personnes, réparties entre les sites de production de Strasbourg, Antony, Dourdan, Gumi (Corée), Pune (Inde) et Shanghai (Chine) ainsi que dans les agences.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur