En direct

Climat : l’appel des scientifiques aux gestionnaires d’infrastructures
Valérie Masson Delmotte a présenté le diagnostic climatique des scientifiques le 1er septembre au ministère de la Transition écologique; - © Giec

Climat : l’appel des scientifiques aux gestionnaires d’infrastructures

Laurent Miguet |  le 02/09/2021  |  Changement climatiqueFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Changement climatique
Infrastructures
France
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Glaçant et toujours plus précis au fur et à mesure des progrès de la science, le diagnostic du réchauffement de la planète a fait l’objet d’une présentation officielle le 1er septembre au ministère de l’Ecologie. Co-présidente du groupe de travail numéro 1 qui a élaboré la première partie du rapport 2022 pour le groupe d’experts intergouvernemental d’études sur l’évolution du climat (Giec), Valérie Masson Delmotte appelle les gestionnaires d’infrastructures à l’utiliser.

« S’il vous plaît, utilisez nos informations ! ». Au détour de la présentation officielle et clinique de l’évolution de [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Climat : l’appel des scientifiques aux gestionnaires d’infrastructures

Votre e-mail ne sera pas publié

Vitas

03/09/2021 08h:08

Qu'est ce qu'il en pense le chasseur de mammouths ?

Votre e-mail ne sera pas publié

denise

10/09/2021 15h:07

je suis chercheur indépendant sur le lien climat-eau-biodiversité, je voudrais vous proposer une approche complètement différente du dérèglement climatique, de la gestion de l'eau et des conséquences sur l'agriculture et la biodiversité.Si le climat se résumait à l'effet de serre les températures au-dessus des mers seraient caniculaires puisque la vapeur d'eau est de loin le plus puissant gaz à effet de serre (60%) , pourtant on mesure exactement l'inverse !Le climat c'est d'abord l'effet parasol des gaz et de l'eau (nuages) qui bloque 50% de l'énergie qui vient du soleil, ensuite la chaleur latente de l'eau qui évacue 60% de l'énergie qui arrive jusqu'au sol et vient en tout dernier l'effet de serre qui empêche le refroidissement nocturne. Les canicules ne se produisent que sur les zones sèches par manque d'effet parasol et manque d'évaporation, l'absence d'eau a un effet pervers : plus il fait chaud plus il fait sec et plus les sols reçoivent d'énergie ! Et inversement, en présence d'eau (ou de végétation) plus il fait chaud plus il y a d'évaporation donc de vapeur d'eau qui diminue la puissance du rayonnement solaire :Les inondations et les sécheresses ne sont pas les conséquences du dérèglement climatique mais bien les causes, c'est en retenant l'eau en amont des bassins versants qu'il n'y aura plus d'inondation et donc mathématiquement plus de sécheresse et plus de canicule !On aura sauvé la planète quand les continents seront des océans de verdures en plein été !Selon l'adage : « si tu plantes des conifères achète des canadairs » Depuis plus de 30 ans l’ONF fait planter des conifères parce que ça consomme moins d’eau, résultat ça évacue moins de chaleur, apporte moins de pluie et brule tous les étés ... Ils avaient même le projet de faire remonter les plantes méditerranéennes jusque dans le nord de la France … ils ont planifié et orchestré la progression du désert ! L’urgence climatique c’est de gérer intelligemment les excès d’eau pour ne plus en manquer, ce sont uniquement les zones sèches qui brulent ! On aura sauvé la planète quand nos campagnes seront des océans de verdures en plein été ! Pas d'eau pas de vie pas de climat ... Sur les continents, la régulation thermique de l'atmosphère est automatique tant que les surfaces exposées au soleil sont couvertes d'eau ou de végétation, autrement dit : c'est la sécheresse des sols qui provoquent le dérèglement climatique et non pas le dérèglement climatique qui provoque les sécheresses, le climat se dérègle quand les continents ne transpirent plus !

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil