En direct

Clauses d'interprétariat : la nouvelle tour de Babel ?

Romain Cayrey |  le 20/04/2018  |  RéglementationCommande publiqueBouches-du-RhôneParisRhône

Marchés publics -

L'obstacle juridique à présent franchi, ces clauses se déploient.

Mais si les rédactions se ressemblent, les pratiques diffèrent parfois.

Mi-mars, la cour administrative d'appel de Paris a suspendu l'exécution d'un marché public, au motif que le règlement de consultation imposait l'usage exclusif du français comme langue de travail (CAA Paris, 13 mars 2018, n° 17PA03641-17PA03657). Cet arrêt semble confirmer l'illégalité des clauses « Molière » pures et dures. Meilleur est le sort des clauses d'interprétariat, qui prévoient l'intervention d'un interprète afin d'expliquer aux ouvriers ne maîtrisant pas suffisamment la langue française leurs droits sociaux et les consignes de sécurité. Le Conseil d'Etat leur a en effet donné une assise légale en fin d'année dernière, en validant la stipulation utilisée par la région Pays de la Loire (CE, 4 décembre 2017, n° 413366).

Cette décision de la Haute juridiction (lire entretien p. 88) semble avoir rassuré les acheteurs publics. Ils peuvent dorénavant inscrire - sans trop d'inquiétude - ce type de disposition dans leurs marchés. Angoulême, la Normandie ou encore les Hauts-de-France admettent s'être rapprochés de la rédaction de cette clause d'interprétariat. Pour autant, même écriture ne signifie pas forcément même lecture - ni même application.

Un périmètre à définir

Pour faire jouer la clause d'interprétariat, les collectivités ont retenu un périmètre variable. D'un côté, elle assure aux ouvriers la connaissance de leurs droits sociaux. Sa présence est dès lors légitime sur tous les marchés de travaux, quelle que soit leur taille. D'un autre côté, elle a pour objectif de garantir leur sécurité lors de la réalisation d'une tâche présentant un risque.

Or, tous les chantiers n'affichent pas les mêmes risques et l'insertion d'une telle clause ne s'avère pas toujours nécessaire.

Partant de ce constat, des collectivités ont retenu une approche circonstanciée. C'est le cas du conseil régional des Pays de la Loire. « Nous travaillons sur un certain nombre d'éléments pour déterminer sur quelle opération nous allons employer la clause », explique Nicolas Raïsky, responsable du service de la commande publique et stratégie d'achat de la région. Parmi les critères envisagés figurent la taille des chantiers, la complexité technique, le planning d'exécution des prestations, l'allotissement, la localisation et le montant du marché. Même analyse dans les Hauts-de-France. Insérer une telle disposition se fait à la discrétion des acheteurs.

« Nous sommes sur une appréciation in concreto de la dangerosité, avec l'idée sous-jacente que des travaux multicorps d'état, dans un environnement particulier - comme les installations portuaires ou travaux en hauteur - ont les caractéristiques requises pour recourir à la clause », précise Aurore Colson, présidente de la commission d'appel d'offres de la région.

Généralisation. A l'inverse, la Normandie, le Centre-Val de Loire, l'Ile-de-France (pour les marchés supérieurs à 25 000 euros HT), la Ville d'Angoulême, ainsi que le département de la Vendée l'appliquent de façon systématique. « Nous insérons cette clause dans tous nos marchés de travaux, sauf les accords-cadres en cours d'exécution. Et peu importe la procédure de passation : nous estimons qu'il y a autant de risques sur les petits chantiers que sur les gros », souligne Emmanuel Charlotte, directeur adjoint du patrimoine du Centre-Val de Loire.

« L'important est que l'information puisse être transmise et comprise. » Wilfrid Montassier , vice-président du département de la Vendée.

La notion d'interprète qualifié

Autre sujet de divergences… Un grand nombre de collectivités, s'inspirant de la jurisprudence du Conseil d'Etat, ont prévu la possibilité de recourir à un interprète qualifié ; mais toutes n'ont pas la même définition de ce dernier. Pour rappel, la Haute juridiction a précisé dans sa décision qu'il s'agit de « toute personne en mesure d'expliquer aux travailleurs concernés leurs [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur